AU FIL DES HOMELIES

Photos

NICODÈME

1 Jn 4, 1-6 ; Jn 3, 1-12

Lundi de la première semaine de l'Épiphanie - B

(7 janvier 1985)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Courpière: Nicodème

D

 

ans cet entretien avec Nicodème, Jésus parle du baptême, annonce le baptême comme une nouvelle naissance et il emploie quatre qualifications pour désigner cette naissance. Il s'agit de naître à nouveau, de naître d'En Haut, de naître de l'eau et de naître de l'Esprit.

Naître à nouveau c'est cela qui entraînera la question de Nicodème : "Comment peut-on naître alors qu'on est déjà vieux ?" Il s'agit d'une naissance nouvelle c'est-à-dire pas seulement d'une deuxième naissance qui succéderait à la première, cela c'est le niveau de la chair, le niveau de l'expérience concrète, quotidienne et superficielle, le niveau auquel se situait Nicodème, mais il s'agit d'une nouveauté bien plus radicale qu'un simple recommencement. Il s'agit d'une naissance nouvelle, c'est-à-dire d'une naissance qui est constamment renouvelant. Cette naissance n'est pas seulement une naissance de la terre, dans le temps, c'est une naissance qui fait surgir en nous ce qui est plus profond que le temps, c'est-à-dire précisément la vie éternelle, l'éternité de Dieu, la jeunesse de Dieu.

C'est pourquoi cette naissance nouvelle est une naissance d'en haut. Là non plus, pas d'une manière locale. Naissance d'en haut, c'est-à-dire une naissance supérieure une naissance plus grande, plus profonde, une naissance qui n'est pas à mesure humaine, une naissance qui dépasse nos considérations et nos capacités, une naissance qui vient de Dieu. C'est naître à une vie qui est celle même de Dieu, qui est donc la vie, et c'est pourquoi cette vie est toujours nouvelle, et c'est pourquoi cette vie est éternelle. C'est une vie qui ne finit pas parce que ce n'est pas une vie qui dure et qui s'use, c'est une vie sans cesse renouvelée par la vitalité même, le dynamisme qui est en elle, qui est l'infini dynamisme de Dieu.

Cette naissance nouvelle, toujours nouvelle, cette naissance divine et par conséquent éternelle, c'est une naissance de l'eau. Et à travers Jean-Baptiste qui a le premier utilisé ce signe de l'eau pour manifester le renouvellement du cœur en invitant les juifs à se plonger dans le Jourdain pour convertir leur vie, à la suite de Jean-Baptiste Jésus adopte cette image de la naissance à partir de l'eau, l'eau qui est précisément le symbole de la vie, de la vie jaillissante, le symbole de la vie rafraîchissante, le symbole de la vie qui coule sans cesse à partir de la source qui est Dieu et qui coule sans cesse en nous. Etre plongé dans l'eau ce n'es pas seulement un rite, c'est un signe, c'est une signification, c'est être plongé dans la vie, c'est être plongé dans ce jaillissement de la vie même de Dieu. Et si le baptême utilise l'eau comme le signe, comme le vecteur de la grâce qui nous est donnée, c'est parce que cette grâce, comme nous le suggère l'eau, est une grâce de jeunesse, une grâce de vivification, une grâce de rafraîchissement perpétuel.

De l'eau et de l'Esprit, car ce que l'eau manifeste aux yeux de la chair, aux yeux du corps, c'est l'Esprit même de Dieu qui l'opère à l'intérieur de nous. L'Esprit c'est l'Esprit Saint, c'est-à-dire "Dieu-en-nous", Dieu vivant au fond de nous, Dieu pressenti au cœur de notre propre vie, Dieu transformant de l'intérieur notre propre vie. Et c'est pourquoi cette naissance, qui vient d'en haut, cette naissance toujours nouvelle, c'est vraiment notre naissance, car l'Esprit est à l'œuvre au plus profond de nous-même pour que nous devenions ce que Dieu veut nous donner, pour que réellement cette naissance soit efficace, active, vivante, présente comme la cause immédiate de cette vie éternelle en nous qui commence dès maintenant. Etre baptisé, c'est donc, au plus profond de soi-même, chair, cœur, âme, être habité par la présence vivante, vivifiante de l'Esprit de Dieu venu d'en haut, comme un renouvellement perpétuel qui jaillit en nous à la manière d'une source et qui, dès maintenant, nous établit dans la famille, dans la vie de Dieu, et par conséquent dans l'éternité de Dieu.

La vie éternelle est commencée dès notre baptême. C'est pourquoi celui qui est né de l'Esprit est comme le vent "qui souffle où il veut, dont on entend la voix, mais dont on ne sait pas d'où il vient ni ou il va" car, conduits par l'Esprit, nous sommes guidés sur les chemins de Dieu qui ne sont pas des chemins prévisibles par l'homme, qui ne sont pas repérables à l'avance, mais par lesquels Dieu nous conduit de splendeur, de gloire en gloire, jusqu'à être complètement identifiés à sa propre vie. Vivons donc de cette grâce de notre baptême qui a été déposée en nous, que nous oublions souvent mais qui est en nous jeunesse éternelle, toujours nouvelle, celle de l'Esprit Saint.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public