AU FIL DES HOMELIES

ACTUALITE DES NOCES DE CANA

Is 62, 1-5 ; Ap 19, 5-9a ; Jn 2, 1-11
Dimanche des Noces de Cana - année B (dimanche 21 janvier 2012)
Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

Chers amis fiancés et fiancées,

Vous tous frères et sœurs,

Il y a eu cette semaine un scoop extraordinaire dans l’actualité auquel vous n’avez peut-être pas prêté attention : il y a eu un nouveau miracle de Cana, et comme il se doit, c’est le Pape François qui l’a fait. Qu’a-t-il fait ? Il a posé en photo avec tout l’équipage dans l’avion qui survolait le Pérou et tout à coup a demandé à brûle pourpoint à un couple : « Etes-vous mariés ? » Il s’agissait de Carlos et Paola, respectivement steward et hôtesse de l’air de 41 et 39 ans, ayant deux enfants, un couple classique offrant une situation apte à décomplexer ceux qui ont un âge mûr pour le mariage. Ils n’étaient pas mariés.

Carlos et Paola ont alors expliqué cette chose admirable : ils devaient se marier il y a dix ans dans un petit village du Pérou, et il y eut un séisme. Le matin de leur mariage, le séisme fut si violent que leur église s’est écroulée. Il y eut évidemment des morts dans le village et l’impossibilité de célébrer le mariage. Avec le poids du deuil et de la souffrance, tout le monde a pensé à enterrer les victimes, le temps a passé et la vie a repris son cours.

Or ce jour-là, le Pape François a fait un petit miracle parce qu’il les a mariés. Fort de son humour un peu ecclésiastique, il a pris les cardinaux pour signer l’acte de mariage et les mariés ont eux-mêmes choisi le directeur de la Compagnie d’aviation comme témoin. Bien sûr, il y a eu tout de suite des personnes à l’esprit grincheux contestant cette procédure peu canonique. Mais ils étaient là-haut à 30 000 pieds – au septième ciel ! – et le Pape François l’a fait. Personne ne viendra contester la validité de ce mariage.

Pourquoi est-ce un nouveau Cana ? Dans les deux cas, c’est la même situation. Voici la thèse : aimer, c’est surprendre par le bien et l’amour que l’on a dans son cœur pour l’autre. Après le malheur qui était arrivé dans leur village, Carlos et Paola se sont dit qu’ils ne pouvaient pas se marier avec cette date anniversaire, comme si le mal les avait surpris par son caractère redoutable et mortifère, leur ôtant ensuite le ressort humainement suffisant pour décider de se marier après ce drame. Carlos et Paola étaient restés sur cette mauvaise surprise. Et voilà qu’ils rencontrent le Pape François qui ne connaissait pas leur histoire ; touché par leur aventure, il leur propose une bonne surprise de la part de Dieu. Ils l’avaient voulu, ils l’attendaient depuis une dizaine d’années, ils en avaient rêvé, le Pape François l’a fait. C’est un coup d’audace de la part du Pape François. L’homme est un être qui souffre et dans nos vies s’inscrivent des moments de grand malheur et d’immense tristesse mais il y a aussi un grand bonheur à attendre et c’est Dieu qui le donne. Ainsi, il a célébré le sacrement du mariage entre terre et ciel en leur affirmant que Dieu avait vraiment envie de leur donner ce qu’ils attendaient. C’est une divine surprise, un mariage peu ordinaire. Dieu vient leur apporter son amour sur leur lieu de travail, aujourd’hui.

Cana, c’était la même chose. Jésus était invité et ses douze disciples l’accompagnaient, et sans doute tout le village car à l’époque on invitait tout le monde. La mauvaise surprise vient de ce qu’ils n’ont plus de vin. Marie le remarque et Jésus lui demande de Le laisser faire. C’est Lui qui va faire le miracle, Il va les surprendre par la bonté, la tendresse et la délicatesse de Dieu et faire en sorte que tous les participants de la noce puissent se réjouir du vin des noces. Il va même au-delà de ce qu’il était possible d’imaginer puisque le maître du repas va voir le marié à propos du bon vin constatant qu’il avait servi le meilleur à la fin du repas.

Concernant le mariage, de quoi s’agit-il ? La plupart du temps, on présente la fidélité aujourd’hui avec un certain nombre de ses défauts : dans le cheminement de la fidélité, aimer quelqu’un c’est aussi assumer des déceptions, des difficultés et des épreuves. Et vous n’imaginez pas ce que Dieu peut faire pour vous et qui fait la force de l’amour humain. Certes, on vous demande de faire une promesse sur un avenir que vous ne connaissez absolument pas. Mais Dieu veut vous faire la surprise : Il sait qu’il y a en vous et en Lui des capacités de bien qui vous surprendront et il faut savoir se laisser surprendre. Si l’on cherche à avoir une vie toute réglée, mesurée au cordeau, on laissera de moins en moins de place à la surprise. Mais si on laisse jaillir du cœur en accueillant ce qu’il y a de meilleur dans le cœur de l’autre, alors ce sera gagné.

Je voudrais terminer sur ces mots. Dans ce miracle des noces de Cana, Jésus n’apparaît pas comme le personnage extraordinaire qu’il faut applaudir ou féliciter pour le très bon cru qu’il a créé par sa toute puissance créatrice. Il laisse le soin d’attribuer la bonté du vin aux jeunes mariés. C’est cela la plénitude de l’amour que Dieu donne à travers le sacrement du mariage : Il ne fait pas un geste extraordinaire qui "bluffe" tout le monde. Il veut simplement que par ce geste, vous deveniez vin joyeux, vin de fête l’un pour l’autre et que vous deveniez le vin de l’amour de Dieu pour vos enfants, l’un pour l’autre et pour tous ceux que vous rencontrerez. C’est cela que l’on vous souhaite. Amen.

 
Copyright © 2018 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public