Photos

LA RELIGION DE L'AMOUR

Ex 22, 20-26 ; 1 Th 1, 5-10 ; Mt 22, 34-40
Trentième dimanche du temps ordinaire – Année A (23 octobre 2011)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Saint Jean écrivant son évangile (Saint Macaire)
Frères et sœurs, "Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur et de toute ton âme et tu aimeras ton prochain comme toi-même", voilà en une phrase, résumée toute la vie chrétienne, toute notre existence dépendante du Christ qui nous sauve. A vrai dire, ces phrases sont empruntées à l'Ancien Testament. Il y a donc déjà eu une préparation : dans le Lévitique, nous lisons : "Tu aimeras ton prochain comme toi-même" (Lév. 19, 18) et c'est dans le Deutéronome que se situe le Shema Israël, ces paroles que les juifs pieux récitent chaque jour : "Ecoute Israël, ton Seigneur est le seul Seigneur, tu aimeras le Seigneur de tout ton cœur, de toute ton âme et de toutes tes forces" (Dt 6, 5). Le Seigneur ton Dieu est le seul Seigneur, c'est l'affirmation de l'unicité absolue de Dieu, ce Dieu unique que nous aimons avec la totalité de nous-même.

Dans ces deux phrases issues de l'Ancien Testament, ce qui est radicalement neuf, c'est de les faire coïncider l'une avec l'autre. Jésus dit : "Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, voilà le plus grand commandement, et le second lui est semblable : tu aimeras ton prochain". Cela l'Ancien Testament ne le disait pas, c'est le commandement nouveau que Jésus nous annonce. Le commandement nouveau, c'est d'aimer son frère comme on doit aimer Dieu, c'est-à-dire de tout notre être, de tout notre cœur et de toutes nos forces. C'est pourquoi Jean dans sa première épître pourra dire : "Si nous nous aimons les uns les autres l'amour de Dieu demeure en nous " (I Jn 4, 12).

Pour que cet amour de Dieu puisse venir en notre cœur, il faut qu'il nous soit donné. L'amour ce n'est pas quelque chose dont nous avons l'initiative, ce n'est pas une attitude, ce n'est pas une vertu, ce n'est pas une façon d'être que nous fabriquerions à force de volonté, l'amour est un don. Là aussi saint Jean nous introduit dans cette précision : "Ce n'est pas nous qui avons aimé, c'est Dieu qui nous a aimés le premier" (I Jn 4, 19). Dieu nous aime le premier, et si nous sommes capables de répondre à son amour, si nous sommes capables de l'aimer de tout notre cœur et de toutes nos forces, c'est parce qu'il nous le donne, lui. Non seulement, il nous aime de tout son cœur, mais il nous donne de donner notre cœur pour son amour, et puisque le prochain est aussi proche de nous que Dieu, puisque l'amour de Dieu et l'amour du prochain ne font qu'un, l'amour du prochain nous est donné aussi par Dieu. C'est Dieu qui met dans notre cœur la capacité d'aimer. C'est Jésus qui nous donne ce commandement, et c'est pourquoi il peut dire le commandement nouveau : "Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés" (Jn 13, 14). La mesure véritable de l'amour c'est d'aimer sans mesure nous dit saint Bernard, la mesure de l'amour, c'est que Dieu nous aime, c'est-à-dire d'un amour sans limites. Cette parole de Jésus est comme une tradition qui nous est remise, l'amour nous est transmis de génération en génération, à partir du cœur et des mains de Jésus, car c'est lui qui nous manifeste l'amour de Dieu pour nous et l'amour de Dieu dans nos cœurs les uns pour les autres.

C'est donc Jésus qui est le maître de cet amour qui doit remplir notre vie. Mais là encore, nous devons aller un peu plus loin. Si Jésus nous aime, c'est parce qu'il est aimé lui-même par le Père. D'amour en amour, nous remontons jusqu'au cœur de la Trinité car toute la vie du Père est de donner son amour au Fils, toute la vie du Fils est de recevoir cet amour du Père. Le Fils et le Père le donnent à l'Esprit Saint de telle sorte que la vie de la Trinité est un immense feu, un embrasement d'amour, un jaillissement perpétuel d'amour qui va du Père vers le Fils et du Fils vers l'Esprit. C'est au cœur même de la Trinité que s'enracine notre vie chrétienne. Notre vie chrétienne c'est d'aimer notre frère comme nous aimons Dieu, ou plus exactement, comme Dieu nous aime et comme Dieu aime donc aussi notre frère. C'est le privilège de Dieu d'aimer tous les hommes comme si chacun était unique au monde. Pour nous, il y a quelques personnes qui sont uniques au monde, et que nous aimons par-dessus tout, mais les autres, sans nous être indifférents, ne sont pas au cœur de notre cœur. Pour Dieu, nous sommes tous au cœur de son cœur. Pour Dieu, tous, nous sommes aimés infiniment, et c'est cet amour infini de Dieu pour chacun d'entre nous qui se répand dans nos cœurs pour que nous en fassions rejaillir quelque peu vers son trône de gloire, par ce qui rend gloire à Dieu qui est de nous aimer les uns les autres.

L'amour est donc la caractéristique de la vie chrétienne. L'amour, pas n'importe lequel, mais un amour véritable, s'il remplit notre cœur rend Dieu présent dans notre cœur. C'est encore saint Jean qui dans sa première épître nous dit : "Celui qui aime est né de Dieu et connaît Dieu. Celui qui n'aime pas n'a jamais connu Dieu parce que Dieu est amour" (I Jn 4, 7-8). Saint Jean ne dit pas : celui qui aime Dieu, mais seulement "celui qui aime". Celui qui aime vraiment, qui aime son épouse, ses enfants, ses parents, ses voisins, qui aime aussi son ennemi, celui qui aime vraiment de tout son cœur et né de Dieu et connaît Dieu. Même s'il ne sait pas à la limite que Dieu existe, il le connaît non pas d'une connaissance intellectuelle mais d'une connaissance expérimentale parce qu'en aimant son prochain, son cœur se met au rythme du cœur de Dieu qui aime tous les hommes et qui l'aime lui-même, même s'il n'en sait rien et ne le connaît pas.

Quelle religion est assez grande pour, comme la nôtre, faire que le centre de cette religion n'est pas d'y appartenir même par la foi, mais le centre de notre religion, de notre vie, c'est d'aimer en vérité, comme Dieu aime, d'aimer de la totalité de notre cœur, de notre âme, de nos forces, d'aimer sans mesure Dieu et notre prochain pour que l'univers tout entier soit un concert d'amour, soit une louange sans fin par laquelle nous acclamons l'amour de Dieu qui est amour, l'amour du Christ qui vient du Père, l'amour du Christ qui nous a créés et qui nous sauve, l'amour du Christ qui vient dans notre cœur pour que nous aimions comme il nous aime, l'amour qui devrait remplir tout l'univers. C'est cela que nous demandons au Seigneur, c'est pour cela que nous prions et que nous confessons humblement notre manque d'ouverture de cœur, notre manque de don de nous-même.

 

 

AMEN

 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public