Photos

"EFFORCEZ-VOUS D'ENTRER PAR LA PORTE ETROITE"

Is 66, 18-21 ; He 12, 5-7 + 11-13 ; Lc 13, 22-30
Vingt-et-unième dimanche du temps ordinaire – année C (25 août 2019)
Homélie du Père Jean-Noël N’TCHA

Les textes bibliques de ce dimanche nous invitent à faire un pas de plus sur le chemin de la foi, et il y a une vérité incontestable : le Dieu de Jésus-Christ n’est pas le Dieu de quelques-uns, d’une élite. Notre Dieu est le Père de tous, sans discrimination ni distinction. Il vient rassembler tous les hommes et c’est là le message essentiel de la première lecture extraite du livre d’Isaïe.

Cette bonne nouvelle que nous trouvons dans le livre d’Isaïe est adressée aux croyants qui ont passé tout le temps à vivre en exil. Ce sont des paroles de réconfort quand l’amour de Dieu est offert à tous, il revient à chacun, selon la grandeur de son "réceptacle" de recevoir cet amour et dans l’Evangile on dirait un dialogue de sourds entre les auditeurs de Jésus et Lui-même.

Ecoutons encore une fois ce dialogue : « En ce temps-là, tandis qu’Il faisait route vers Jérusalem, Jésus traversait villes et villages en enseignant. Quelqu’un Lui demanda : "Seigneur, n’y a-t-il que peu de gens qui soient sauvés ?" » Et la réponse est étonnante : « Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite ».

Je suis persuadé que des professeurs parmi vous, s’ils devaient noter cela en classe donneraient 1/10 par pitié, à cause du Bic, parce que Jésus selon son auditeur n’a pas répondu à la question. Puisque dans le Livre de l’Apocalypse on parle de 144 000, c’est tellement que l’interlocuteur de Jésus veut vérifier. Et Jésus déjoue encore les calculs humains : « Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite ! » 

Qu’est-ce qui rend la porte étroite ? Le Salut est donné, gratuitement, en abondance, mais que la porte est étroite ! Qu’est-ce qui la rend étroite ? Eh bien, frères et sœurs, ce qui rend la porte étroite, c’est justement de mettre en doute le Salut et l’Amour de Dieu. C’est de douter de la bienveillance de Dieu dans nos vies. Ce qui rend la porte étroite, c’est nous-même chaque fois que nous enfermons les autres dans des catégories ou que nous les jugeons et les condamnons en raison de leur différence.

L’Ecriture est claire là-dessus, chaque fois que nous nous érigeons en juge de notre prochain, nous créons nous-même la porte étroite et la question que l’on pourrait se poser est celle-ci : quelle est la place de la correction fraternelle dont il est question dans la deuxième lecture ? Si on doit se méfier, si on ne doit pas se mêler de la vie des autres, quelle est la place de la correction fraternelle ?

Avant de parler à son prochain, ou de son prochain, rappelez-vous et appliquez le test des trois passoires de Socrate :

Est-ce que ce que vous voulez-dire de votre prochain est vrai ? Si ce n’est pas vrai, taisez-vous !

La deuxième passoire : est-ce que c’est bon ? Est-ce bon à entendre ce que vous voulez dire de votre frère ? Si ce n’est pas bon, taisez-vous !

Et la troisième passoire : est-ce que c’est utile ? Ce que je vais dire de mon frère ou de ma sœur, même si c’est pour avoir plus de conseils et le corriger, est-ce que c’est utile ? Si ce n’est pas utile, taisez-vous !

Voilà les trois passoires, les trois filtres de Socrate qui l’aidaient, l’orientaient dans ses discussions avec ses interlocuteurs. Cela évite de médire des autres et parfois de façon innocente ou naïve.

Enfin, pour éviter la porte étroite de nos cœurs, il n’y a qu’une seule chose et elle n’est pas facile à faire, c’est d’ouvrir nos cœurs aux dimensions du Cœur de Dieu et c’est ce que fait Jésus en reprenant Isaïe à la fin de cette lecture : « Tous ceux qui viendront de l’Orient, de l’Occident, du Nord, du Sud, trouveront toujours demeure dans la maison de Dieu, dans le cœur de Dieu ».

Oui, frères et sœurs, la porte est étroite mais nous devons y entrer parce que Dieu nous y attend. Que la grâce de cette eucharistie ouvre largement les portes de nos cœurs car Jésus se tient là. Comme le dit le chant de l’Apocalypse, « Je me tiens à la porte et je frappe, si quelqu’un entend ma voix et m’ouvre la porte, j’entrerai chez lui et je dînerai avec lui ».

Oui, le Seigneur a hâte de dîner avec nous, ouvrons-Lui les portes. Mais comment ? Où on voit Jésus passer dans les rues, Jésus c’est moi, Jésus c’est vous, Jésus c’est chacun de nous.         

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public