AU FIL DES HOMELIES

Photos

OSER LA LUMIÈRE

1 Jn 4, 15-17 ; Jn 3, 13-21

Vendredi de la première semaine de l'Épiphanie – A

(7 janvier 2011)

Homélie du Frère Christophe LEBLANC

Molhain : Nicodème

 

F

rères et sœurs, nous sommes dans ce temps de la manifestation du Christ. Qui dit manifestation dit à la fois un objet qui se laisse voir, et quelqu'un qui regarde cet objet qui se laisse voir. Autrement dit, il faut, comme pour une image qui apparaît sur votre écran, il faut qu'il y ait un émetteur, et un récepteur. L'émetteur ne change pas, c'est Jésus. Le récepteur en revanche change très souvent depuis le début de cet évangile de saint Jean. Il est intéressant de voir comment Jésus se manifeste différemment selon le cercle des personnes qui tournent autour de lui.

La première manifestation, liturgiquement elle aura lieu dimanche en huit, ce sont les Noces de Cana. Jésus se manifeste pleinement dans la cuisine, non pas dans la salle des noces, secrètement auprès de ses disciples. Et ils crurent.

Ensuite, Jésus se manifeste d'une manière totalement publique dans le temple : il prend le fouet, il frappe et personne ne comprend. Ni ceux qui sont les plus éloignés de Jésus, ni même le cercle le plus proche, puisque saint Jean dit que les disciples ne comprendront ce que Jésus a fait ce jour-là, que le jour où il ressuscitera. Cela a mis du temps.

Aujourd'hui, nous sommes conviés à découvrir une autre manifestation : c'est dans le secret d'une relation très intime, Jésus et Nicodème. Cette fois-ci cette manifestation ne se fait pas à travers un geste, comme la transformation de l'eau en vin, ou Jésus qui vient déranger un petit peu ce qui se passe dans le temple, cette fois-ci on est devant une catéchèse. On n'a pas tant des gestes, des signes, qu'une catéchèse. Et cette catéchèse va rester dans le secret du cœur de Nicodème.

Et puis, vous me pardonnerez, j'anticipe, je tourne la page, quelques lignes plus loin, Jésus part en Samarie et il se trouve face à une personne : la samaritaine. Elle va faire, elle, ce que Nicodème n'a pas fait. C'est un peu comme Nicodème, en plein midi du jour, mais c'est une conversation aussi intime entre la samaritaine et Jésus qu'entre Nicodème et Jésus. La grande différence, c'est que la samaritaine ne va pas avoir peur après l'entretien avec Jésus, d'aller dire au grand jour ce que cet homme a fait pour elle. Elle qui en est à un certain nombre de maris, elle qui est samaritaine, elle qui est une femme, et qui n'aurait rien pour plaire et encore moins pour annoncer la Parole de Dieu, n'hésite pas, alors qu'on pourrait l'accuser de n'avoir que des œuvres mauvaises et de la reléguer dans les ténèbres et dans la nuit, n'hésite pas malgré tout à aller annoncer et dire : regardez, voilà ce que cet homme m'a dit. Malheureusement, Nicodème lui, ne va pas le faire de cette manière.

Frères et sœurs, je trouve que c'est très intéressant, d'abord parce qu'on voit que justement, il y a ce jeu de révélation de Jésus selon les personnes et selon les cercles. On voit que tout cela n'est pas tellement évident, et quand Jésus dit à Nicodème que le plus important c'est de vivre dans la lumière de Dieu, qu'est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire que quelles que soient les œuvres que nous faisons, à la fois les bonnes et les mauvaises, cela n'a aucune espèce d'importance aux yeux de Dieu. Car l'œuvre qui compte aux yeux de Dieu, c'est de croire et c'est de ne pas hésiter de se mettre en lumière, même si se mettre en lumière risque aussi de dévoiler aux autres nos propres péchés.

Frères et sœurs, qu'est-ce que c'est un saint ? C'est quelqu'un qui accepte d'être en pleine lumière, lui, et aussi ses péchés. C'est quelqu'un qui n'a pas peur de révéler à la fois au monde, ses péchés, et en même temps, la grâce qui travaille en son cœur, et le fait que tout ce qu'il fait est pris par la lumière de Dieu. Je crois que c'est cela notre problème, nous avons tendance à essayer de cataloguer et comme je le disais au début de cette eucharistie, nous aurions tendance à suspendre notre foi ou l'annonce de notre foi au fait que nous avons encore des péchés à notre actif. C'est malheureux parce qu'en restant dans l'ombre, nous nous empêchons en même temps d'aller en pleine lumière et de révéler l'œuvre de Dieu à nos contemporains.

Frères et sœurs, même si aujourd'hui, c'était l'évangile de Nicodème, je n'ai pas hésité à sauter une page. Je crois qu'aujourd'hui c'est aussi l'évangile de la samaritaine, cette femme qui n'a pas hésité à se mettre en lumière pour révéler l'œuvre de Dieu dans sa vie. C'est ce que nous sommes invités à faire nous aussi.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public