AU FIL DES HOMELIES

Photos

RÉVÉLATION À NICODÈME DE LA TRINITÉ

1 Jn 4, 1-6 ; Jn 3, 1-12

Mardi de la première semaine de l'Épiphanie - C

(7 janvier 1992)

Homélie du Frère Bernard MAITTE

 

I

l est question de l'Esprit aussi bien dans la pre­mière lecture que dans l'évangile, cet Esprit cher à saint Jean dont il dira dans un autre passage qu'il témoigne pour le Christ. Mais j'aimerais m'arrê­ter sur cette figure de Nicodème. Quand il arrive au­près de Jésus, il reconnaît que Jésus est un Maître.

Il voit d'abord Jésus-Christ et il doit recon­naître en lui le Père. Mais pour aller jusqu'au Père il doit passer par l'Esprit Saint. Jésus le fait accéder à ce mystère de la Trinité au fur et à mesure. C'est Lui-même qui l'introduit dans l'intimité de sa relation avec Dieu, intimité qui est trinitaire. Le Christ lui dit d'abord : "Nul ne peut voir le Royaume de Dieu s'il n'est pas né d'en haut !" puis Il lui dit : "S'il n'est pas né de l'Eau et de l'Esprit, nul ne peut entrer dans le Royaume de Dieu." Ce n'est plus simplement voir de l'extérieur, mais c'est entrer, c'est vivre à l'intérieur même du Royaume, au sein même de la vie. Et c'est l'Esprit qui doit accomplir cette œuvre de pouvoir reconnaître l'œuvre du Père par le Fils. C'est pour­quoi, à la fin de l'évangile, le Christ dit : "Nous par­lons de ce que nous savons. Moi et le Père, Moi et l'Esprit, nous attestons de ce que nous avons vu, mais vous n'accueillez pas notre témoignage. "

Je crois qu'il est important de saisir dans cet évangile très riche, baptismal, que ce passage nous révèle au moins une chose. C'est que, quelle que soit notre rencontre avec Dieu, quelle que soit la façon dont nous appréhendons Dieu, nous ne pouvons ja­mais appréhender simplement le Père ou simplement le Fils ou simplement l'Esprit. Lorsque l'un des Trois se révèle et se manifeste à nous, ce sont les Trois en même temps qui le font. C'est toujours une œuvre commune et une œuvre trinitaire, œuvre commune de ces trois personnes déjà dans la Création, œuvre commune quand le Christ vient sur terre et que l'Es­prit descend sur Lui à son baptême et que le Père dit :" C'est mon Fils, mon Bien-Aimé ! " œuvre commune aussi dans l'Église qui vit de l'Esprit saint mais qui constitue le corps du Christ et qui n'existe que pour entrer et parvenir au Royaume du Père.

Je crois qu'il nous faut donc faire attention à ne pas dissocier cette œuvre commune et trinitaire dans notre façon d'appréhender et de connaître Dieu car l'histoire nous l'apprend parfois, sous prétexte de la nouveauté, de la radicalité de l'évangile et du Nou­veau Testament, certains ont voulu supprimer l'An­cien Testament sous prétexte que le Dieu qui s'y ma­nifestait, Dieu Père, est un Dieu méchant et jaloux. D'autres, dans les premiers siècles de l'Église, se se­raient facilement débarrassés de la personne du Christ qui posait trop de problèmes pour ne plus se laisser envahir que par l'Esprit. Et aujourd'hui la tentation peut être assez forte de se débarrasser de l'Église, corps du Christ, pour n'identifier son action qu'avec celle de l'Esprit Saint. C'est pourquoi Il existe parfois des multitudes de groupes, voire de sectes, qui même en puisant dans l'Écriture, se coupent de l'Église, qui se coupent ainsi de la source même.

Jésus nous fait remonter à la source. Il fait remonter Nicodème à la source peu à peu. Nicodème voit le fleuve, il voit ce Christ qui lui est donné, mais il doit aller jusqu'au Père par l'Esprit Saint. Une ho­mélie du quatrième siècle, faite pour le temps de l'Epiphanie, reprend ce même schéma. Et vous saisi­rez combien il est important, dans toute la vie sacra­mentelle, de noter que, à travers les sacrements, c'est aussi l'œuvre de la Trinité qui agit en nous. "Je vous en prie. Ecoutez-moi attentivement. Je veux remonter à la source de la vie et contempler la source d'où jaillissent les guérisons. Le Père de l'immortalité a envoyé dans le monde son Fils immortel, son Verbe. Celui-ci est venu vers l'homme pour le laver dans l'eau et l'Esprit. Il l'a fait renaître pour rendre incor­ruptible son âme et son corps. Il a éveillé en nous son Souffle de vie. Il nous a revêtus d'une armure incor­ruptible. Si donc l'homme est devenu immortel, il de­viendra Dieu aussi. Et s'il devient Dieu par l'eau et l'Esprit Saint, après avoir reçu la nouvelle naissance, par le baptême, il sera aussi cohéritier du Christ après la résurrection des morts. "

Dans l'eucharistie aussi cette œuvre est trini­taire puisqu'on demande au Père de sanctifier les of­frandes c'est-à-dire que l'Esprit agisse pour que le pain et le vin deviennent le corps et le sang du Christ. Pour nous, ce temps de l'Epiphanie, ce temps de la manifestation doit être un temps où nous comprenons qu'agit en nos cœurs cette Trinité qui nous fait re­monter de jour en jour vers la Source et parvenir à la fraîcheur et la clarté du Don du Père qui passe par le Christ dans l'Esprit Saint.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public