AU FIL DES HOMELIES

Photos

QUAND LE DIEU DES ÉTOILES PREND VISAGE D'ENFANT

Is 60, 1-6 ; Ep 3, 2-3a.4-9 ; Mt 2, 1-12
Epiphanie - année A (dimanche 6 janvier 2002)
Homélie du frère Daniel BOURGEOIS
Messe télévisée

 

Depuis la nuit des temps, le ciel constellé d'étoiles a toujours fasciné le regard et le coeur des humains. Depuis la nuit des temps, les étoiles ont guidé les caravanes à travers les déserts, les premiers navigateurs à travers les océans. Récemment encore, saint Exupéry racontait dans "Vol de nuit", comment à certains moments, lorsqu'il était coupé de tout, dans son avion, quelque part au-dessus de l'océan, le seul enracinement dans le monde qu'il avait encore, c'étaient les étoiles.

Dans l'imaginaire religieux, les étoiles sont partout, dans les temples, il y a a des voûtes étoilées, et même encore aujourd'hui, dans nos églises gothiques, les clés de voûte sont comme des étoiles suspendues au-dessus de notre communauté, et les coupoles sont pleines d'éclats d'or comme les étoiles.

Et pour ne rien dire de tous ces hommes et ces femmes de l'Antiquité angoissés, et qui recherchaient leur destin, leur avenir dans les étoiles, qui s'en allaient consulter les mages et les devins. Aujourd'hui encore, cette peur et ces inquiétudes ressortent dans le comportement un peu naïf et dérisoire qui fait consulter dans son journal, l'horoscope.

Oui, c'est vrai, ces mages qui viennent d'Orient, en fait, ont un comportement qui ressemble énormément au nôtre, ou le nôtre leur ressemble énormément. Nous tous, nous sommes des mages qui suivons notre étoile, nous tous, nous sommes à la recherche de notre" bonne étoile", chacun d'entre nous, toute l'humanité, avec ses angoisses, ses soucis, ses détresses, essaie sans arrêt de retrouver dans le ciel quelque chose de la présence de Dieu. Mais évidemment, vous le sentez bien, à travers les étoiles, c'est un Dieu inaccessible, un Dieu lointain, un Dieu céleste et transcendant, un Dieu sans visage dont il est question. Or, ce qui est surprenant dans ce qui est arrivé aux mages, c'est qu'ils suivaient une étoile en regardant le ciel, et voici que tout à coup, ils sont tombés sur le visage d'un petit enfant. Oui, le Dieu des étoiles est devenu pour eux, tout à coup, le visage d'un petit enfant. Le monde des étoiles, le monde céleste, c'est devenu la Présence de Dieu dans un petit enfant. Quel bouleversement fallait-il pour que effectivement Dieu accepte de basculer de l'autre côté, de venir dans la chair des hommes, Lui, le Dieu transcendant, le Dieu inaccessible, tout à coup, Il disparaît, Il s'en va, Il fait basculer tout le poids de son amour du côté d'un visage d'enfant, du côté vulnérable de l'humanité. Dieu au coin de ma rue, Dieu sans domicile fixe !

Frères et sœurs, c'est cela la perception la plus essentielle et la plus aiguë de notre foi chrétienne. Dieu n'est plus un Dieu qui vit dans les étoiles, le sourire des étoiles si lointain et inaccessible, est devenu infiniment proche de nous, c'est le sourire d'un enfant. C'est le sourire humain d'un enfant dans son innocence, qui deviendra plus tard le sourire d'un adolescent avec ses inquiétudes et ses grandes questions sur l'existence humaine, qui deviendra le visage d'un homme, d'un Rabbi, d'un Maître galiléen, qui appelle ses disciples et qui les invite à Le suivre et leur découvre les mystères du Royaume. Cela deviendra la face du prophète à la parole brûlante, qui troublera plus d'un. Et cela deviendra enfin le visage d'un homme condamné, puis d'un homme crucifié, défiguré, méprisé par les autres hommes, mis au ban et au rebut de l'humanité. Et enfin, cela deviendra le visage du Ressuscité, celui du matin de Pâques, le visage de la miséricorde, de la tendresse et du Salut.

Frères et sœurs, quel bouleversement a introduit la foi chrétienne. Dieu maintenant est parmi nous, Dieu est vraiment là. Pour l'histoire du monde, normalement, on pourrait croire que tout s'arrête à la crèche, que tout va se bloquer dans cette contemplation des mages, Dieu si proche. Vous imaginez... Dieu tout près ! Dieu qui est là, à portée d'homme, à portée de mains, à portée des coups de la violence ! Et pourtant, Dieu ne s'est pas arrêté là. En fait, on aurait pu dire que le Salut se bloquait dans la contemplation de la crèche, comme les santons figés éternellement dans cette adoration, mais en réalité, Dieu a voulu que cela continue. Dieu veut qu'aujourd'hui, chaque visage humain devienne une étoile, que chaque visage humain devienne un signe du ciel, une présence du ciel. C'est cela l'Eglise, et c'est cela la grâce de Dieu qui nous est faite aujourd'hui. Aujourd'hui, le ciel ce n'est plus le lieu des étoiles, mais le lieu des étoiles, c'est nos visages, notre communion fraternelle, c'est ce ciel maintenant encore plus bouleversant et plus limpide que celui que peignait Van Gogh à travers ses étoiles. Aujourd'hui, l'Eglise, c'est d'une certaine manière vraiment le ciel, et l'humanité est appelée à renaître pour que chacun d'entre nous en son visage devienne une étoile et une lumière. Et notre pauvre monde, que nous critiquons si facilement, que nous ne trouvons jamais à notre goût, aura peut-être lui aussi quelque chance de devenir un ciel étoilé, plus beau encore que le ciel provençal dont la beauté bouleversait Van Gogh, lui qui venu du nord, savait peindre le ciel de Provence. Il était là et faisait vibrer dans la lumière et le tourbillon de ses couleurs, la splendeur des étoiles et leur tourbillonnement avec le frémissement de la terre et des moissons dans la chaude atmosphère de notre Provence.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public