AU FIL DES HOMELIES

Photos

QUE LE FILS DE L'HOMME SOIT ÉLEVÉ

1 Jn 4, 15-21 ; Jn 3, 13-21

Vendredi de la première semaine de l'Épiphanie – B

(8 janvier 1988)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

I

l faut que le Fils de l'Homme soit élevé !" Cette parole du Christ fait évidemment référence à la croix où Il a été élevé, dressé, et aussi à son retour auprès du Père, l'Ascension. L'élévation du Fils, c'est donc ce mouvement continu qui, de la terre, en passant par la croix, le conduit jusqu'au Père. Mais quand nous lisons ce texte dans le contexte du dialogue de Jésus avec Nicodème, l'élévation du Fils de l'Homme est à prendre dans un sens plus général, comme si Jésus était en exergue au milieu du monde. C'est ce que suggère la comparaison avec le serpent d'airain au désert.

Il s'agit donc d'un étendard. Le Christ est au milieu de nous comme un étendard. Il est placé en vue au milieu du monde, au milieu des hommes, au milieu de l'Église pour que nous puissions le regarder, pour que nous puissions le voir, et par ce regard posé sur le Christ, regard de la foi, nous puissions adhérer au Christ qui est au milieu de nous comme un étendard qui nous rassemble et nous conduit à la vie éternelle.

C'est pourquoi la présence du Christ élevé au milieu du monde est comme un jugement. Ou bien nous fixons nos regards sur Lui, ou bien nous nous rassemblons autour de Lui, ou bien nous adhérons par la foi à cette présence du Christ sauveur, ou bien nous détournons notre regard, nous nous éloignons de Lui, nous nous dispersons loin de ce signe de ralliement.

Le Christ est donc, et c'est le sens de l'Église, comme un rassembleur, comme un signe qui nous unit, qui nous polarise, qui nous attire, qui nous fait venir autour de Lui et par là-même nous rassemble. L'Église c'est très exactement cela. Ce sont ceux qui, regardant le Christ, se laissent attirer par Lui, par la foi en Lui, donc se rassemblent autour de Lui, autour de ce signal dressé au milieu du monde. Le Christ élevé au milieu du monde est comme une lumière. "La lumière est venue dans le monde". La lumière qui rassemble dans la clarté, la lumière qui fait reculer les ténèbres, les ténèbres de la dispersion, les ténèbres du mensonge. Le Christ fait la clarté dans notre cœur. "Quiconque fait le mal déteste la lumière" et se rejette dans les ténèbres. Celui qui essaie d'agir dans la vérité qui essaie de faire la vérité dans sa vie, dans son cœur, aime cette lumière, vient vers le Christ-lumière.

Il dépend aussi de nous que ce Christ élevé au milieu du monde soit perçu par le monde, car le monde a toutes sortes de rideaux de fumée, toutes sortes de prétextes pour ne pas voir ce signal dressé comme un salut au milieu du monde. Le monde pré­fère les ténèbres, mais c'est à nous de manifester cette lumière, de faire en sorte que cette présence du Christ soit reconnue pour ce qu'elle est, un signe de rassem­blement, un signe de salut, un signe de ralliement de tous les hommes.

Nous ne savons pas présenter le Christ comme un sauveur, nous laissons les hommes de ce monde croire que le Christ est seulement un tyran, un maître tatillon qui empêche les hommes d'être heu­reux, alors qu'Il est Celui qui leur apporte la joie, qui les délivre du péché, de leurs ténèbres, de toutes ces compromissions et ces mensonges dans lesquels ils sont englués.

Qu'en ce temps de l'Épiphanie, temps de la manifestation du Christ comme salut et comme lu­mière, nous sachions non pas être nous-mêmes des lumières, mais de ceux qui transmettent la lumière, qui aident cette lumière à se révéler, qui aident nos frères à connaître la lumière dont ils ont besoin.

 

AMEN

 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public