AU FIL DES HOMELIES

Photos

CHANGEMENT OU RENOUVELLEMENT

Pv 3, 13-24 ; Mc 2, 18-28

Mardi de la troisième semaine de l'Épiphanie – B

(22 janvier 1985)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

L

 

e vocabulaire de Jésus est toujours extrêmement rigoureux et ses idées extrêmement précises. J'en veux pour preuve aujourd'hui la première partie de l'évangile que nous avons lu sur le morceau de tissu et sur le vin dans les outres.

En effet, contrairement à ce que nous pensons, il n'y a rien de plus opposé, de plus contradictoire que les notions de changement et de renouvellement. Nous-mêmes nous croyons toujours que le changement ou le renouvellement peut être la même chose. C'est pourquoi parfois on croit qu'il suffit de faire le changement pour que nous soyons renouvelés. En réalité, dans l'économie du salut, je crois que le Christ est délibérément contre le changement, et voici pourquoi.

Le changement, au fond, se résume dans cette vieille sagesse : "plus ça change, plus c'est la même chose !" C'est une expérience que nous faisons tous les jours. Notre cœur est toujours avide de quelque chose de différent et l'on croit qu'il suffit de changer les choses pour que tout aille mieux. Or cela ne va jamais mieux pour une raison très simple c'est qu'on s'épuise déjà à changer et quand on arrive au changement, on n'a plus de force pour continuer. C'est le sens même de l'existence de ce monde qui change, qui change, et c'est tout ce qu'il sait faire. Plus il essaie de trouver quelque chose de différent, de modifier les conditions de vie, d'expression, de langage, de tout ce que vous voudrez, plus il s'épuise dans son propre changement. Alors, à certains moments, on se dit qu'il vaudrait mieux changer le vin dans les outres, et au lieu de laisser le vieux vin, de le vider et de mettre du vin nouveau, et tout à coup on s'aperçoit que le vin neuf est en train de faire craquer les outres. Après, on se dit que ce serait mieux peut-être de barioler davantage son vêtement et de coudre une pièce. A une époque cela se faisait beaucoup, on cousait des pièces sur les vêtements et l'on pensait que cela faisait beaucoup d'effet. Mais le Christ nous explique que cela ne sert à rien parce qu'à un moment donné le tissu craque. Et quand on le passe à la machine à laver, cela donne des effets tout à fait imprévus.

C'est cela le changement. C'est le fait de croire qu'à partir des ressources que l'on a, quand on aura modifié le rapport des choses, tout va changer, mais en réalité cela n'apporte rien. C'est pourquoi Jésus dit : si vous voulez me comprendre, si vous voulez m'entendre, il ne faut pas miser sur le changement, il faut miser sur le renouvellement. Effectivement, je viens vous apporter quelque chose de nouveau, je viens vous apporter le vin nouveau, le beaujolais nouveau, si vous voulez, mais il est évident que si l'on compte prendre ce qui est nouveau pour simplement améliorer l'ancien, cela ne sert à rien. Cela ne marchera pas. Si vous croyez que le message que je suis venu vous apporter, que tout ce que je suis venu vous apporter, vous allez pouvoir l'enfermer dans vos tiroirs et le bien ranger dans vos armoires, vous vous trompez totalement, cela ne servira à rien. Vous l'aurez usé d'avance. Vous l'aurez pris dans les catégories de votre propre pensée, de vos propres désirs et vous ne l'aurez pas laissé être comme je voulais qu'il soit.

C'est pourquoi le Christ nous apprend que lorsque le Royaume vient, c'est une réalité nouvelle qui nous est donnée, c'est du vin nouveau, mais en même temps il faut absolument un changement total d'outres, et les outres c'est nous. Il faut qu'en même temps que nous accueillons la grâce et la vie nouvelle, nous sachions nous laisser transformer par les nouvelles conditions que nous imposent la grâce et la vie nouvelle qui nous est donnée. C'est cela la double face du salut. C'est à la fois recevoir le vin nouveau et généralement c'est assez agréable, surtout de le goûter, mais mieux encore, c'est de savoir que tout en étant de vieilles outres, nous pouvons par la grâce de la conversion, devenir des outres neuves.

L'action du Christ, l'action du Royaume dans notre existence, est à un double niveau : à la fois un don de Dieu, mais en même temps ce don de Dieu ne peut devenir efficace et réel que s'il modifie, que s'il transforme radicalement, que s'il renouvelle totalement ce que nous sommes, et cela c'est la grâce de la conversion et de la pénitence. Alors, je crois qu'il suffit de savoir si, pour nous-mêmes, nous pensons que notre programme de vie chrétienne, c'est simplement le changement ou si, au contraire, nous acceptons le renouvellement.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public