Photos

JE T'AIME SEIGNEUR

Ps 17

(12 juillet 1981???)

Homélie du Frère Michel MORIN 

 

Feu consumant de l'amour 

U

n seul mot, un mot unique qui contient toutes les paroles, toutes les paroles de Dieu, toutes les paroles de l'homme : "Je t'aime, Seigneur". C'est ce mot qui a introduit, tout à l'heure, le chant du psaume dix-septième. C'est ce mot unique qui contient toutes choses, qui contient toute vie. C'est par ce mot que le Seigneur s'est révélé à nous, tout le long de sa vie au milieu du peuple, depuis le premier jour de la création de l'homme lorsqu'Il conversait avec lui dans le jardin. C'est le même mot que l'homme reprendra au dernier jour de sa vie, lorsque ses jours seront comptés, lorsque sa vie s'achèvera.

       Ce psaume dix-septième contient trois accents.

       Le premier accent est un accent de violence. Il est parlé de mort, d'enfer, de fièvre, d'angoisse, de terre qui tremble, de montagnes qui frémissent, de colère, et ainsi de suite. Quel vocabulaire pour une prière du soir !

       Cette violence est celle de l'homme dans son péché. Cette violence est celle aussi de Dieu dans son amour qui ne se fatigue pas du péché, qui ne se fatigue pas de la violence de l'homme. Cette violence de l'amour de Dieu qui se manifeste dans les cieux qui s'ouvrent et qui s'inclinent, dans la nuit obscure qui illumine, dans les brandons enflammés qui tombent comme de la grêle, comme des flèches qui dispersent l'ennemi.

       Ce premier accent de violence, il est bien dans notre cœur, nous le savons. Mais aussi il est dans le cœur de Dieu même si cette violence a un autre sens, un sens beaucoup plus fort car la violence de Dieu vient briser le propre élan de notre violence.

       Le deuxième accent est tout différent, j'allais dire opposé. C'est un accent d'amour, un accent d'amoureux. Il est parlé du Seigneur qui comble, qui manifeste son amour, du Seigneur qui donne sa sainteté, du Seigneur qui éclaire la lampe, qui illumine les ténèbres, du Seigneur qui donne à nos pas l'agilité des biches.

       Cet accent d'amour vient de Dieu. Nous le recevons de Dieu. En Lui, il est premier.

       Le troisième qui termine les versets du psaume dix-septième, c'est un accent d'exultation, où se mélange cette violence qui vient de notre cœur et qui en se mélangeant à la violence et à l'amour de Dieu, devient chant d'exultation, devient, chant de joie. "Le Seigneur est vivant, il est notre rocher, il est notre salut, nous sommes de sa descendance et donc, nous n'avons rien à craindre !"

       Ainsi, en ce psaume, sont comme tracées, en raccourci mais en profondeur, notre vie et celle de Dieu, qui est une vie unique. Il n'y a pas la nôtre et celle de Dieu. Il y a la vie de Dieu mélangée à la nôtre. Et le trait d'union, le lieu de ce mélange, c'est cet amour que Dieu a pour nous et que nous essayons de reprendre à notre compte, que nous essayons de laisser investir dans notre cœur.

       Il y a beaucoup de chansons d'amour, de théâtre d'amour, de roman d'amour, de films d'amour. Et c'est un mot que nous avons vulgarisé, banalisé. Or, ce mot est le nom même de Dieu "Dieu est amour" dit saint Jean.

       Peut-être, à la lecture de ce psaume, nous n'avons qu'une seule chose à faire : c'est d'apprendre à redire, simplement et profondément, en vérité intérieure : "Oui, Seigneur, je t'aime !"

       C'est le seul mot que Dieu nous demande. C'est le seul mot qui compte, au fond, dans notre vie. Et quelle que soit notre vie, qu'elle soit une vie de péché ou d'avancée, surtout, peut-être d'ailleurs, une vie de péché. Qu'elle soit une vie de mort, de misère, de détresse, de recherche, la seule réalité qui puisse éclairer cela, c'est la réflexion que nous pouvons donner à cet amour qui nous vient de Dieu.

       C'est le dernier mot, celui qui contient tout, le pardon et l'enthousiasme, la richesse et la misère, la vie et la résurrection ; la violence et l'exultation. Ce mot amour qui nous vient de Dieu, il faudrait que nous puissions chaque jour, chaque matin, chaque soir, réapprendre à le prononcer avec notre vérité, celle de notre vie, mais surtout avec la vérité de Dieu. C'est un mot simple : "Je t'aime, Seigneur !" Et nous savons bien que nous autres, les hommes, nous trouvons très difficile à vivre ce qui est simple.

 

       AMEN

 

 

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public