AU FIL DES HOMELIES

Photos

PURIFICATION ET GUÉRISON

Gn 27, 1-6+9-10+24-29 ; Mc 1, 40-45

Samedi de la troisième semaine de l'Épiphanie – A

(22 janvier 2011)

Homélie du  Frère Christophe LEBLANC

Solitude de l'exclusion

 

F

rères et sœurs, l'évangile que nous venons d'entendre pose beaucoup de problèmes de type littéraire, de type de traductions. Je sais que c'est une homélie, mais je crois que ce problème en révèle un autre. C'est le fait d'abord que dans la Bible de Jérusalem, entre la traduction que je viens de lire et que j'ai volontairement modifiée et la dernière traduction, il y a une différence.

Dans la traduction que j'aurais dû lire, le lépreux dit : "Je veux être guéri". Or, il est bien dit dans le texte : "Je veux être purifié". Autre chose : qu'est-ce que c'est que cette colère inconsidérée de Jésus qui même va au-delà de tout ce qu'on pourrait imaginer. Jésus en colère. Dans certains manuscrits, il est dit : "Jésus en colère", et dans d'autres manuscrits, on dit : "Jésus ému de compassion". Et en même temps, si l'on garde "Jésus est ému de compassion", on voit bien que par la suite cela se corse, parce que Jésus fait des recommandations au lépreux, qui sont plutôt du côté de l'ordre et de l'injonction, et toute cette histoire finit mal.

En fait, je crois que tous ces problèmes textuels révèlent un autre problème qui est beaucoup plus important : qu'est-ce que la purification ? qu'est-ce que la guérison ? comment l'homme doit-il se situer vis-à-vis de Dieu ? Je m'explique. "Je veux être purifié". La purification n'est pas de l'ordre du problème du péché, de quelque chose de moral, que j'ai fait ou pas fait sciemment. La purification, c'est quelque chose qui est de l'ordre de l'objectif, avoir ses critères, etc … être malade ou ne pas être malade. Mais les conséquences en sont très importantes, pureté et impureté me dit où je me situe dans la communauté des croyants. Impur, je suis en dehors de la communauté, pur, je peux avoir à nouveau une relation au cœur de la communauté d'Israël et avec Dieu. Or, ce que veut cet homme au départ, ce n'est pas la guérison du corps, mais c'est la possibilité de réintégrer Israël. Jésus le guérit, plus exactement, il le rend à nouveau pur, et tout à fait logiquement, ayant demandé d'être purifié, il était tout à fait normal que cet homme aille se montrer aux prêtres pour réintégrer Israël. Cet homme passe de la demande de purification à la guérison. Il ne va pas voir le prêtre, et se met à crier à corps et à cris que Jésus l'a guéri. Ce faisant, il ne fait de Jésus qu'un thaumaturge parmi d'autres, de ces hommes qui parcouraient le monde entier et qui étaient capables de guérir les malades.

Résultat Jésus qui n'a qu'un seul désir, comme on l'a vu depuis le début de l'évangile de Marc, c'est de rencontrer les hommes, contrairement à Jean-Baptiste qui vit dans le désert avec toutes ces foules qui viennent le voir. Jésus se retrouve être expulsé en dehors des hommes, et est obligé d'aller dans le désert pour avoir un peu de tranquillité. Pourquoi ? Parce que ce qu'a fait cet homme c'est une contre publicité. Dieu n'est pas venu avant tout pour être un thaumaturge, Dieu est venu parmi nous pour annoncer la Bonne Nouvelle, que nous sommes des fils et des filles de Dieu et quelle que soit notre condition humaine, santé psychique, physique, il n'y a plus question d'impureté ou de pureté, tout homme et toute femme peut être en communion avec Dieu. Ce lépreux casse tout le message de l'évangile. Jésus est obligé de fuir là où il ne voulait pas aller, c'est-à-dire au désert.

Je crois que nous pouvons en tirer toute une série de leçons. D'abord, dans notre société actuelle, nous pouvons très facilement confondre la Bonne Nouvelle avec le confort. Ce que je demande à Dieu ce n'est pas tant de le rencontrer, mais c'est d'aller mieux ! Or, je le répète, Jésus n'est pas thaumaturge, Jésus est Fils de Dieu et il est là en tant que révélateur de notre condition humaine. La deuxième chose, c'est que ce qui est fondamental, ce n'est pas simplement la relation à Jésus, mais c'est le fait que le Christ, une fois que nous l'avons rencontré, nous amène dans une communauté de croyants. Et la dernière chose, c'est que effectivement, Jésus est venu pour rencontrer les hommes et que la seule chose qui l'intéresse, c'est de nous rencontrer. Tout ce qui pourrait prendre l'aspect d'un empêchement, pour lui devient insupportable. Il vaut mieux le rencontrer malade que pas du tout. Son comportement dans cet évangile peut se rapprocher d'un autre comportement au moment de la multiplication des pains, quand les hommes veulent le faire roi, Jésus fuit au désert.

Frères et sœurs que cet évangile nous rappelle ce qu'est la relation que nous avons au Christ et aussi avec la communauté ecclésiale.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public