AU FIL DES HOMELIES

Photos

A CANA DIEU ÉPOUSE L'HUMANITÉ

Is 62, 1-5 ; Ap 19, 5-9a ; Jn 2, 1-11
Noces de Cana - année C (dimanche 20 janvier 1980)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

C'est le troisième dimanche où l'Église nous invite à pénétrer la manifestation du Christ aux yeux des hommes. Le dimanche de l'Épiphanie nous avons célébré l'apparition du Christ à ces mages, prémices des nations appelées au Royaume, puis nous avons célébré la manifestation de Jésus au moment de son baptême dans le Jourdain, à tout le peuple d'Israël. Aujourd'hui en célébrant les Noces de Cana, c'est le premier des miracles de Jésus que nous fêtons et l'évangile nous dit : "Il manifesta sa gloire et ses disciples crurent en Lui". C'est la manifestation de Jésus à ses disciples à cette poignée de l'Israël nouveau de l'Église que nous sommes aujourd'hui.

Ce miracle de Cana est un signe non pas seulement un signe par lequel Jésus veut honorer de sa présence et de sa collaboration discrète l'institution du mariage et en même temps manifester le rôle de médiatrice de sa mère Marie, c'est un signe qui nous conduit au cœur de son mystère car dans ces Noces de Cana, Jésus se substitue on quelque sorte au marié qui n'avait pas su prévoir les dimension de la fête. Et avec discrétion mais aussi dans la profusion (car ces six jarres sont le signe d'une surabondance), Jésus insinue qu'Il est Lui l'Époux véritable non pas de cette noce passagère mais l'Époux de l'Église dont les disciples sont le premier noyau, l'Époux de l'Église dont Marie est le cœur, l'Époux de l'Église qui est l'humanité tout entière transformée par la tendresse de Dieu. Jésus en effet, manifeste qu'il y a entre le mystère de Dieu révélé aux hommes dans la chair même du Christ et le mystère de l'amour humain du mariage une parenté, une unité, une similitude extrêmement profonde et c'est intentionnellement que Jésus a choisi de manifester sa gloire pour la première fois au cours de ces noces pour nous laisser déjà deviner ca que l'Apocalypse proclamait tout à l'heure : la béatitude sera le festin des noces de l'Agneau.

Que l'amour humain soit révélation de l'amour de Dieu c'est là une très vieille histoire. Dès la première page de la Bible quand le monde, jaillit du cœur de Dieu, quand au centre de cet univers, comme dans sa partie la plus fragile, la plus précieuse, Dieu, dan l'élan de son amour, façonne l'homme, non seulement pour qu'il soit le roi de la création mais pour qu'il soit l'image de Dieu, la Genèse nous dit : "Dieu créa l'homme à son image", et le texte précise : "Dieu façonna l'homme à son image, homme et femme Il les créa". C'est dans il complémentarité et l'union la plus intime, dans l'amour de l'homme et de la femme que se révèle l'image de Dieu, car Dieu est amour. Bien sûr, il faudra des siècles d'accoutumance et d'apprivoisement à l'homme pour que cette parole : "Dieu est amour", puisse lui être révélé par Jésus. "Dieu est amour," et c'est pourquoi l'homme et la femme sont image de Dieu par leur amour et parmi toutes les possibilités d'amitié, d'amour qui existent dans notre vie, cet amour plus décisif, plus profond, qu'est l'amour conjugal est l'image de la présence de Dieu qui aime l'homme.

Quand le prophète Osée, le premier des prophètes à avoir écrit sous l'inspiration de Dieu, expérimentera dans sa chair jusqu'où peut aller l'amour humain, lui qui aura connu l'échec apparent de 1'amour, la trahison, l'abandon par son épouse et chose merveilleuse dans ce temps reculé où les mœurs étaient encore frustes, quand Osée découvrira dans son cœur que même abandonné et trahi, il est encore capable d'aimer sa femme et de recommencer avec elle si elle l'accepte, toute l'aventure de son amour aussi neuf aussi vrai et pur qu'au premier jour quand il découvre cela dans la chair de son cœur, alors, dans un éclair fulgurant, lui est révélé que cette expérience est le mystère du rapport de Dieu avec les hommes. Et dans la prophétie d'Osée, inextricablement se mêlent son aventure personnelle et l'aventure de Dieu avec les hommes cette histoire d'amour de Dieu avec les hommes. Dieu aime l'humanité, la totalité de la communauté humaine, et, en même temps chacun d'entre nous, Dieu aime l'humanité avec la même passion avec la même douceur, la même folie, la même tendresse qu'un homme et une femme peuvent s'aimer et c'est pourquoi Osée a découvert qu'il était son image.

Désormais tous les prophètes, Isaïe, Jérémie, Ezéchiel, l'auteur du Cantique des Cantiques, se plairont sans cesse à répéter ce même message : Dieu aime son peuple, Dieu aime ce peuple d'Israël et à travers lui, l'humanité tout entière qui doit devenir l'Israël nouveau s'étendant aux dimensions de l'univers. Dieu aime son peuple comme un fiancé aime sa fiancée, comme un époux aime son épouse. Dieu est l'époux de l'humanité. et voici que ces noces, ces épousailles d'amour entre Dieu et les hommes s'accompliront d'une manière infiniment plus merveilleuse encore qu'on aurait pu l'espérer et que ces prophètes pouvaient l'imaginer, ce ne sera pas simplement une image, une similitude, une participation, mais la réalité : Dieu, le Verbe de Dieu, Jésus, le Fils du Père viendra épouser la chair humaine, notre condition humaine, et par là-même épouser la vie la plus profonde et secrète de chacun d'entre nous. Le Christ épouse 1'humanité et en fait l'Église, car l'Église c'est l'humanité aimée par Dieu et transfigurée par cet amour de Dieu.

Tel est le mystère que Jésus commença de dévoiler aux Noces de Cana. Il y a comme un rejaillissement sur le mariage humain, car si l'amour humain peut être ainsi l'image révélatrice de ce secret de Dieu quelle grandeur infinie n'en reçoit-il pas ? Il ne s'agit plus seulement d'un sentiment partagé, l'amour d'un homme et d'une femme ce n'est pas simplement deux inclinations qui se rencontrent ou un contrat par lequel on fait une association ou une entraide pour pouvoir vivre ensemble, ou un moyen pour perpétuer la race humaine ou le désir de partager un certain nombre de peines et de joies. Non, l'amour humain c'est véritablement l'amour même de Dieu qui traverse notre cœur et nous est donné pour que nous en vivions, que nous nous sachions aimés à la folie par Dieu et soyons capables, à notre tour, d'aimer nous aussi avec cette même folie qui est celle de Dieu. Que notre amour humain, vraiment humain et non pas je ne sais quelle charité désincarnée comme on l'imagine parfois, mais une vraie tendresse du cœur, une vraie douceur de l'âme, un vrai don de soi-même, puissent aller jusqu'à cet absolu, jusqu'à cette totalité dont Dieu seul est capable mais qu'il dépose en nous pour qu'elle devienne nôtre.

Frères et sœurs, bien sûr nous devons nous aimer les uns les autres, aimer tous nos frères, mais le sacrement de cet amour est la première réalisation de cet amour, là où il doit atteindre sa densité et son in­tensité divine, car c'est dans cet amour conjugal qu'est scellée l'alliance de Dieu avec les hommes dans notre chair. On dit parfois que l'Église ne comprend pas les choses de l'amour, les problèmes conjugaux, qu'elle ne sait pas de quoi elle parle quand elle pose telle ou telle exigence mais peut-être est-ce notre humanité d'aujourd'hui, qui ne sait pas bien de quoi elle parle quand elle veut parler de l'amour humain en la réduisant à si peu de choses. Et dans ces Noces Cana, quand le Christ commence à dévoiler ce mystère de l'amour conjugal de Dieu pour les hommes, Il parle aussitôt de son Heure en disant qu'elle n'est pas encore venue car c'est l'Heure de sa croix. Déjà cette eau changée en vin est l'annonce de ce vin changé en sang ce sang que Jésus versera pour nous, ce sang qui sera le porteur et le signe de cet amour fou de Dieu pour nous, sacrement de l'amour de Dieu pour les hommes et de ce sacrifice par lequel Il nous réconcilie avec Lui, et les uns avec les autres. Aussi ne vous étonnez pas que le mystère de l'amour conjugal soit aussi un mystère de croix, de souffrances et quelquefois de nuit. Le Christ ne nous l'a pas caché : Il a aimé l'Église comme un mari aime son épouse : "Il s'est livré pour Elle" écrit saint Paul. Il a donné jusqu'à la dernière goutte de son sang. Alors sachons que cet amour humain, certains jours si difficile et si douloureux, n'en est pas moins le sacrement et la révélation de l'alliance de Dieu avec les hommes, de ces noces éternelles vers lesquelles nous marchons ensemble en nous tenant par la main parce que Jésus marche devant nous et nous attire à Lui.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public