Photos

LE FEU DESTRUCTEUR

Jr 38, 4-6 + 8-10 ; Hb 12, 1-4 ; Lc 12, 49-53
Vingtième dimanche du temps ordinaire – Année C (18 août 2013)
Homélie du Père Jean-Noel T'CHA


Le feu de l'Esprit purifie
Frères et sœurs, quand je méditais ce texte de l'évangile, je me suis posé cette question : est-ce que ce même texte aura la même connotation en Égypte, surtout entendu par les chrétiens? Une question à laquelle je n'ai pas pu donner de réponse, ou du moins, la réponse a été dans la prière.

Oui, notre planète terre fait aujourd'hui plus que jamais l'expérience d'un drame tragique, elle gémit en douleurs d'enfantement. Elle assiste impuissante à l'extermination pure et simple de ses enfants les humains. Et pendant que nous écoutons pieusement cette parole paradoxale et déconcertante de Jésus, il y en a sur cette planète terre qui en vivent atrocement et cruellement la réalité.

Que de personnes décimées parce qu'elles ne confessent pas forcément la même foi du plus fort. Que de chrétiens exterminés parce que se réclamant tout simplement du Christ. Que d'édifices incendiés et détruits parce qu'ils portent le nom d'église. La liste de ces faits macabres pourrait s'allonger à l'infini. Il suffit d'ouvrir sa télé ou sa radio pour s'en convaincre.

Et si nous regardions de plus près. Que de personnes de la même famille s'en veulent à mort parce qu'elles ne professent pas la même foi. Que de familles divisées parce que ses membres ne vivent pas la même religion. Que de haine et de violence manifestes ou tacites et parfois même au sein d'une même confession religieuse pour la simple raison que ces personnes sont trop "catho".

J'ai presque envie de dire à l'instar de Jésus que cette parole de l'évangile que nous venons d'entendre, c'est aujourd'hui qu'elle s'accomplit. Mais c'est dommage et regrettable. Si Jésus passe pour l'instigateur de cette violence, de ce manque de paix, de cette haine et de cette intolérance, il n'en est pas l'auteur actif. Jésus n'est pas un fondamentaliste, ni un intégriste, encore moins un terroriste qui se complairait à mettre le feu dans le monde qu'il a lui-même créé. Si le monde aujourd'hui comme hier court inexorablement vers sa déchéance ou vers sa destruction, c'est parce que les hommes n'acceptent pas la différence. Nous voulons niveler le monde à notre niveau, et dans ce cas, c'est toujours le plus fort qui gagne.

Cette vertu de la tolérance a déserté les cœurs, et Jésus compare sa mission à un feu qui brûle, qui embrase le cosmos. L'incendie est tel qu'il laisse des traces indélébiles. Ceux qui se laissent embraser par l'annonce de l'évangile et ceux qui refusent deviennent irrémédiablement antagonistes, même s'ils sont unis par les liens de la famille. Et l'on voit se réaliser ce que décrivait déjà avec désolation, le prophète Michée en son temps qui était un temps de détresse. Le fils traite son père de fou, la fille se dresse contre sa mère, la belle-fille contre la belle-mère. Chacun a pour ennemi les gens de sa propre maison.

Oui, chers frères et sœurs, tant que nous n'accepterons pas la diversité et la complémentarité des charismes, au lieu d'être embrasés par ce feu purificateur de l'Esprit Saint, nous serons plutôt brûlés et consumés par le violent feu qu'auront engendré la haine et le mépris de l'autre. Si de l'extérieur nous sommes assaillis parce que nous réclamant de Jésus, prenons bien garde que de l'intérieur nous ne soyons nos propres fossoyeurs, nos propres destructeurs. Là-dessus les paroles de Jésus sont claires et sans équivoque : "Tout royaume divisé contre lui-même va à la ruine et nulle ville, nulle maison divisée contre elle-même ne saurait se maintenir".

Que la grâce de cette eucharistie nous donne de nous laisser embraser par le feu qui unit et alors, nous pourrons former cette fondation inébranlable qu'aucun vent ne peut emporter.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public