AU FIL DES HOMELIES

Photos

QU'Y A-T-IL ENTRE TOI ET MOI ?

2 S 7, 18-29 ; Mc 1, 21-28

Mercredi de la troisième semaine de l'Épiphanie – C

(22 janvier 1992)

Homélie du Frère Jean-François NOEL

 

L

'autorité de celui qui parle relève de la crédi­bilité de propos de celui qui veut convaincre. En effet, l'autorité désignée par saint Marc dans cet évangile semble dire qu'ils croyaient immé­diatement ce qu'Il enseignait, que les disciples croyaient immédiatement l'enseignement de Jésus, qu'ils n'opposaient aucune critique, aucune résistance dans leur esprit mais ce que le Christ voulait dire était immédiatement compris et cru par ceux qui l'entou­raient. C'est ainsi que Marc désigne l'autorité, cette façon dont la parole non pas s'impose comme si elle dominait de haut ceux qui sont enseignés, mais elle pénètre profondément la vie et l'esprit de ceux qui l'écoutent et ils adhérent, ils consentent et ils croient à cette vie qui est affirmée. Voilà l'autorité du Christ. Et c'est pourquoi, en plusieurs endroits dans l'évangile, saint Marc a le souci de préciser qu'ils sont dans l'admiration de Celui qui parle avec autorité et non pas comme les scribes qui, eux, devaient convaincre. Dans la façon dont le Christ parle, il n'y a pas appa­remment de volonté de convaincre, mais d'emblée sa parole est acceptée, est crue.

Pourquoi cela ? Je pense que le verset suivant peut nous aider à comprendre. En effet, dans l'homme possédé, l'esprit s'écrie en voyant le Christ : "Que nous veux-Tu, Jésus le Nazarénien ?" Autrement dit étymologiquement : "Qu'y a-t-il entre toi et moi ?" Phrase que nous connaissons puisque nous l'avons déjà entendue dans la bouche de Jésus quand Il s'adresse à Marie aux noces de Cana ! Et quel rapport y a-t-il entre la façon dont Jésus parle à sa mère aux noces de Cana et la façon dont l'esprit impur parle ici à Jésus ?

"Qu'y a-t-il entre Toi et moi ?" Lorsque Marie lui demande d'intervenir parce qu'il n'y a plus de vin, il est précisé que Jésus peut faire le miracle mais que "son heure n'est pas encore venue". Ce n'est pas une fin de non-recevoir qu'il imposerait à sa mère, c'est bien entendu, mais Il précise que ce signe vient comme un signe avant-coureur de son heure.

De même ici l'esprit impur signifie la sépara­tion entre lui et le Christ. Car le Christ est toujours Celui qui est différent, qui est séparé, qui est l'Autre dans ce monde. Et c'est pourquoi sa parole fait auto­rité car Il ne parle pas vraiment comme parlent les hommes mais Il parle comme parle Dieu au cœur des hommes et cette parole a d'emblée toute autorité di­vine. Il est Celui qui parle comme un homme mais aussi comme Dieu. Cette parole fait autorité en ce sens qu'elle pénètre vraiment le cœur de l'homme et rentre à l'endroit précis où celui-ci peut l'entendre et y croire. "Qu'y a-t-il entre Toi et moi ?"

Alors qu'elle signifie la façon dont elle doit s'appuyer sur l'autorité de Dieu pour annoncer la vie éternelle et en même temps elle doit aussi signifier la pauvreté de son annonce. Le corps du Christ de l'eu­charistie que nous allons recevoir est à la fois ce signe avant-coureur du Royaume qui nous a rejoints et en même temps le signe du ferment planté dans ce monde, arrivant d'un autre monde, le monde nouveau afin que ce monde ancien soit transformé et élevé.

Ainsi, il n'y a rien d'autre entre nous et le Christ si ce n'est que le Christ se donne à nous pour nous transformer et nous attirer à Lui.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public