AU FIL DES HOMELIES

Photos

LES DIMENSIONS DE L’AMOUR

1 Jn 5, 5-12 ; Jn 3, 13-21

(7 janvier 2006)

Homélie du Frère Bernard MAITTE

 

L

e texte que nous venons d’écouter, le texte de saint Jean, peut paraître compliqué. Mais je crois qu’il faut simplement se laisser porter par le rythme du texte lui-même et voir un peu comme on le trouve dans certains films, je pense au film de Peter Grenowe, par exemple "Meurtre dans un jardin anglais", ou pour vous, les jeunes, sur les consoles vidéos ou les jeux que l’on capte sur internet, il faut se laisser embarquer par toutes les dimensions et les réalités du texte. Il y a une dimension assez facile, c’est la dimension « haut et bas ». Mais il y a aussi une dimension qui donne une dynamique, une trajectoire, c’est « ténèbres et lumière ». Et quand on a dessiné le haut et le bas, les ténèbres et la lumière, on a la croix de Jésus. C’est le verset que nous avons lu qui est important : "Comme Moïse a élevé le serpent dans le désert". C’était un serpent, parce que les hébreux avaient été mordus par des serpents brûlants et on en a planté un sur un piquet, on l’a élevé, et quand les hébreux le regardaient, ils étaient guéris. Désormais, le brûlant, la lumière, c’est le corps brûlant plein de lumière de Jésus en croix et ce corps plein de lumière, il se dit au moment même où Jésus est en train de mourir alors qu’on dit que les ténèbres se font sur la terre.

Là, on voit déjà une première trajectoire, et c’est pour cela qu’ensuite, saint Jean dit que "celui qui aime la lumière, qui veut faire des œuvres belles va vers la lumière, et il quitte les ténèbres". Du coup, il reproche à certains de préférer les ténèbres à la lumière. C’est comme dans un jeu, quand il faut aller quelque part, on doit avoir le point lumineux, la clarté, c’est exactement la même chose dans la vie chrétienne, on sait quel est notre but. Notre but, c’et d’atteindre cette lumière, et cette lumière nous a été apportée par Jésus. C’est ce que nous avons fêté à Noël, parce que de manière très traditionnelle, on imagine que Dieu est en haut, et que les hommes sont en bas. Donc, en naissant, Jésus passe du haut vers le bas. Il est très grand il est inaccessible, et pourtant, il se fait tout petit. Là, on a une dimension verticale. On a eu la dimension lumière-ténèbres, et haut et bas, on a de Dieu à l’homme. Saint Jean confesse que Jésus est à la fois vraiment Dieu, Il vient d’en-haut, et vraiment homme, Il est né sur notre terre de la vierge Marie. C’est un peu comme un ascenseur, qui pourrait peut-être aussi s’appeler un descendeur quelquefois, car si on le prend pour monter la plupart du temps, on le prend aussi parfois pour descendre. Jésus est d’abord descendu, et il est descendu très bas, il est descendu dans notre humanité, mais il est descendu jusque dans la mort, parce que la mort est toujours évoquée, signifiée par les ténèbres, ce qui est enfermé, ce suit est sombre, ce qui est sous la terre, les enfers. Il est allé jusque là, et depuis, par sa Résurrection, c’est comme l’ascenseur, Il remonte vers Dieu. Mais, il ne repart pas tout seul, un ascenseur n’est pas fait pour voyager tout seul, Il revient en contenant dans son humanité, en ramassant, en récupérant, en emmenant avec lui, tous les hommes, toute notre humanité. De là, Il nous fait passer de la terre vers le ciel.

Là encore, la dimension va jouer des ténèbres vers la lumière. La phrase clé de ce passage d’évangile que nous avons lu, c’est finalement que tout cela nous dit le rapport d’extrême proximité de Dieu avec nous, et aussi de pure amitié de Dieu pour les hommes. Car les hommes, depuis fort longtemps se sont imaginé que Dieu était tellement tout-puissant, qu’il devait les écraser. Et saint Jean dit : Jésus, qui est Dieu, n’est pas venu dans le monde pour écraser les hommes, il dit : "Le Fils de Dieu n’est pas venu pour juger et condamner les hommes, mais pour les sauver". Comment les sauve-t-il ces hommes ? Par amour, Il a donné sa vie pour ceux qu’Il aime, et c’est cet amour-là, parce que l’amour cela élève toujours, cela fait grandir le cœur, parce que l’amour c’est ce qui épanouit notre vie, qui nous fait resplendir, ne dit-on pas des amoureux qu’ils ont souvent un visage resplendissant, comme lumineux ? C’est cet amour du Christ qui désormais nous emporte dans sa victoire, sa résurrection et sa lumière. Et tout ce qui est encore ténèbres, tout ce qui est encore sur terre, désormais, par l’amour que Jésus nous porte, il y a ce mouvement et cette dynamique qui sont inscrites, pour que nous passions des ténèbres à la lumière, il y a sa miséricorde, il y a son salut qui nous est donné, parce que Dieu ne nous juge pas, afin que nous passions de ce monde au monde vers le Père, c’est-à-dire verts cette lumière et cette vie.

 

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public