AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA MISSION DU MESSIE

1 Jn 3, 1-10 ; Jn 1, 29-34

Lundi de la première semaine de l'Épiphanie

(4 janvier 2010)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Bayeul : Voici l'Agneau de Dieu

 

F

rères et sœurs, nous reprenons la lecture de l'évangile de saint Jean que nous avions commencé à travers le temps de l'Avent, et le personnage de Jean-Baptiste apparaît à nouveau au premier plan. C'est lui qui, en effet, rend témoignage de la venue de l'Esprit sur Jésus au moment de son baptême.

Il est remarquable que Jean-Baptiste affirme : "Voici l'Agneau de Dieu qui porte le péché du monde". En effet, Jésus vient au baptême de Jean parmi des pécheurs qui tous, se reconnaissent pécheurs, se proclament pécheurs. C'est dire que Jésus lui aussi, au milieu de cette foule ne vient pas pour dire : moi je suis sans péché. Il accomplit le rite de baptême dans l'eau que Jean-Baptiste propose à tout le peuple d'Israël pour le préparer à la venue du Messie et Jésus commence par se dire lui-même pécheur. Non pas pécheur de péchés qu'il aurait commis, il est le Fils de Dieu : "Qui me convaincra de péché ? " dira-t-il aux juifs. S'il se dit pécheur, c'est de nos péchés à nous qu'il porte sur lui, il enlève le péché du monde. C'est donc le sens profond du baptême que Jean-Baptiste exprime dans cette phrase.

Mais en même temps, ceci nous éclaire sur une incise que nous trouvons dans les paroles de Jean-Baptiste et qui n'est pas immédiatement compréhensible. Dans un passage précédent que nous lisions au moment de l'Avent, quand des envoyés des grands-prêtres viennent interroger Jean-Baptiste sur sa mission, Jean-Baptiste leur avait dit : "Au milieu de vous se tient quelqu'un que vous ne connaissez pas". Il avait donc préparé ses auditeurs à découvrir le Messie comme quelqu'un qu'ils ne connaissent pas.

Maintenant, dans le passage que nous lisons aujourd'hui, Jean-Baptiste dit cela de lui-même : "Moi, je ne le connaissais pas". Comment Jean-Baptiste peut-il dire qu'il ne connaissait pas le Christ qui était son cousin, il ne pouvait effectivement que le connaître. Mais, ce que Jean-Baptiste veut dire c'est qu'il ne connaissait pas sa mission de Messie. Plus exactement, s'il pressentait en lui le Messie qu'il a annoncé, il ne comprenait pas encore que le rôle du Messie était de mourir sur la croix pour le péché du monde. Il pensait que le Messie venait punir les méchants, punir les pécheurs, et dissiper tout péché du monde. Or, en réalité, le Messie ne vient pas pour punir les pécheurs, mais pour prendre sur lui leurs péchés. C'est pourquoi Jean-Baptiste peut dire : "Je ne le connaissais pas", je ne savais pas vraiment son mystère et qui il était. Dieu avait révélé à Jean-Baptiste que celui sur qui descendrait l'Esprit Saint était le Messie venu pour sauver le monde : "Celui qui m'a envoyé baptiser m'avait dit : celui sur qui tu verras l'Esprit descendre et demeurer, c'est lui qui baptisera dans l'Esprit Saint".

Et Jean-Baptiste peut conclure : "J'ai vu, je témoigne, que celui-ci (mon cousin), que celui-ci (un fils d'homme), que celui-ci qui est là parmi les pécheurs, il est le Messie, l'Élu de Dieu parce qu'en portant sur lui le péché du monde, il le pardonne, il le détruit, de l'intérieur par un amour plus grand".

Que nous nous préparions à célébrer la fête du baptême du Christ dimanche prochain, en comprenant ce mystère : Dieu est venu sur terre non seulement pour être semblable à nous, mais pour prendre sur lui notre péché et pour l'anéantir par son amour triomphant.

 

AMEN

 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public