AU FIL DES HOMELIES

Photos

LES CIEUX OUVERTS

1 Jn 4, 1-6 ; Jn 1, 43-51

Mercredi de la première semaine de l'Épiphanie – A

(5 janvier 2011)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

Premier anniversaire du décès de Romain

Dans la paix de Massilières

 

V

ous verrez les cieux ouverts". Chers parents de Romain et vous tous ses amis et vous tous frères et sœurs, aujourd'hui quand on entend cette parole nous avons du mal à comprendre parce que lorsque nous sommes devant certains événements dramatiques, plus spécialement lorsque nous perdons quelqu'un, on a plutôt l'impression que les cieux se ferment, que Dieu ne parle plus, qu'on n'entend plus rien, que tout est perdu et qu'il n'y a plus d'issue.

Et pourtant, quand Jésus appelle ses premiers disciples, c'est une des premières paroles que Jésus dit et qu'il rencontre ce disciple un peu fougueux, un peu un tempérament jeune, adolescent, vif, qui était Natanaël. Quand Natanaël va au-devant de Jésus, il est tout surpris de cette personnalité qui lui parle, et Jésus lui dit : "Tu vas voir les cieux ouverts". Et quand il le dit à Natanaël, il le dit à chacun d'entre nous. Ce n'est pas plus facile à croire pour nous aujourd'hui que cela n'a été facile à croire pour Natanaël quand il a suivi Jésus. Il faut un véritable courage, il faut la foi, il faut être prêt à dire : s'il me le dit, c'est que les cieux peuvent vraiment s'ouvrir.

Depuis deux mille ans, nous croyons que si Jésus est venu dans le monde, s'il s'est manifesté, s'il nous a parlé dans la simplicité d'un homme, s'il nous a dit les choses les plus intimes du cœur de Dieu, il a commencé à nous ouvrir les cieux.

C'est vrai qu'au moment où il faut y entrer dans ces cieux ouverts, c'est toujours un moment terrible parce que c'est le grand saut, c'est le moment où on est appelé à apparaître devant Dieu et la plupart du temps, nous ne savons pas dans quelles conditions ni comment, comme il l'a dit une autre fois, Jésus : "Vous ne savez ni le jour ni l'heure". Mais pourtant, c'est cela le fond même de notre existence, de notre foi. Nous croyons aujourd'hui même si nous avons de la peine, que Romain a vu les cieux ouverts et que le Christ est venu au-devant de lui et lui a dit : Romain, dans ta détresse, je viens, je t'accueille, je ne te lâche pas, je te tiens par la main.

Aujourd'hui même si nos yeux sont troublés par la peine encore, même si c'est terrible de se remémorer tous ces événements, cependant, au fond de nous-mêmes plus solide que tout, il y a l'espérance et quand nous nous approcherons tout à l'heure de l'eucharistie pour recevoir le Corps et le Sang du Christ, c'est un petit clin d'œil des cieux ouverts, des cieux qui s'ouvrent pour nous. C'est le clin d'œil de Dieu qui nous dit : ne vous découragez pas, mon Esprit je vous l'ai donné, je l'ai donné à chacun de mes enfants par le baptême. Par cet Esprit, je vous guide, je ne vous lâche pas, je vous donne la force et le courage de supporter.

Frères et sœurs, qu'en célébrant cette eucharistie, nous venions puiser à cette source qui nous ouvre l'espérance et la confiance.

 

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public