Photos

REVÊTIR L'ARMURE DU CHRIST

1 Th 5, 1-10 ; Mt 21, 33-46

(23 août 1981???)

Homélie du Frère Serge JAUNET

Revêtir le Christ

H

ier même, dans cette église, j'évoquais cette inquiétude qui habite le cœur de beaucoup, dans cette société qui est la nôtre aujourd'hui, inquiétude voire même désespérance. Et il n'y aurait qu'un pas à franchir pour dire, avec beaucoup de voix, que c'était là un signe des temps, que nous en étions à la fin. Dans un pays, comme celui d'Aix, nous entendons à chaque instant ce genre de prophéties qui remontent à nos oreilles. Nous n'habitons pas loin de la cité de Nostradamus qui a parlé beaucoup de cela ou du moins, un homme à qui l'on fait dire beaucoup de choses en le traduisant, sur ces derniers temps qui approchent et qui sont là, à notre porte.

Or, vous l'avez entendu, dans l'épître aux Thessaloniciens, saint Paul nous redit après Jésus que "sur le moment de ces derniers temps, nous n'avons pas à disserter, nous n'avons pas à nous en soucier, ce moment appartient à Dieu seul. Lui seul le connaît." Et saint Paul nous invite à vivre, dans ce monde souvent marqué par les ombres et les obscurités, comme les enfants du jour, comme des enfants de la lumière. Un mot difficile, c'est vrai, car il dit lui-même qu'il faut revêtir des habits de combat, une armure, une cuirasse et un casque. Et cette armure, cette cuirasse, ce n'est rien d'autre que la foi et la charité. Croire plus que tout et au-delà de tout ce que l'on peut nous dire, en Jésus-Christ, en le salut qu'Il nous offre. Aimer, car tel est bien le premier et le seul des commandements. Aimer Dieu et aimer ses frères en ce monde, voilà ce qui compte. Revêtir aussi le casque, le casque pour le combat, qui est un casque d'espérance. L'espérance qui, elle aussi, est tissée de foi, est tissée de charité, qui nous fait tout attendre de Celui en qui nous pouvons tout.

La foi, l'espérance, la charité, ce sont des vertus que, vous le savez, nous appelons théologales, c'est-à-dire des vertus qui ne viennent pas de notre propre cœur, Personne ne peut, de soi-même, vivre de foi, de charité ou d'espérance. Elles nous sont données gratuitement par Dieu seul. Nous n'avons qu'à les demander, à les mendier chaque jour pour être forts dans ce monde, pour être revêtus de cette armure de foi et de charité, de ce casque de l'espérance. Au jour de notre baptême, et nous le chantons à chacun des baptêmes que nous célébrons, "nous avons revêtu le Christ". Et le vêtement blanc que les baptisés portent, et que les moines portent, est, dans cette société, le signe de cet habit nouveau que nous avons revêtu, de cette armure qui n'est rien d'autre que le Christ, que sa vie, que sa force, que sa propre charité, que sa propre espérance.

En ce jour, où nous sommes venus dans l'Église du Seigneur, écoutons la parole de l'apôtre. N'ayons pas peur devant ce monde d'ombres, dans ce monde difficile. Ne pensons que ce sont les derniers temps, nous n'en savons rien, Dieu seul le sait, mais laissons-nous, encore aujourd'hui revêtir par le Christ, prenons cet habit nouveau. Habillons-nous de foi laissons-nous habiller de foi d'espérance et de charité.

 

AMEN


 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public