AU FIL DES HOMELIES

Photos

REGARDER LES ÉTOILES

Is 60, 1-6 ; Ep 3, 2-3a.4-9 ; Mt 2, 1-12
Epiphanie - année A (dimanche 6 janvier 2008)
Homélie du frère Bernard MAITTE

 

Partir … Avancer vers un lieu que l'on ne connaît, et offrir quelque chose de précieux. Nous allons chanter tout à l'heure la Marche des Rois, de manière très sympathique, pleine d'allant sur de vieux airs provençaux. De grand matin, ils partent apportant l'or et l'encens.

Il y a dans cette histoire des mages une réalité importante et qui devrait, à plus ou moins long terme dans notre vie chrétienne, nous tenir à cœur. Il y a dans la manière dont les mages partent, quelque chose d'Abraham. Vous vous souvenez très rapidement de l'histoire d'Abraham. Il a reçu cet appel de Dieu de quitter son pays, sa famille, sa parenté, quitter Ur en Chaldée, ce pays d'Orient, pour s'avancer vers une terre qu'il ne connaît pas mais une terre qu'il sait riche et bienheureuse, remplie d'avenir. Il part et Dieu lui demandera de regarder les étoiles et en regardant les étoiles de comprendre quelque chose qui peut faire avancer l'homme. Une promesse, une espérance, et puis, il y aura cet épisode fondamental dans la vie d'Abraham ce qu'il fera de manière forte et importante de ne pas reculer devant le sacrifice que Dieu lui demande. Dieu lui a promis une descendance aussi nombreuse que les étoiles dans le ciel et voilà qu'il lui demande de sacrifier son unique fils, le fils de la Promesse. Abraham sera rempli de richesses, d'enfants et de petits-enfants. Abraham père de la foi et quelle foi extraordinaire. Partir sans assurance, partir et regarder simplement les étoiles, saisir la promesse et au moment même où l'on pense avoir réalisé et vivre de cette promesse, la donner, la redonner. Père de la foi et donc père d'une multitude de croyants.

Il y a quelque chose d'Abraham chez les mages. Eux aussi partent d'Orient, eux aussi vont vers une terre qu'ils ne connaissent pas. Où est-il cet enfant, ce roi, cette promesse ? eux aussi ont regardé les étoiles, ils ont scruté longtemps ce mystère du sens de la vie et de l'existence et parmi toutes les étoiles, ils en ont vu une qu'ils ont suivi, une étoile qui leur sert de guide, l'étoile d'un enfant, d'une promesse, de la fécondité. Et voilà qu'ils offrent de leurs biens, de l'or de l'encens et de la myrrhe, comme une sorte de sacrifice de ce qu'ils ont de précieux, mais ils offrent aussi tout ce chemin parcouru depuis l'Orient, ils offrent toute la rencontre avec les hommes et pas forcément les plus intéressants (pensons à Hérode) et puis, ils offrent encore cette confiance d'accepter cette parole de Dieu de repartir par un autre chemin. Quel sacrifice ?

Ainsi, il y a quelque chose d'Abraham dans ces mages. Ils ne sont pas simplement remplis de l'esprit de cet homme de foi, de cet homme de don, tout simplement parce qu'aujourd'hui à travers les mages, nous célébrons cet appel à l'universalité, finalement à la vraie catholicité, des hommes de toutes races, langues, peuples et nations appelés à reconnaître que Jésus est notre lumière quel que soit le chemin par lequel les hommes passent. Passent-ils par le catéchisme de l'Église catholique, tant mieux, passent-ils par les étoiles, encore mieux. D'autres hommes ont aussi été guidés par les étoiles. Mais ils sont le visage finalement de ce quelque chose d'Abraham qu'il y a en chacun de nous, de quelque chose d'Abraham qui façonne et construit notre vie. Car bien sûr si nous sommes ici, c'est parce que nous nous sommes mis en chemin, mais nous ne pouvons pas nous arrêter.

Il y a toujours à partir de l'Orient. Pourquoi ? Parce que l'appel de Dieu dans nos existences, ce visage, cette voix, cette rencontre, peu importe l'événement qui a provoqué notre mise en route, cet événement c'est toujours l'Orient. C'est toujours quelque chose de la lumière, de la splendeur. Oui, mais voilà nous sommes appelés à nous mettre en route et les étoiles ne brillent pas en plein jour. Les étoiles brillent dans la nuit, et même quand elles brillent dans la nuit, il faut reconnaître la vraie étoile, l'étoile parmi toutes les étoiles. Il faut se laisser guider dans ce qui peut apparaître peu à peu cette marche forcément vers l'Occident, si on quitte l'Orient, Occident où le soleil se couche, symboliquement celui des ténèbres, ce pays dont on ne connaît rien et qui est pourtant celui vers lequel elle nous guide. Pourquoi ? Parce que très certainement à l'intérieur même de nos ténèbres il y a pourtant la promesse que le ciel doit se remplir d'étoiles. Il y a toujours l'espérance du Dieu d'amour qui veut nous montrer la vraie lumière au-delà de toutes les splendeurs de l'Orient, au-delà de toutes les luminosités, tous les éclairages factices de notre monde comme de notre vie.

Et puis, quand nous percevons au cœur même de cette nuit cette étrange lumière de la crèche, cette étrange présence d'un Dieu tout petit, l'inimaginable, le tout-puissant, le très grand le fruit de la fécondité, cet Enfant qui nous est donné, ce Sauveur que nous chantons, il n'en reste pas moins que nous sommes là et obligés à un don nous-mêmes. Offrons-nous de l'or ? offrons-nous de l'encens ? Offrons-nous de la myrrhe ? Offrons-nous un fils ? une fécondité de notre vie ? Offrons-nous un autre chemin par lequel nous sommes obligés d'aller ? Cela c'est le secret de notre cœur, le secret de notre lien avec Dieu, et très certainement s'il y a quelque chose en nous d'Abraham, c'est qu'il y a en nous quelque chose de la foi et du don, c'est qu'il y a quelque chose en nous de cette espérance qui nous fait avancer. Même quand le don a eu lieu, il nous faut continuer comme ce long peuple d'Israël parti lui aussi dans la nuit, guidé par la nuée lumineuse, a pu accomplir cette Pâque. C'est la vocation du baptisé, c'est la vocation de tous les mages de l'humanité entière, comme c'est la vocation de chacun d'entre nous.

Alors, la seule chose sur laquelle il faut être sûr, c'est que nous ne sommes pas tout seuls; Abraham n'était pas seul, il était appelé à marcher dans la présence de Dieu, et les mages aussi, et nous aussi.

N'ayons pas peur, avançons !

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public