AU FIL DES HOMELIES

Photos

LES CIEUX OUVERTS

1 Jn 4, 1-6 ; Jn 1, 43-51

Mercredi de la première semaine de l'Épiphanie – B

(6 janvier 1988)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

L

e thème fondamental de cet appel de Philippe et de Nathanaël est le même que celui de l'ap­pel de Pierre : "Suis-Moi !" Et Jésus dit encore "Viens et vois !" comme il avait dit aux deux premiers disciples : "Venez et voyez !"

Je voudrais m'arrêter sur la dernière phrase de Jésus : "Vous verrez le Ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l'Homme !" Cette parole, au premier abord énigmati­que, se réfère à la vision de Jacob qui, fuyant devant son frère Esaü à qui il avait pris son droit d'aînesse, s'arrête une nuit dans le désert près de Béthel où il a un songe. Il voit une échelle qui unit la terre et le ciel et sur laquelle montent et descendent les anges de Dieu. Cette vision de Jacob, Jésus se l'applique à Lui-même. Il considère qu'elle est accomplie par sa venue. Plus exactement Il promet à ses disciples de voir la réalisation de ce songe.

Par le péché, l'homme s'est détourné de Dieu, l'homme s'est replié sur lui-même. Au lieu de s'élan­cer vers Dieu qui est tout à la fois sa source et sa fin, et avec qui la communion est le but même de la vie, l'homme s'est retourné sur lui-même, il s'est pris comme propre but, il s'est pris comme horizon de sa propre vie. Désormais la vie de l'homme pécheur est une vie de l'homme incurvé sur lui-même, une vie qui ne débouche plus. L'horizon est bouché, l'horizon est fermé. C'est ce que signifie cette image du ciel clos. La porte du ciel fermée, non pas parce que Dieu aurait refermé cette porte afin que l'homme n'y vienne plus, mais parce que en se centrant sur lui-même l'homme s'est détourné de Dieu, et ainsi a orienté sa propre vie et son propre regard dans un repliement sans fin sur lui-même.

L'Incarnation du Fils de Dieu, faite pour nous sauver du péché, aura pour premier effet de détourner l'homme de lui-même pour le tourner vers Dieu, c'est-à-dire pour convertir l'homme. Et Dieu ouvre le ciel, c'est-à-dire attire de nouveau l'homme à Lui, cherche à établir cette communion que le péché avait abolie. C'est précisément parce que, en Jésus s'unissent le ciel et la terre, c'est-à-dire Dieu et l'homme, la nature di­vine et la nature humaine dans la communion d'un même être, d'une même personne, que "le pont" est désormais rétabli, que l'homme est de nouveau orienté vers Dieu. Et c'est cela que signifie ce ciel ouvert.

Les anges qui montent et descendent sur cette échelle que voyait Jacob manifestent la communication entre Dieu et les hommes, cette communication rétablie, cette communication qui est à la fois révélation, Dieu qui se montre, qui se laisse toucher, révélation de Dieu à l'homme, et transfiguration de l'homme qui est attiré vers Dieu, qui marche vers Dieu et qui rentre dans la sphère divine par cette grâce que Dieu lui donne, et qui élève l'homme au-dessus de son égoïsme, de son repliement sur lui-même.

Ainsi cette image représente à la fois la descente de la Parole de Dieu, de la révélation de Dieu à l'homme, et la montée de l'homme vers Dieu. Jésus est tout à la fois le nouveau Jacob sur qui et en qui va se réaliser cette promesse de l'ouverture du ciel, Jésus est aussi l'échelle elle-même, puisque c'est dans sa personne que le ciel et la terre se rencontrent, que Dieu et l'homme ne font plus qu'un. La vision de Jacob d'ailleurs semblait aller plus loin encore puisque, après avoir manifesté le va-et-vient des anges, voilà que le Seigneur Lui-même se tenait devant Jacob et lui parlait comme si Dieu avait emprunté cette échelle pour se rendre jusqu'au chevet de Jacob, pour se tenir prés de lui, pour se faire infiniment proche de lui. C'est bien cela qui se réalise dans l'Incarnation de Jésus. Dieu descend du ciel, Dieu vient près de l'homme, Dieu se met au chevet de l'homme. Dieu s'approche de lui, lui parle comme à l'oreille, Dieu vient dans un murmure profond et essentiel parler au cœur de l'homme.

Ainsi Jésus Lui-même nous invite à voir s'accomplir en Lui toutes ces promesses qui jalonnent l'ancien testament et qui se résument finalement en ceci : Dieu veut se faire proche de l'homme, Dieu veut venir à notre rencontre, Dieu veut que nous devenions proches de Lui, parce qu'Il est Lui-même venu nous visiter. Rendons grâces à Dieu pour cette tendresse, cet amour qu'il a jeté vers nous, qui l'a fait s'abaisser jusqu'à nous et devenir notre frère infiniment proche, pour nous conduire jusqu'à Lui, pour nous faire entrer dans sa joie.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public