AU FIL DES HOMELIES

Photos

UNE ROYAUTÉ DE SERVICE

1 S 9, 18-22+26 b et 10, 1 ; Mc 2, 1-13

Samedi de la troisième semaine de l'Épiphanie – C

(27 janvier 2001)

Homélie du Frère Yves HABERT

 

D

ans les deux textes que nous venons d'enten­dre, aussi bien celui du livre de Samuel que celui de Marc, est posée la question de l'au­torité. En Samuel, il s'agit de l'institution de la royauté, après la période un peu charismatique des Juges, après cette période de jaillissement, de débor­dement, on a voulu se doter d'un roi et l'on choisit Saül qui aujourd'hui est consacré par l'onction. Dans le texte de l'évangile, Jésus remet les péchés, c'est-à-dire qu'Il prend pour Lui la plus haute autorité qui soit, Il se fait l'égal de Dieu puisque seul Dieu peut remettre les péchés, le péché n'étant jamais une affaire entre nous-mêmes et nous-mêmes, mais toujours une affaire entre nous-mêmes et Dieu, et seul l'offensé peut pardonner. Donc, en pardonnant les péchés, il s'arroge la plus grande autorité, celle d'être l'égal de Dieu puisque Dieu seul pardonne les péchés.

L'autorité n'a pas forcément bonne presse, parce que nous avons tous été plus ou moins victimes de petits abus d'autorité, quand nous étions gamins, nous avons peut-être fait des tours de cour de récréa­tion qui n'étaient pas toujours très mérités, quand nous étions au service militaire, on a peut-être aussi souf­fert de certains abus de pouvoir, peut-être que dans le milieu de travail aussi on porte aussi quelquefois le poids de petits chefs. Ces abus d'autorité sont souvent le fait de gens qui ne sont pas sûrs d'eux-mêmes, de gens qui ont deux ou trois convictions, de personnes qui ont un petit pouvoir et qui entendent l'exercer. Ce n'est jamais le fait de personnes sûres d'elles-mêmes et avec une grande largeur d'esprit, ni de personnes qui ont cette assurance, comme Lino Ventura dans les films policiers, mais c'est toujours le fait de personnes inquiètes. On le sait, la royauté de Saül ne va pas très bien se passer, puisque au moment de vouer à l'ana­thème telle ville, il en gardera une part pour lui, cette royauté de Saül traduit aussi tous les tâtonnements de la royauté dans ses débuts en Israël, mais la royauté de Jésus nous introduit à un service substantiel. "Au­toritas", autorité, veut dire faire grandir. L'autorité est toujours un service, l'autorité est toujours le service non pas forcément de celui qui a le plus de pouvoirs, mais de celui qui sait se pencher assez bas pour rendre service à l'autre.

En cette veille d'ordination diaconale, d'un diacre, de quelqu'un qui est ordonné pour un service, pour le service des plus pauvres, le service de la litur­gie, d'une communauté, supplions le Seigneur pour notre frère Christophe, pour qu'il reçoive demain, en plénitude cette autorité, qui n'est pas le fait d'un petit chef qui aurait un peu plus de pouvoir, mais qu'il soit le fait de quelqu'un qui a cette assurance, cette largeur d'esprit, cette profondeur, qui fait qu'il est sensible à chacun de ses frères, pour que tous ensemble nous grandissions dans cet amour de Dieu.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public