Photos

 QU'EST-CE QUE LA GRÂCE ?

Ez 2, 2-5 ; 2 Co 12, 7-10 ; Mc 6, 1-6

(7 juillet 1991???)

Homélie du Frère Bernard MAITTE

Vertus : Saint Paul

L

 

e tableau est très simple. Saint Paul conclut pour lui-même : "C'est quand je suis faible que je suis fort !" Lui, un homme humilié qui constate que, dans sa chair, il y a cette écharde qui le travaille, qui le taraude et qui l'humilie, même si c'est une écharde intérieure, même si nous ne savons pas exactement ce qui peut, ainsi, l'humilier profondément.Parfois, nous connaissons nous-mêmes cette situation. Nous avons des échardes intérieures, des blessures difficiles à porter et qui nous humilient profondément et nous aimerions être autre. Nous aimerions être plus parfait, être tout à fait autre chose que ce que nous sommes. Cette situation de saint Paul, si nous la connaissons, si elle nous est familière, trouve en Dieu une réponse. Cette réponse de Dieu est très simple : "Ma grâce te suffit !"

Frères, avec vous, aujourd'hui, je me pose cette question : La grâce de Dieu nous suffit-elle ? Ah! La grâce ! Voilà un grand mot. Voilà un mot qu'on aime bien dans la religion chrétienne. Quand on a un peu la foi, on emploie souvent ce mot : J'ai reçu une grâce. J'ai eu telle grâce. La grâce, c'est merveilleux ! Mais qu'est ce que c'est que la grâce ?

La grâce, c'est le don de la vie de Dieu. C'est un don plein de générosité, un don fécond, un don qui remplit le monde de sa beauté. Alors avec vous j'aimerais réfléchir sur ces trois aspects de la grâce de Dieu. La grâce de Dieu nous suffit-elle ? Elle nous suffit lorsque nous sommes en face de Lui et constatons que nous sommes véritablement impuissants à réaliser ce qui nous est demandé notamment au niveau de notre propre foi, au niveau de notre action.Mais dans le don qu'Il fait de Lui-même, dans le don précieux de sa vie, Dieu manifeste sa fécondité. Il nous donne avec générosité d'être les propres agents de son action lorsque nous sommes unis à Lui, lorsque nous nous engageons par un acte de foi. Il nous donne alors d'être comme les révélateurs de sa vie pour tous les hommes. "Ce n'est plus moi qui vis, c'est le Christ qui vit en moi !" dit saint Paul. C'est là l'effet de la grâce.C'est ce que, parfois, nous pouvons constater lorsque, toute chose nous dépassant, en face de situations impossibles, s'établit, entre Dieu et nous-même ce mystérieux échange qui nous permet d'être véritablement fécond, d'être prolifiques de la vie de Dieu, alors que cela nous dépasse.

Cela se voit notamment (peut-être l'avez-vous constaté dimanche dernier) lors d'une ordination sacerdotale. Ni les prêtres, ni les ordinands, ni la foule n'y sont pour rien. C'est bien la grâce de Dieu qui passe et qui réjouit les cœurs, qui donne, à un moment donné, de le saisir presque dans la matérialité de l'atmosphère mais plus encore dans la profondeur et l'unité des cœurs. Ceci peut se réaliser à tout moment de notre vie. Même si nous n'y sommes pas attentifs, il y a cet échange de vie qui se manifeste et c'est cela la grâce de Dieu. La grâce de Dieu rend notre vie féconde.Par nous-mêmes, nous n'arriverions pas à trouver un sens à notre vie, à donner toute une ampleur et toute une plénitude à ce que nous devons être. Mais la générosité de Dieu, le don de sa grâce nous permet d'aller jusqu'au bout de notre personnalité, d'aller jusqu'au bout de notre humanité, d'aller jusqu'au bout de ce que nous sommes.

Mais la grâce de Dieu n'agit pas sans nous. Elle demande échange, elle demande collaboration, elle demande communion. Il n'y a pas une grâce de Dieu qui viendrait d'en haut et qui s'appliquerait sur nous comme un vernis sur une table. Non, il faut que la grâce de Dieu pénètre tout ce que nous sommes.Il ne faut pas avoir peur de laisser pénétrer cette grâce jusqu'au plus profond de nous-même. C'est le deuxième aspect. Cette grâce de Dieu nous suffit-elle, elle qui est le rayonnement de sa bonté ? Nous ne méritons pas la grâce de Dieu.Depuis quand demandons-nous à Dieu de nous donner des choses ?Depuis quand avons-nous le droit de réclamer, parce que nous aurions des mérites ou parce que nous serions justes ? Depuis quand avons-nous le droit de demander à Dieu de nous appliquer sa grâce ?

La grâce de Dieu, c'est le don de sa vie. Mais c'est un don gratuit. Nous n'achetons pas la grâce, nous ne la payons pas. La seule chose que nous apportons, c'est notre humanité, c'est notre "écharde dans la chair", c'est notre blessure, c'est notre péché le plus profond. Et c'est cela que Dieu vient transformer. C'est cela la grâce de Dieu. C'est la transfiguration de ce monde. C'est la gratuité de ce don qui va faire que ce monde arrive à la plénitude. Et cette grâce, nous lui offrons tout ce que nous pouvons, tout ce que nous sommes, et seulement ce que nous sommes. Pas ce que nous aimerions être. Pas l'image que nous aimerions donner de nous-même. Pas le top-modèle que nous aimerions être au niveau des vertus. Dieu n'en a pas besoin. Il n'a besoin que de notre réponse, que de notre sourire, de notre regard, de notre amour, de la profondeur de notre humanité pour y inscrire la profondeur de sa divinité.

Frères, la grâce de Dieu nous suffit-elle vraiment ? La grâce de Dieu c'est aussi le don de sa vie dans sa beauté, c'est la séduction rayonnante de la beauté de Dieu. La grâce de Dieu c'est cette beauté dans le don de sa vie, mais une vie personnalisée, une vie concrète, une vie qui est celle du Fils qui meurt sur la croix et qui ressuscite de la mort du péché et du tombeau en jaillissant pour la vie éternelle. Voilà la beauté de la grâce de Dieu. Elle est unique, elle prolifère en multiples dons et alors on ne parle que "des grâces". Mais il n'y a qu'une grâce et une seule. C'est celle du Fils unique, livré pour nous, c'est celle du don de sa propre vie pour nous. C'est dans la Rédemption du Christ que naît la grâce de Dieu. Tous les dons que Dieu peut nous faire, tous les dons que Dieu a faits à notre monde, depuis la création, depuis l'histoire du salut, de ce peuple hébreu avançant dans le désert vers la terre promise, depuis cet Exil vécu dans la peur et l'angoisse, depuis ce Retour vers le Temple, dans l'approche du salut annoncé, dans la Révélation du Messie, dans la naissance de l'Église, dans la constitution historique et terrestre du peuple de Dieu, dans la croissance spirituelle de tous ses membres, la grâce est unique. Elle est celle de son Fils unique. Elle est celle de ce don dans la Rédemption, dans la vie même de Dieu qui meurt pour nous et ressuscite. Voilà ce qu'est la grâce de Dieu. Voilà quelle est la beauté de Dieu.

Voilà en quoi notre humanité resplendit, rejaillit et transfigure ce monde. La grâce de Dieu, c'est la Pâque du Seigneur. Et la Pâque du Seigneur, nous la vivons tous les jours. Nous la vivons dans notre corps, nous vivons ce passage de la mort à la vie. C'est ce passage que vous avez vécu dans votre baptême. Vous êtes passés du "vieil homme" à l'homme nouveau. C'est ce que vous vivez tous les jours. Vous passez de cette écharde dans votre chair, vous passez de ce péché au don de la vie de Dieu qui se réalise chaque jour pour vous, vous passez tous les dimanches dans la Pâque de Dieu en communiant au corps du Christ, en passant dans son sacrifice, en allant de la mort à la vie, vous êtes transfigurés par la beauté de Dieu. La grâce de Dieu, ce rayonnement de la vie est véritablement un don de ce qu'Il est et l'Esprit agit en nous pour nous faire crier à Dieu : "Abba ! Papa ! Père !", pour nous faire dire au Fils : "Tu es mon Frère, mon Esprit !" et à l'Esprit : "Tu resplendis en moi." La grâce de Dieu nous fait véritablement être ce que nous sommes, des êtres appelés à être divinisés. Nous ne méritons pas la grâce, mais en nous elle est féconde. Nous n'achetons pas la grâce, mais en nous elle est gratuite. Nous ne sommes pas des belles représentations, mais surgit en nous la grâce de Dieu qui nous donne toute beauté, par la mort, par la vie du Christ Ressuscité, par sa Rédemption.

Oui, Dieu nous demande de vivre chaque jour de sa grâce. Que cette grâce soit en vous forte, unique, qu'elle soit le principe agissant de toute votre vie. Dieu donne sa grâce. Mais, me direz-vous, qu'allons nous faire, si Dieu nous donne toute sa grâce et si finalement tout vient de Dieu ? Rien n'est impossible à Dieu, mais Dieu ne peut rien sans l'homme. Dieu ne peut rien sans vous. La grâce de Dieu, c'est la portée musicale. Mais la musique, les notes, c'est nous qui devons les inscrire. Dans le don de sa grâce, Dieu nous transfigure. Le don de la grâce c'est cet amour qui est allé jusqu'au bout de la vie le don de sa grâce est un appel à notre propre liberté.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public