Photos

TIENS BON !

Sg 18, 6-9 ; Hb 11, 1-2+8-19 ; Lc 12, 32-48
Dix-neuvième dimanche du temps ordinaire – Année C (11 août 2013)
Homélie du Père Jean-Noel T'cha


C'est la nuit qu'il est beau de croire à la lumière
Frères et sœurs, la foi, qu'est-ce que c'est ? Si vous me posez la même question, il n'est pas sûr que je vous donne une réponse satisfaisante. En parcourant les textes liturgiques de ce jour nous allons essayer de percevoir ce qu'est la foi, et en retour, ce que la foi produit en chacun de nous.

Dans la première lecture, on évoque des images qui nous rappellent la foi d'Abraham et de ses descendants. On parle de la grande délivrance pascale, de l'Exode, des promesses et de la foi de nos Pères.

La deuxième lecture qui est beaucoup plus explicite sur cette thématique de la foi nous dit les miracles que peut opérer la foi. Grâce à la foi, Abraham accepta de quitter son pays pour un autre pays lointain inconnu. Grâce à la foi, Sara conçut et enfanta Isaac. Jusque-là on voit les détachements mais non douloureux. C'est bien de quitter sa terre pour aller ailleurs, il y a la douleur du détachement, mais ce n'est pas encore trop exigeant. On évoque le sacrifice d'Isaac comme pour nous dire que la foi implique aussi la souffrance. Ce n'est pas quand tout va bien que je crois en Dieu. Il faut croire et surtout quand tout semble aller mal. Accepter de quitter ses sécurités personnelles pour s'ouvrir à la nouveauté de Dieu. Faire confiance.

Dans l'évangile, saint Luc nous invite à la vigilance : tenez bon. Oui, mais comment tenir bon ? dans cette foi qu'on ne voit pas, qu'on ne peut pas palper avec nos mains sensibles. Comment tenir bon ? oui, quand je suis entouré de toutes les commodités possibles, tenir, oui, quand je suis dans ma chambre climatisée, au frais. Tenir bon, oui, quand sur ma table rien ne me manque. On est souvent bon chrétien quand il a toutes ces facilités autour de nous. On est bon chrétien, et on sourit facilement. Mais quand on tourne la page, toutes les pages ne se ressemblent pas. Le cahier est le même mais toutes les pages ne sont pas pareilles. Tournez donc la page de votre vie, et vous verrez que cette page n'est pas semblable à celle qui précède, que faites-vous ? vous continuez de croire ?

Continuons-nous de croire en ce moment ? quand on voit qu'il y a plus de taches sur cette page-là, c'est à ce moment qu'il faut croire et tenir bon. Le courage, l'audace d'oser avancer malgré l'incertitude de l'avenir tout en sachant qu'au bout de ce chemin jonché d'épines, il y a quelqu'un qui nous attend, Dieu. Ce n'est pas facile tenir bon c'est aussi accepter les épreuves de tous genres, et nous en avons tous. Chacun a son épreuve et c'est dans cette épreuve que le chrétien doit montrer qu'il est vraiment le fils de Dieu, qu'il croit en Jésus-Christ mort et ressuscité.

Dans l'évangile saint Luc se plaît à marteler sur le détachement que nous devons avoir vis-à-vis des biens matériels. La question n'est pas de posséder ou de ne pas posséder. Tout réside dans le rapport que nous entretenons avec ces biens matériels. Si Dieu a créé l'homme, c'est pour qu'il soit heureux sur la terre, qu'il vive déjà les prémices du Royaume des cieux, mais on ne peut pas l'être si l'on n'a pas le minimum vital. Il y a le risque de vouloir tout amasser et d'y placer sa confiance. Mettre sa foi dans ce que nous avons, c'est cela l'idolâtrie. Mettre toute sa confiance dans notre avoir, et quand on sort de cela, on se perd. Chacun a son petit dieu, chacun à son idolâtrie. Nous avons tous quelque chose auquel on s'accroche tellement, et quand cela ne va pas, on se pose la question : Dieu, est-ce que tu existes ? on convoque Dieu au tribunal et on lui pose beaucoup de questions.

C'est cela aussi la foi, accepter de se détacher de ce que l'on a, comme le dit saint Paul : posséder comme ne possédant pas. Le paradoxe c'est quand on est complètement démuni, on s'accroche tellement au peu que nous avons. Il y a des gens qui matériellement sont très bien, parce que leur rapport avec les biens matériels ne les excluent pas de Dieu. Par contre, les très pauvres qui malheureusement devraient être les privilégiés de Dieu, aimant Dieu, sont très loin de Dieu parce que plaignant toujours de ces manques. Tout est question d'attitude intérieure, nous sommes tous riches et pauvres à la fois. Tout dépend de notre cœur vis-à-vis de ces biens.

Jésus nous invite à ce détachement, à avoir le cœur libre. Si Dieu nous donne des biens, que nous en jouissions soit, mais en pensant à l'autre. Et si l'on n'a rien, qu'on soit heureux en espérant qu'un jour nous obtiendrons ce que nous souhaitons. C'est cela la foi et qui parle de foi parle aussi de l'espérance, car cette espérance en Dieu nourrit notre foi.

Je terminerai en partageant avec vous ce texte d'une encyclique signée conjointement par nos deux papes, le pape émérite et le pape François, c'est une première dans l'histoire de ces temps modernes. Le premier chapitre de cette encyclique intitulée : "Nous avons cru à l'amour" en évoquant Abraham explique comment l'écoute de la Parole est appelée à nous sortir de notre égo, de notre moi pour s'ouvrir à la vie nouvelle promise rendant ainsi possible l'espérance, la poursuite de notre cheminement. "La foi est liée à la paternité parce que le Dieu qu'ils appellent n'est pas un étranger mais un Père, source de bonté, origine de toues choses et soutien de chacun". Celui qui nous appelle, ce n'est pas du vent en l'air, ce n'est pas quelqu'un qui plane ! c'est un Dieu Père plein de bonté et qui est le soutien de tous, quelle que soit notre situation. "Dans l'histoire d'Israël, la foi est opposée à l'idolâtrie qui détourne l'homme, le retient prisonnier et le prive de l'attente de la promesse. La foi quant à elle est la confiance en l'amour miséricordieux de Dieu qui accueille et pardonne toujours, qui redresse les faux-pas de nos vies. Elle est la disponibilité à se laisser transformer au simple appel de Dieu, un don gratuit qu'il nous fait et qui demande le courage et l'humilité de se confier pour découvrir le chemin lumineux de rencontre entre Dieu et les hommes dans l'histoire du salut. Le paradoxe de la foi est l'adresse perpétuelle de Dieu qui stabilise l'homme et l'éloigne des idoles".

Ensuite le texte s'attarde sur la figure de Jésus médiateur qui nous ouvre à une vérité plus grande à la manifestation de l'amour de Dieu comme fondement de la foi. "La foi se renforce de la médiation sur la mort de Jésus qui révèle son inébranlable amour de l'homme. Ressuscité, il devient un témoin digne de foi par lequel Dieu œuvre dans l'histoire et en détermine le destin final. L'aspect décisif de la foi en Jésus est de participer à sa manière de voir. La foi regarde Jésus mais aussi son point de vue. De même dans la vie, ou nous faisons confiance à qui en sait plus que nous, pour la foi, c'est Jésus qui nous explique Dieu. Nous croyons Jésus lorsque nous acceptons sa Parole, nous croyons en lui lorsque nous l'intégrons dans notre vie, nous confiant en lui. Son Incarnation fait que la foi ne nous détache pas de la réalité, mais elle nous en fait percevoir toute la signification. L'homme se sauve grâce à la foi car il s'ouvre à un amour qui le précède et le transforme intérieurement. Par cette action de l'Esprit, le chrétien porte son regard sur Jésus, ses sentiments et sa disposition filiale, sans cette présence on ne saurait confesser le Seigneur. La foi devient existence ecclésiale car elle se confesse en communion, en croyant au sein de l'Église."

En conclusion, la foi comme vous venez de l'entendre c'est bien sûr une adhésion personnelle, mais c'est d'abord une affaire ecclésiale, une affaire de communion. On va à Dieu ensemble et non en rangs dispersés, mais non pas en se tenant la main dans la main, car pour évoluer, on n'ira nulle part ! C'est seulement en faisant attention les uns envers les autres. Que la grâce de cette eucharistie nous aide à fortifier notre foi. Le dire c'est facile, mais le vivre c'est très difficile. Que Dieu nous aide à fortifier notre foi et à l'exprimer aussi, car la foi sans les œuvres est morte. Que nous puissions la raviver chaque jour, chacun selon son état de vie et selon sa situation.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public