AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA LUMIÈRE EST VENUE DANS CE MONDE

1 Jn 4, 7-14 ; Jn 3, 13-21

Mardi de la première semaine de l'Épiphanie- B

(8 janvier 1985)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

L

 

'évangile de saint Jean est traversé par un certain nombre de thèmes dont la consonance symbolique est très forte. Parmi eux, l'un des plus importants est celui de la lumière. Dès le Prologue, le Christ, le Verbe de Dieu est désigné comme "la lumière des hommes". Dès ce Prologue aussi s'engage ce combat de la lumière et des ténèbres. "Tout homme qui vient en ce monde est éclairé par le Verbe !" Qu'il le connaisse déjà ou qu'il ne le connaisse pas, l'homme luit dans la nuit parce que la lumière est non seulement quelque chose qui se voit, mais c'est surtout une chose par quoi l'on voit et c'est précisément le mystère profond du Verbe de Dieu.

Jésus est la lumière. Pourquoi ? Parce que c'est par Lui que l'on voit. C'est pour cela que lorsque Nicodème vient rencontrer Jésus, ce n'est pas un hasard s'il vient le rencontrer de nuit. Et le Christ lui fait déjà quelques reproches en lui disant : "Celui qui commet le mal hait la lumière : il ne vient pas à la lumière de peur que ses œuvres ne soient démontrées coupables." Jésus pressent déjà que même si la démarche de Nicodème est celle d'un sympathisant, en réalité ne naîtra pas encore la foi. C'est pourquoi le Christ lui dit ouvertement que le fait de vouloir le voir de nuit c'est déjà une sorte de manque de foi.

Ainsi donc, lorsqu'Il évangélise Nicodème, le Christ lui fait savoir clairement quel est le régime de vie auquel il s'engage dans la mesure où il veut suivre le Verbe de Dieu. Nicodème est encore environné de ténèbres, il vient voir Jésus de nuit, le combat entre la lumière et les ténèbres n'est pas encore clos en lui. Cela seul qui pourra définitivement sanctionner le combat par une victoire de la lumière, c'est l'élévation du Fils. De même que Moïse a élevé le serpent, il faut que le Fils soit élevé, c'est-à-dire à la fois élevé de terre sur la croix, et glorifie au sens où Il est élevé vers le Père. Pourquoi ? Parce que c'est précisément à ce moment-là que la lumière brillera vraiment pour les hommes, parce que le Christ ressuscité sera la lumière en qui et par qui ils contemplent le Père. Telle est l'une des trames de tout cet évangile. Jésus est la lumière, c'est sa manière à lui de nous expliquer comment, par Lui, nous voyons le Père : "Qui Me voit, voit le Père !" comme lorsque l'on voit le lumière du jour, normalement on doit voir le soleil qui en est la source.

Alors que pour nous cet évangile et surtout la figure de Nicodème nous serve un peu de révélateur. Que nous découvrions comment aussi dans notre propre cœur, même si nous avons reçu la lumière du baptême qui était traditionnellement dans l'Église le sacrement de l'illumination, à quel point il y a toute une zone de ténèbres qui nous environnent toujours lorsque nous rencontrons Jésus. Dans la mesure où il n'est pas totalement attaché par la foi au Christ Seigneur, lumière qui nous fait voir le Père, notre cœur est encore traversé par un combat de la lumière et des ténèbres. En ce temps de l'Epiphanie, en ce temps de la manifestation du Christ comme lumière des nations, demandons au Seigneur qu'Il augmente en nous la puissance de sa lumière, la puissance de sa grâce afin qu'en nous soit vaincue la puissance des ténèbres.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public