AU FIL DES HOMELIES

Photos

DOUZE INSTITUÉS

Os 4, 4-9 ; Mc 3, 13-19

Vendredi de la troisième semaine de l'Épiphanie – B

(22 janvier 1988)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

 

I

l en choisit douze et Il les institua." J'ai relu au début de cet évangile un passage que nous avions entendu il y a quelques jours, car je crois que les deux morceaux se tiennent très étroitement. En effet, lorsque saint Marc veut nous présenter la mission de Jésus, il prend soin au début de son évangile, (nous sommes au chapitre troisième) de montrer Jésus par rapport à deux données.

La première donnée, c'est la foule, la foule qui Le suit de partout. Le petit tableau géographique montre précisément que cela vient de toutes les directions : de la Galilée qui est le centre même où Jésus agit, de Transjordane, d'Iturée, de Trachonitide, du Sud, de Jérusalem, de Judée. Cela veut dire que Jésus commence à être au cœur de ce monde le point de rassemblement de toutes les foules, aussi bien des territoires occupés par les juifs que des territoires occupés par les païens. Ainsi donc, on a là, en quelques mots d'une liste géographique, le mystère même de l'humanité du Christ comme "point de rassemblement de l'humanité tout entière". Par conséquent Jésus a une mission qui se définit d'abord par rapport à la foule. Cela veut dire que Jésus vient pour rassembler, pour constituer, édifier un peuple qui sera son peuple. Et ce peuple est composé des hommes "de toutes races, de toutes nations" comme le dira plus tard l'Apocalypse, c'est-à-dire des juifs et des païens. Tout cela pour ne former qu'un seul peuple, dans l'unique mission de Jésus de rassembler tous les hommes.

Mais, immédiatement après, et cela s'enchaîne, Jésus choisit douze disciples et Il les institue. C'est précisément là que nous voyons la signification des douze apôtres et de ce qu'on appelle le "ministère apostolique". Dans le mouvement même où Jésus rassemble un peuple autour de Lui, Il choisit, à l'intérieur de ce peuple, du milieu de ce peuple, un groupe qui est "institué". C'est la différence entre le peuple et les douze. Les douze sont institués, c'est-à-dire ils reçoivent une investiture, une mission et un pouvoir particulier qu'ils reçoivent directement de Jésus Lui-même. Les foules suivent, mais les douze sont institués, et c'est tout le problème de la place du sacerdoce dans le peuple de Dieu.

Comment est bâti le Peuple de Dieu ? Il est bâti d'abord dans cette grande mouvance d'un peuple qui se rassemble, qui suit, qui s'attache au Christ. Mais le Christ Lui-même veut que, pour structurer ce peuple, il y ait ce Collège des douze qui sont investis de la tâche même de Jésus-Christ. Et vous avez remarqué comment les deux choses se correspondent. Quand les foules viennent à Jésus, Jésus les guérit et chasse les démons. Quand Il institue les douze, Il leur "donne pouvoir de guérir les malades et de chasser les démons". Autrement dit, les douze sont les ministres, les délégués qui ont reçu, de Jésus Lui-même, de poser des actes en son nom, actes que Lui-même a déjà posés. C'est cela la structure même du ministère au cœur de l'Église. S'il y a des ministres, des prêtres, des évêques, des diacres ce n'est pas pour remplacer Jésus-Christ mais c'est pour être les signes et les instruments de Jésus-Christ qui bâtit son Église, qui rassemble le peuple. C'est cela le cœur même de notre foi dans l'Église structurée par le ministère apostolique, par les douze qui sont choisis, institués par Dieu pour construire et bâtir ce peuple, non pas de leur propre gré, à leur propre idée ou selon leur propre désir, mais selon le désir, selon le projet du Christ sur le peuple.

C'est pourquoi le rôle même d'un ministre n'est pas d'organiser l'Église à son désir ou à sa manière à lui, mais le rôle même de tout ministre dans l'Église c'est d'abord de mettre en référence au Christ. Et il ne le peut que parce qu'il a reçu l'investiture. C'est ce que signifie le sacrement de l'Ordre, ce que signifie l'ordination. L'individu qui reçoit l'ordination a pour tâche de tout mettre en ordre au Christ, c'est ce que veut dire le mot sacrement de l'Ordre. Il reçoit du Christ la mission de tout mettre en ordre au Christ, non pas à lui-même, à ses propres désirs ou à ses propres pensées, mais au désir de Dieu sur son peuple.

Réfléchissons sur la manière dont nous concevons le rôle du prêtre ou de l'évêque, sur la manière dont nous le vivons. Demandons au Seigneur qu'il nous aide à redécouvrir toujours plus profondément et toujours plus en vérité le sens même de l'Église telle qu'Il l'a voulue, d'abord un peuple rassemblé pour le suivre, un peuple directement centré sur la personne de Jésus-Christ, c'est ce que signifie le baptême, mais un peuple qui, pour trouver sa véritable structure, sa véritable nature de peuple de Dieu a besoin de recevoir de Jésus Lui-même des ministres institués, voulus par Dieu Lui-même, pour être effectivement les serviteurs de ce peuple, les serviteurs de la vie baptismale de chacun de ses membres.

 

AMEN


 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public