AU FIL DES HOMELIES

Photos

APPEL DES DISCIPLES, ÉPIPHANIE DE NOTRE LIBERTÉ

Jn 1, 35-51

Quatrième dimanche de l'Épiphanie –B

(27 janvier 1991)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

 

J

e voudrais simplement vous proposer une petite réflexion : Pourquoi fêtons-nous l'appel des dis­ciples ? Normalement dans la liturgie actuelle, ce dimanche n'existe pas. Mais dans les trois années, A, B et C les évangiles de ce dimanche, intentionnel­lement, ont choisi des textes de chacun des évangiles rappelant des appels de disciples, des vocations de disciples. Ce soir nous lisons dans saint Jean l'appel de quatre disciples. Cette raison n'est pas une raison épisodique pour essayer de retracer une sorte du cur­riculum de la carrière de Jésus. Mais c'est parce que le dimanche de l'appel des disciples est exactement le répondant des dimanches de la manifestation du Christ.

Quand Jésus se manifeste, quand Dieu se fait voir "dans la chair", ce n'est pas simplement une dé­monstration de soi-même, mais Il se manifeste pour rencontrer son peuple. Et l'appel des disciples, c'est l'autre volet de l'Epiphanie. Il y avait Celui qui en­voyait, l'émetteur du mystère de Dieu, le Christ qui manifeste qui Il est, qui manifeste la proximité de Dieu, il y a maintenant, les "récepteurs", les destina­taires. Et donc le dimanche de l'appel des disciples c'est le dimanche de notre Épiphanie à nous, en tant que nous accueillons le Christ qui s'est manifesté.

C'est donc dans cette corrélation, dans cette réponse à un Dieu qui se manifeste et d'un peuple qui l'accueille, que nous célébrons la plénitude du mys­tère de l'Epiphanie. "Dieu est venu chez les siens, nous avons vu sa gloire" et il faudrait dire, à partir de l'évangile que nous avons entendu tout à l'heure, "et ses disciples ont accueilli sa gloire. A ceux qui l'ont accueilli, Il a donné le pouvoir d'être enfants de Dieu."

Or comment se passe cet accueil ? Quel est le mode propre par lequel on accueille la gloire de Dieu et l'Epiphanie de Dieu ? C'est l'appel. Et là j'aimerais faire une toute petite comparaison. Dans une autre religion, fort en vogue aujourd'hui et qu'on appelle l'Islam, la réception de la révélation divine, c'est pré­cisément ce qu'on appelle "la soumission" musulman, islam, c'est la religion de la soumission. C'est-à-dire que lorsque Dieu se manifeste par son coran, par l'écriture, la réponse de l'homme est la soumission. Non pas l'obéissance, mais le fait que "ça passe ou ca casse". Et c'est pour cela que l'imposition de l'islam peut se faire légitimement par la violence, parce qu'il s'agit de soumettre.

Or précisément, ce que nous célébrons au­jourd'hui, ce n'est pas la soumission des disciples, c'est l'appel des disciples. Quand Dieu se manifeste, la première chose qu'Il veut dévoiler au cœur même de l'homme, en face de sa manifestation, c'est la liberté de l'homme. Et l'appel des disciples c'est le moment où nous célébrons l'Epiphanie du renouveau de notre liberté pour accueillir la gloire de Dieu. Et quand cette gloire de Dieu se manifeste à nous dans la générosité du don de Dieu, elle nous manifeste à nous-mêmes comme ceux qui, dans l'appel de Dieu, dans la voca­tion que Dieu adresse à chacun d'entre nous peuvent retrouver une manifestation de leur propre liberté.

Voilà ce que nous nous apprêtons à fêter de­main. C'est une chose très importante. Lorsqu'on entre dans ce mouvement de l'appel, Jésus promet à Natha­naël une autre Épiphanie. Le Christ s'est manifesté : "Viens et vois !" Et quand le Christ accueille celui qui vient "pour voir", qui répond à l'appel, le Christ lui dit : "Tu verras mieux encore !" La liberté de l'homme est prise entre deux épiphanies. La première manifes­tation du Christ dans la chair et la deuxième manifes­tation du Fils de l'Homme "montant et descendant avec les anges" faisant la liaison entre le ciel et la terre, par le mystère de sa croix et de sa Pâque.

 

Nous qui sommes ici ce soir, nous célébrons le mystère de la manifestation de notre liberté. Nous sommes entre deux épiphanies du Seigneur : l'épipha­nie de l'humilité de la chair et l'épiphanie de la gloire de la croix. Entre les deux, ce fil ténu qui est l'histoire des hommes, l'histoire de leur liberté, l'histoire de leur appel et non pas de leur soumission, parce que nous sommes appelés véritablement à devenir des fils.

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public