Photos

N'IMPORTE QUI OU QUELQU'UN ?

Si 3, 17-18+20+28-29 ; Hb 12, 18-19+22-24 ; Lc 14, 1a+7-14
Vingt-deuxième dimanche du temps ordinaire – Année C (29 août 2010)
Homélie du Père Jean-Noel T'CHA

A chacun sa place …

 

Frères et sœurs, au cours de ma méditation sur les textes liturgiques de ce jour et surtout de l'évangile, cette idée m'est venue à l'esprit : si j'étais un frère Daniel, j'aurais écrit avant mon départ un livre dont le titre serait : "Jésus, cet homme qui dérange !"

Oui, il faut le dire. Jésus dérange nos habitudes, nos commodités humaines. Car le désir naturel de l'homme c'est de se réaliser, d'occuper dignement sa place dans le corps social qui est le sien. Sa vocation naturelle est d'aspirer à un mieux être qui confère du coup, une identité, une personnalité. En d'autres termes, c'est vouloir être comme on le dit : quelqu'un. Etre "quelqu'un" ce n'est pas être "n'importe qui" ! Les pharisiens aimaient s'entourer de tout le monde sauf de n'importe qui, c'est-à-dire des personnes sans valeur. C'est bien le tableau que saint Luc nous dépeint dans son évangile, mais avec une petite tache insolite : la présence d'un "n'importe qui" au milieu des "quelqu'un". Connaissant les relations peu amicales qui liaient Jésus aux pharisiens, on pourrait se demander pourquoi ce pharisien avait-il invité Jésus, ce trouble-fête le jour du sabbat ? Qu'attendait-il de lui ? un miracle encore ou une controverse ? C'est toujours l'un ou l'autre.

Nous savons tous bien que le jour du sabbat reste le point d'achoppement entre Jésus et les pharisiens, ses éternels adversaires. Et pourtant, il est invité à ce jour par un pharisien, un de ses ennemis déclaré. Mais heureusement Jésus, "n'importe qui" ne se laisse intimider par personne. Le moins qu'on puisse dire c'est que le prophète de Nazareth est un invité assez peu diplomate, peu flatteur. Jésus ne sait pas biaiser. Il observe bien les invités qui s'installent et puis, il n'arrive pas à retenir sa langue. Il prend la parole sans même l'avoir demandée au maître de maison : "Quand tu es invité à des noces, ne va pas te mettre à la première place. Au contraire, va te mettre à la dernière place". Vous conviendrez avec moi que cette parole de Jésus semble bien à l'inverse de toutes nos mentalités aujourd'hui encore. En nous et autour de nous, c'est au contraire le goût du pouvoir et des préséances. On rivalise pour devenir un homme important au risque d'écraser les autres. Attention, c'est un risque qui a guetté les hommes d'hier et continue de nous guetter le plus souvent, nous, chrétiens. On veut monter sur les autres pour grandir.

Que nous demande Jésus ? "Quand tu es invité, va te mettre à la dernière place, car qui s'élève sera abaissé et qui s'abaisse sera élevé". Et Jésus est encore le seul à pouvoir dire ce grand acte sublime d'humilité et ce, à travers son Incarnation. La lettre aux Philippiens de renchérir : "C'est pourquoi Dieu l'a élevé". Il l'a élevé parce que d'abord il s'est abaissé. Jésus a choisi la dernière place que personne ne pourra lui ravir, dit un auteur spirituel. Cette humilité du Christ est si étonnante que les théologiens la nomment "kénose", l'abaissement total. Abaissons-nous avec le Christ pour être élevés avec lui. Qui parmi vous ne veut pas être grand ? Qui ? Moi, je veux être grand à ma place.

En fait, Dieu nous appelle à la grandeur, il ne veut pas des âmes médiocres. Jésus nous appelle à canaliser et à purifier notre désir de grandeur afin que notre souci premier ne soit pas notre propre intérêt mais la gloire de Dieu et le bien de tous nos frères et de toutes nos sœurs, et cela sans exception aucune. C'est pour cela que Jésus "n'importe qui" invité parmi les "quelqu'un" n'a pu s'empêcher de parler. Invité parmi les "quelqu'un", il ne ménage ni les invités ni celui qui l'a invité.

C'est un "n'importe qui" courageux. Et c'est justement ce courage qui fait de ce "n'importe qui" Quelqu'un ! Mais alors, quelqu'un pas comme les autres, quelqu'un qui révolutionne, quelqu'un qui dérange pour rétablir un ordre : le règne de l'amour sans exclusion. Quand tu donnes un déjeuner, dit-il, n'invite pas que tes amis et des hommes riches, car eux t'inviteraient en retour. Quand tu donnes un festin, invite les pauvres les estropiés, les aveugles et tu seras heureux parce que tu sais que tu fais œuvre de gratuité. Ils n'ont rien à te rendre en retour. Jésus nous invite chers frères et sœurs à aller de préférence aux mal-aimés, aux plus perdus parce qu'ils n'auront rien à nous rendre en retour. C'est que l'amour vrai est toujours gratuit et désintéressé. Si on aime, c'est gratuitement et non pour être payé en retour, cela te sera rendu dit Jésus, à la résurrection des morts.

A propos de la première et dernière place, je vous livre une petite anecdote. C'était une fidèle chrétienne, très pieuse, un modèle dans tout le quartier. Elle venait à tous les offices, mais à un moment donné, il y a eu une petite friction entre elle et un organisateur et puisqu'elle était habituée à rester devant près de l'autel, la présence de l'autre l'a tellement gênée qu'elle s'est mise tout à fait au fond. Le jour de sa mort, justement, pour se calmer la conscience, elle s'est rappelée cette partie de l'évangile : quand tu es invité va te mettre à la dernière place plutôt qu'à la première. Le jour de sa mort, elle s'est retrouvée au paradis, et elle s'attendait à ce que Jésus la prenne près de lui. Jésus allait la mettre tout à fait derrière et elle était surprise. Comment, l'évangile nous trompe ? Je mérite maintenant la première place. Et Jésus lui dit : ma pauvre, la dernière place, c'est pour être plus en communion avec moi. Si tu pouvais déjà sur la terre être devant et communier davantage avec moi, c'était l'idéal. Comme pour lui dire que la première place et la dernière place ce n'est pas une place à considérer de manière matérielle mais c'est d'abord une attitude. Quand Jésus a fini de nous donner cette dernière leçon, oubliant qu'il était au ciel et non sur la terre, il dit : que celui qui a des oreilles pour entendre, entende !

Si nous voulons être au premier rang à l'église, occupons les premiers bancs, comme cela nous aurons la chance d'être en communion parfaite face à face avec Dieu.

 

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public