JPR-Traite des sacrements I

 

Ce premier volume de théologie sacramentaire va nous conduire à découvrir dans le baptême, et plus généralement dans les sacrements, des actes symboliques (événements, rites, gestes, paroles) de l'Eglise (communauté chrétienne, incluant assemblée, ministres, sujets récepteurs), prolongeant et rendant actuels, dans tous les temps et tous les lieux, les actes du Christ incarné au cours de sa vie terrestre, utilisant lui-même et assumant, en les transfigurant de manière inespérée, les tentatives multiséculaires de l'humanité, dans ses diverses cultures et ses diverses démarches religieuses, recherchant son accomplissement dans le désir et l'ébauche d'une rencontre de Dieu. Ces actes du Christ, relayés par les sacrements de l'Eglise, nous signifient et par là même nous révèlent le Dessein de Dieu qui, en créant l'homme (et l'univers), l'appelle à partager son Mystère, c'est-à-dire sa Vie et sa Béatitude, dans une relation d'amour et de convivialité en quoi se réalise cet accomplissement de l'homme (et de toutes choses), l'attirant au-delà de lui-même vers cet " ailleurs " infini de l'Autre (et, par lui, de tous les autres) qui le comble en ne cessant de creuser en lui un dépassement toujours renouvelé.
Définir les sacrements comme des signes, c'est mettre au centre de leur structure cette altérité qui nous décentre de nous-mêmes et qui est peut-être le cœur de la Révélation chrétienne. Et que ces signes soient des symboles, où signe et signifié ne se distinguent pas parfaitement, n'est pas une minimisation de l'altérité, mais au contraire l'indice que celle-ci envahit profondément le réel tout entier.
Dans la suite de notre quête, il nous restera à montrer comment les sacrements, en nous révélant par leur signification ce dessein de Dieu, le réalisent en nous par une participation ontologique que la tradition nomme la grâce. Ce sera l'étude de l'efficacité sacramentelle et du rôle que joue en celle-ci cet homme qui en est le récepteur et le bénéficiaire. Tel sera l'objet du deuxième volume de ce traité des sacrements.  

JPR-Traite des sacrements I-b

Dans le présent volume, l'auteur montre comment Dieu, en nous signifiant son dessein par les rites sacramentels, se sert de ceux-ci comme d'instruments pour réaliser en nous ce dessein, en nous communiquant, par ce qu'on appelle la grâce, la participation au Mystère de communion qui nous a été ainsi manifesté. Dieu veut nous sauver en nous faisant connaître dans quel mystère Il nous fait entrer, ce qui nous permet de prendre part consciemment et activement à notre propre salut. Car Dieu ne veut pas nous sauver sans nous. Le salut est une rencontre et un dialogue de l'homme avec Dieu. Il faudra mettre en lumière ce rôle de l'homme qui reçoit le don de Dieu et doit le faire sien en y collaborant de toutes ses énergies. Cela amènera l'auteur à traiter des cas nombreux où l'homme ne peut s'ouvrir à la grâce que de façon « imparfaite ». C'est déjà le cas du baptême des enfants, c'est aussi celui des païens, voire des athées, de bonne foi, sans oublier le problème si controversé des enfants morts sans baptême. Ainsi achèvera de nous apparaître que tout se fonde en définitive dans la relation à l'autre, aussi bien dans le lien de l'homme avec Dieu que dans les rapports des hommes entre eux, parce que ultimement en Dieu lui-même tout repose sur les relations des Personnes divines entre elles et la circulation éternelle d'amour qui les unit.


 

 

 

 

 
Copyright © 2017 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public