AU FIL DES HOMELIES

UNE PÊCHE LOURDE DE CONSÉQUENCES

Ex 17, 1-7 ; Lc 5, 1-11

(5 septembre 2006)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

F

rères et sœurs, les deux textes que nous propose la liturgie de ce jour sont aussi riches et beaux l'un que l'autre. Toutefois, comme le texte de l'Exode sur l'eau qui sort du rocher est repris chaque année pendant le carême au dimanche de la samaritaine, et donc commenté à ce moment-là, je vais vous parler plutôt de la pêche miraculeuse que nous rapporte saint Luc.

C'est la rencontre fondamentale de Jésus avec Pierre. Certes, nous savons par l'évangile de saint Jean que déjà le frère de Pierre, André, sur la parole de Jean-Baptiste avait suivi Jésus, et qu'il avait ensuite rencontré son frère Simon, que Jésus sur nommera Pierre, et lui avait dit, nous avons trouvé le Messie. Toutefois, l'événement qui nous est rapporté aujourd'hui est décisif. C'est lui qui décide définitivement Pierre, ainsi que son frère André, et aussi ses collaborateurs Jacques et Jean, les fils de Zébédée, à suivre Jésus en laissant tout. Cet événement de la pêche miraculeuse tel qu'il nous est rapporté ici est extrêmement important. Tout d'abord, Jésus demande à Pierre, à Simon qu'il a surnommé Pierre, lui demande de lui prêter sa barque pour qu'il puisse prendre un peu de distance à l'égard de la foule et pouvoir ainsi prêcher. Cette barque de Pierre, c'est donc ainsi déjà l'Église, le lieu de la Parole, le lieu d'où sera proclamé l'évangile. Jésus prend cette initiative techniquement pratique pour pouvoir annoncer à cette foule, symbole de l'univers de l'humanité, lui annoncer la Parole de Dieu et ainsi Pierre se trouve être celui qui prête ce qui lui appartient pour être le serviteur de cette Parole. Et quand il laissera tout pour suivre Jésus, il ne fera que prolonger cette demande que le Christ lui a faite d'utiliser sa barque pour être l'annonciateur de l'évangile.

La pêche miraculeuse est comme une annonce symbolique de ce que sera cette prédication. De même que Jésus commande à Pierre de lancer les filets alors que cette luit-là, ils n'ont rien pris, et que les filets se trouvent remplis d'une multitude de poissons, au point que les filets se rompent et qu'il faut faire appel à Jean et Jacques pour aider à remorquer ce qui reste des poissons sur le rivage, de même donc que sur la Parole de Jésus, les poissons jusque-là absents, se multiplient, de la même façon, Jésus le dit lui-même : "désormais, ce sont des hommes que tu prendras". Ce ne sont plus des poissons que tu pêcheras, tu seras un pêcheur d'hommes, et c'est toute la vocation apostolique, la vocation de Pierre, mais aussi celle de Jacques, de Jean, d'André, qui est ainsi symbolisée par cette pêche miraculeuse. Il est intéressant d'ailleurs de relever que cet événement de la pêche miraculeuse sera repris par Jésus après sa résurrection. C'est le tout dernier chapitre de saint Jean, quand les disciples et Pierre à leur tête sont retournés pour reprendre leur métier de pêcheur, parce qu'ils sont déçus par la mort de Jésus qui apparemment n'a été suivie d'aucun événement, et Jésus apparaît sur le rivage. Cette nuit-là, ils n'ont à nouveau rien pris. Et Jésus qui est sur le rivage, ils ne le reconnaissent pas parce que la physionomie du ressuscité est différente, elle est autre, Il est passé dans un autre monde. Mais Jésus leur dit : "Les enfants, avez-vous du poisson ?" - "Non, nous n'avons rien pris". Et Jésus va se faire reconnaître par le geste qui a marqué au plus profond la vie de Pierre : lâchez les filets et vous prendrez. Et de fait, ils prennent une multitude de poissons. Ce passage qui est dans le dernier chapitre de saint Jean nous précise que les filets ne se rompirent pas. A la différence de la première pêche miraculeuse, nous sommes maintenant dans l'univers de la résurrection, dans l'univers de l'accomplissement, et il n'y a donc plus de déchets à la prédication évangélique. Elle va rassembler l'humanité tout entière dans l'Église, autour du Christ ressuscité. Pierre alors reconnaît Jésus, il se jette à l'eau et va vers lui. Quand il débarque sur le rivage, il trouve un repas préparé par Jésus, cette eucharistie qui n'est pas seulement le lieu où nous recevons le Christ en nourriture, mais où le Christ lui-même a préparé le repas et nous sert.

L'événement de la résurrection est profondément parallèle à celui qui nous venons de lire, de même qu'au moment de la pêche miraculeuse Simon-Pierre se jette aux pieds de Jésus en disant : "Eloigne-toi de moi car je suis un pécheur". Pierre déjà est conscient de l'immense fossé qui sépare ses capacités de la mission que Jésus est en train de lui donner Et au moment de la résurrection, c'est de la même manière, qu'après cette pêche miraculeuse, Jésus s'adressera à Pierre, lui qui l'a trahi, lui qui l'a renié, lui qui n'a pas su être fidèle à cette amitié et à cette mission, et Jésus lui dira : "M'aimes-tu" ? Pierre regardant au fond de son cœur y découvrira émerveillé que cet amour de Jésus malgré son reniement, demeure dans son cœur : "Seigneur tu sais bien que je t'aime." Et Jésus lui dit : "Sois le berger, sois le pasteur de mon troupeau, de mes brebis". Ce n'est pas en raison de tes capacités, ce n'est pas par ta sainteté que tu es appelé au ministère, c'est en raison de ma seule miséricorde, c'est malgré ton péché, à cause de ton péché, parce que tu es conscient de ta pauvreté que tu peux être le pasteur de mon Église.

Ainsi, vous voyez, cette page d'évangile riche de toute la vie publique de Jésus, de toute la mission de Pierre et des autres apôtres, elle est riche cette page de toute la puissance de la résurrection qui de Jésus se communiquera à ses disciples pour qu'ils rassemblent l'humanité tout entière jusqu'aux extrémités du monde.

 

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2017 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public