Photos

LE BAPTÊME

Sg 12, 13 + 16-19 ; Rm 8, 26-27 ; Mt 13, 24-43
Seizième dimanche du temps ordinaire – Année A (20 juillet 2008)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

Frères et sœurs, puisque Jésus nous a donné dans l'évangile l'explication de la parabole du semeur, et que vous saurez certainement appliquer cela aux trois autres paraboles que Jésus nous propose, puisque aujourd'hui, comme cela arrive fréquemment dans notre communauté paroissiale, nous célébrons le baptême d'un nouveau membre de la famille de Dieu, je voudrais vous parler du baptême. Ce n'est pas la peine que je reprenne l'explication que Jésus a donné bien mieux que ce que pourrais vous donner.

Paul va donc recevoir tout à l'heure le sacrement du baptême. Le sacrement du baptême ne se comprend bien qu'à partir de ce Dieu qui est le nôtre, qui est Père, Fils et Esprit. Quand Jésus a été lui-même baptisé par Jean dans le Jourdain, le Père s'est écrié : "Tu es mon Fils bien-aimé", et l'Esprit Saint est venu à la manière d'un oiseau, comme une colombe et planant et descendant au-dessus de Jésus.

C'est donc bien le Père, le Fils et le Saint Esprit qui sont les acteurs principaux, essentiels de ce baptême. Par le baptême, Paul va devenir enfant de Dieu. Dieu sera vraiment son Père. Ce que nous disons dans notre prière telle que Jésus nous l'a apprise : "notre Père qui es aux cieux". Dieu est notre Père d'abord parce qu'il nous a façonnés, créés, nous avons été placés dans le sein de notre mère par la puissance créatrice de vie qui est Dieu. C'est parce que Dieu est donateur de la vie qu'il va utiliser l'eau comme signe dans le sacrement du baptême, parce que l'eau dans toutes les civilisations, toutes les religions, est le symbole de la vie, la parabole de la vie, pour employer les mêmes termes que Jésus. L'eau ressemble à un être vivant, on parle d'une eau vive quand elle jaillit, d'une eau courante quand elle circule à la manière d'un être vivant, et l'eau est nécessaire pour la vie. Sans eau aucune plante ne peut pousser, si nous partons au désert sans eau, nous mourrons. Et surtout, l'eau c'est le sein maternel, les eaux maternelles dans lesquelles chacun de nous est né. Toute la tradition chrétienne se plaît à comparer cette piscine baptismale dont on va prendre l'eau pour la verser sur Paul, comparer cette piscine baptismale au sein maternel de l'Église qui nous met au monde par le baptême.

Le baptême, c'est d'abord recevoir la vie de Dieu. Je viens de parler de la vie que Dieu comme créateur nous a donnée, nous faisant surgir du néant, nous donnant une capacité de pensée, de connaissance, d'amour. Mais cela va encore plus loin. Remarquez qu'au jour du baptême de Jésus le Père dit: "Celui-ci (il parle de Jésus), est mon Fils". Et parce que Jésus est le Fils de Dieu, non pas simplement parce qu'il est créateur, comme si Dieu avait créé Jésus parmi les autres créatures. Dieu a donné la vie à son Fils, il a fait jaillir de son cœur son Fils de toute éternité. Ce n'est pas une créature, il est Dieu comme le Père parce que le Père dans la plénitude de son amour lui a tout donné ce qu'il est, et par conséquent, le Fils est parfaitement l'égal du Père. C'est pourquoi le Père l'appelle le Fils bien-aimé.

Si Jésus est le Fils par excellence du Père, le baptême va nous faire entrer dans la relation du Fils avec le Père. Nous allons devenir fils de Dieu non pas comme n'importe quelle créature, mais comme Jésus seul est le Fils de Dieu, le Fils unique, le bien-aimé, le Fils de l'amour du Père. C'est dans cette relation intime, éternelle, ineffable, immense, cette relation d'amour qui résume tout amour possible au monde et qui fait de tout amour humain une participation à cet amour du Père pour le Fils et du Fils pour le Père, C'est dans cette relation du Fils au Père que nous entrons par le baptême que Paul va être introduit. Il va devenir fils comme Jésus est Fils du Père, à la manière dont Jésus est Fils du Père, en participant de la vie de Jésus qui lui-même la reçoit du jaillissement du cœur de son Père. Participant de la vie de Jésus comme Fils du Père, Paul va entrer dans le mystère de cette vie de Jésus, car il n'est pas seulement né à Bethléem, il n'est pas seulement de toute éternité sorti du cœur du Père, Jésus aussi a voulu passer comme nous par le mystère de la mort. Et du mystère de sa mort, il est sorti là aussi vivant, c'est cela la résurrection. La résurrection, c'est la vie dont le jaillissement est si profond qu'il est plus fort que tout, plus fort que la mort. Jésus a voulu participer à notre mort, pour que nous puissions à notre tour et entrer dans sa vie éternelle, sa vie de ressuscité.

Paul va donc entrer dans ce mystère de la vie de Dieu, de Jésus, du Fils, de cette vie qu'éternellement le Père lui donne, de cette vie qu'il a voulu vivre parmi nous comme l'un de nous sur cette terre, de cette vie qui a abouti à sa mort sur la croix mais dont il est sorti vivant plus que jamais par sa résurrection.

Ainsi, nous sommes fils du Père comme Jésus est le Fils de son Père, et nous sommes invités à une vie éternelle plus forte que tout, plus forte que la mort, c'est la vie de la résurrection. Tout cela va se réaliser au plus profond de nous-mêmes. Ce n'est pas simplement une relation que nous aurions avec le Christ, comme un modèle, comme un vis-à-vis, comme un frère aîné, cette relation, elle va s'incarner en nous, elle va s'incarner dans la vie de Paul, dans son cœur, dans son esprit, dans sa chair. Il va être entièrement imprégné imbibé de cette vie du Père, comme tout à l'heure l'eau qu'on versera sur lui signifie cette imprégnation de l'eau symbole de la vie de Dieu. Cette imprégnation interne au fond de nous-mêmes dans notre cœur, c'est l'œuvre de l'Esprit Saint. Car Dieu est Père comme créateur, Dieu est Fils comme sauveur, Dieu est Esprit Saint comme sanctificateur, car l'Esprit, c'est Dieu qui vient à l'intérieur de nous-mêmes, qui vient vivre au cœur de notre propre vie, c'est Dieu qui vient mêler sa vie à notre vie, de telle sorte que si nous laissons l'Esprit Saint agir jour après jour dans notre vie, car ce n'est pas simplement aujourd'hui que Paul va recevoir l'Esprit Saint, il le reçoit pour toute sa vie, il le recevra tous les jours s'il le veut, s'il veut être fidèle à ce baptême, il sera tous les jours rempli de la présence de Dieu. L'Esprit Saint va si profondément mêler sa vie divine, la vie du Christ ressuscité, car c'est l'Esprit qui a ressuscité Jésus d'entre les morts, l'Esprit est si intimement présent en nous que si Paul est fidèle à son baptême, petit à petit, sa vie humaine bien semblable à la nôtre va être comme transformée de l'intérieur par la vie divine que l'Esprit saint vient lui donner au plus profond de lui-même. Si Paul est fidèle à son baptême, quand il pensera, on ne pourra plus savoir si c'est lui qui pense ou l'Esprit saint qui pense avec son âme, quand il agira, de même, et quand il aimera également tellement la vie de Dieu aura pénétré en lui et sa propre vie sera indissociable de cette vie de Dieu.

Etre chrétien, c'est cela, c'est laisser l'Esprit saint agir en nous jour après jour, pour qu'il nous transforme en des frères de Jésus, en des fils du Père, pour qu'il nous donne cette vie éternelle qui est en Jésus, la vie du ressuscité qui est plus fort que toute mort.

Frères et sœurs, nous avons tous été baptisés, je ne sais pas si nous avons été jour après jour fidèles à ce baptême, à l'Esprit saint qui nous a été donné, mais c'est l'occasion quand nous entourons Paul qui va recevoir le baptême, pour nous de revivre notre propre baptême et de nous redemander si nous sommes vraiment fils du Père, frères de Jésus, remplis de l'Esprit Saint et fidèles à cette présence vivifiante de l'Esprit en nous. Que le baptême de Paul soit pour nous la grâce de revivre notre propre baptême.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public