AU FIL DES HOMELIES

Photos

CONSACRE-LES DANS LA VÉRITÉ

Hb 10, 32-36 ; Jn 17, 11 b-19

Mercredi de la troisième semaine de l'Épiphanie – B

(20 janvier 1982)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Volvic : Saint Sébastien

I

 

l est très beau que pour célébrer les martyrs l'Église nous fasse lire cette ultime prière du Christ avant de s'avancer à Gethsémani vers sa Passion, cette prière qu'on appelle quelquefois "prière sacerdotale" parce qu'elle est véritablement la prière où le Christ fait l'offrande de Lui-même et de toute sa vie au Père, cette prière dont on a pu dire aussi qu'elle était en quelque sorte, la prière du Christ en croix, seul, face à face avec son Père, priant pour le monde qu'Il sauve, pour ces hommes qu'Il sauve en les associant à sa propre passion. Car c'est bien cela le mystère du martyre, tel que l'ont vécu tant et tant de chrétiens et spécialement ce pape saint Fabien et ce soldat saint Sébastien. Etre martyr c'est être associé, assimilé, entrer dans le dynamisme, dans le chemin de la Passion même du Christ, être cloué avec Lui sur la croix. "Je me sanctifie, dit le Christ, Je me consacre moi-même", car le mot peut se traduire aussi de cette manière-là, "pour qu'ils soient eux aussi consacrés dans la vérité." Le martyre, c'est toujours le martyre pour la vérité. Ces hommes ont été mis à mort parce qu'ils n'ont pas voulu renier Celui qui est la vérité en personne. C'est pourquoi Jésus dit aussi, en parlant de ses disciples, "Père, je leur ai donné ta Parole, parce que Ta Parole est vérité". C'est la parole de Dieu que le Christ a donné à ses disciples, cette parole qu'ils ont absorbée, mangée comme le prophète qui dévorait le livre de la Parole de Dieu. C'est cette parole qu'ils ont assimilée de sorte qu'elle est devenue leur chair et qu'elle a établi leur vérité dans la substance même de leur être. C'est cette parole de Dieu qui les a rendus vrais, d'une vérité non pas simplement intellectuelle, d'une rectitude dogmatique, mais d'une vérité vécue, faite chair qui est devenue leur propre vie.

"Je leur ai donné ta Parole et le monde les a haïs". Oui, la haine du monde s'exerce précisément à l'égard de la vérité, à l'égard de la Parole de Dieu. Et si le monde hait le Christ, si le monde hait les disciples du Christ, c'est parce qu'ils sont les témoins de cette vérité et que le monde ne peut pas supporter la vérité, parce que le monde est aux mains de Satan le prince de ce monde, "le Père du mensonge" et qu'il n'y a pas de vérité dans le monde. Le monde, c'est bien sûr, cet univers qui nous entoure, ces forces du mal qui se déchaînent, le monde c'est aussi tout ce qu'il y a en nous de complicité avec le mensonge. La frontière entre le monde et le royaume passe à travers notre cœur, et nous savons bien qu'il y a en nous-mêmes toutes sortes de compromissions, toutes sortes de lâchetés, d'accommodements avec le monde, toutes sortes de manières de trahir un tout petit peu, juste un peu la vérité, mais juste assez pour ne pas être les témoins mais être, en fait, complices de tout le mal dans le monde.

Les martyrs ce sont ceux qui, par la grâce de Dieu, par cette force sanctifiante du Christ, par cette consécration du Christ qui s'est offert pour eux, qui les consacre avec Lui, ont pu refuser toute compromission avec le mensonge, toute compromission avec le mal, être totalement consacrés dans la vérité, et à ce moment-là le monde ne pouvait pas les supporter. Et c'est pourquoi le monde les a haïs, parce qu'ils n'étaient pas du monde. Pour autant que le Christ ne demande pas à ses disciples de se retirer dans un désert, à l'écart dans un ghetto, le Christ insiste , "ils ne sont pas du monde, mais ils sont dans le monde. Je ne te prie pas, Père de les enlever du monde, je te prie seulement de les garder du mauvais", de les garder de l'esprit du mal, de l'esprit du mensonge, pour qu'ils soient justement, là où il y a le mensonge, là où il y a erreur, là où il y a haine, ils soient les témoins de ce qu'est la vérité, de ce qu'est la présence sanctifiante de la vérité du Christ, de la Parole de Dieu qui est vie.

Demandons aux martyrs qui nous ont précédés dans la foi et qui ont fait germer notre propre foi par leur propre sang, demandons leur la force pour ceux qui, aujourd'hui ou demain, comme hier, auront à témoigner de la vérité et à être, uniquement par la force du Christ, car aucune force humaine n'en est capable, plus forts que les puissances du mensonge qui s'acharnent ou s'acharneront contre eux.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public