AU FIL DES HOMELIES

Photos

GUÉRISON D'UN LÉPREUX

Hb 5, 1-10 ; Mc 1, 40-45

(19 janvier 1981)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Rejeté parce que rongé par le mal

L

 

'évangile de saint Marc commence par une série de guérisons par lesquelles Jésus manifeste son pouvoir messianique. Aujourd'hui, il s'agit de la guérison d'un lépreux. Vous avez peut-être remarqué que le texte ne parle pas de guérison mais de purification. Le lépreux demande à Jésus : "Si tu veux, Tu peux me purifier." Et Jésus lui dit : "Je le veux, sois purifié." Et aussitôt la lèpre le quitta et il fut purifié.

En effet, pour les anciens, la lèpre n'apparaissait pas tout à fait comme une maladie. Ce n'était pas, à proprement parler, quelque chose qui faisait souffrir. C'était plutôt une atteinte à l'intégrité de la personne puisque, vous le savez, par la lèpre on perdait progressivement un certain nombre de ses organes, la chair se décomposant. C'était donc une sorte de diminution de la personne elle-même et cette forme de maladie était plutôt assimilée à une sorte de péché. C'était comme une impureté, une atteinte à la profondeur de l'être. Et de fait le lépreux, en raison de la contagion était non seulement atteint dans son intégrité physique, mais il était aussi retranché de l'intégrité de la communauté, car on se protégeait des lépreux en les mettant hors des villes et des villages, en les renvoyant dans les solitudes, de telle sorte qu'ils ne risquent pas de contaminer ceux qui les approchaient.

Ce miracle de Jésus est donc hautement significatif de sa mission messianique. Jésus est venu rendre à l'homme son intégrité. Il est venu restaurer l'être humain dans la totalité de lui-même. Par la venue du Christ, nous sommes pleinement homme, nous redevenons pleinement homme. Cette image de Dieu qui définit l'homme depuis la création (puisque l'homme a été créé à l'image et à la ressemblance de Dieu), cette image de Dieu que le péché a défigurée, cette image que le péché a déformée et à laquelle il a enlevé son intégrité, Jésus vient la restaurer. Jésus restaure en nous l'intégrité de notre ressemblance avec Dieu et par là même, Jésus restaure aussi l'intégrité communautaire de l'humanité. Car, si par le péché, l'homme a cessé de ressembler à Dieu, également par le péché, l'homme s'est trouvé, non seulement diminué dans sa propre personne, mais aussi séparé, rejeté de milieu de ses semblables, divisé de ses frères parce que, dès que l'homme s'est séparé de Dieu, il y a une rupture dans les relations personnelles entre les hommes, dès le paradis terrestre entre Adam et Ève eux-mêmes, et aussitôt après entre Caïn et Abel.

Par la guérison de ce lépreux Jésus signifie donc tout à la fois qu'il rend à l'homme l'intégrité de sa personne, le réintègre dans la totalité de la communauté humaine, car le lépreux, une fois guéri et cette guérison constatée par les prêtres selon la prescription de la Loi, il peut reprendre sa place dans la communauté d'Israël. Jésus vient donc redonner à cette communauté des hommes, et d'abord à Israël qui en est la partie symbolique, sa plénitude et sa totalité. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle Jésus ordonne à ce lépreux de ne pas divulguer sa guérison. Cet ordre peut nous surprendre. Pourquoi Jésus rudoie-t-Il cet homme qu'Il vient de guérir et lui défend-il d'annoncer sa guérison ? C'est que la plénitude des temps messianiques annoncée par cette guérison est l'Église. Il ne s'agit pas simplement de redonner à Israël sa totalité, mais de créer un Israël nouveau, c'est-à-dire non pas un peuple parmi les autres mais l'humanité tout entière devenue peuple de Dieu. Et l'œuvre messianique de Jésus c'est cette restauration, cette réintégration de l'humanité dans sa totalité qui sera l'Église. Or l'Église n'est pas encore née au moment où Jésus opère ce miracle. C'est seulement son inauguration, c'est seulement la préface de l'Église qui naîtra du don de l'Esprit Saint au jour de la Pentecôte. C'est pourquoi Jésus ne veut pas qu'on se méprenne sur la signification messianique des guérisons qu'Il opère et Il craint (ce qui d'ailleurs ne manquera pas de se produire) que les spectateurs de ces miracles se trompent et ne comprennent pas exactement à quelle profondeur Il est venu restaurer l'humanité, et ne le prennent simplement pour un faiseur de miracles, un homme extraordinaire, voire pour un chef politique qui redonnerait à Israël sa plénitude en le débarrassant de l'occupant romain et de toutes les servitudes. Or Jésus ne vient pas simplement pour Israël mais pour l'humanité tout entière, pour sa restauration jusqu'au plus profond de ses sources spirituelles.

Comme ce lépreux, demandons au Christ de venir restaurer en nous sa présence, son image, sa ressemblance, la plénitude de notre vie humaine par l'amour qu'Il met dans nos cœurs, et de restaurer la plénitude de la communauté par l'amour qu'Il met entre nous.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public