AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA CIRCONCISION

Lc 2, 1-7
Vigiles de la fête de Sainte Marie Mère de Dieu – année B (1er janvier 1985)
Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS


Prieuré Saint Léonard : La circoncision

Dans la tradition liturgique de l'Église, le premier janvier est un jour extrêmement faste car il y a au moins deux fêtes sinon trois et peut-être plus encore. La première c'est celle du mystère de Marie qui est la mère de Dieu. La seconde c'est le mystère de la circoncision du Seigneur. La troisième c'est le fait qu'un pape récent, a voulu que ce soit instauré comme fête de la paix. Je pense qu'il est normal que la méditation de la communauté sur le mystère de Marie revienne à l'eucharistie de demain, c'est pourquoi je voudrais, ce soir, vous dire quelques mots sur le mystère de la circoncision du Christ qui n'est d'ailleurs pas sans rapport avec le mystère de la vierge Marie.

Lorsque nous lisons, dans les récits de l'enfance de Jésus, l'allusion à la circoncision de Jésus, car vous avez remarqué que c'est un texte très bref, nous trouvons que c'est tout à fait normal. Après tout, Marie et Joseph étaient dans le peuple juif, croyants et pratiquants, comme on dit aujourd'hui, et par conséquent c'était tout à fait normal qu'ils tiennent absolument à ce que leur fils soit circoncis. Pour nous aussi lorsqu'un jeune foyer chrétien accueille un enfant, nous considérons que c'est bien et que c'est recommandable de le faire baptiser tout petit. Et nous pensons que Marie et Joseph ont obéi au même comportement.

En réalité, le fait que l'Église primitive nous ait raconté la circoncision de Jésus est quelque chose qui ne va pas de soi, pour plusieurs raisons. La plus importante est celle-ci : c'est que, quand on pense aux bagarres qu'il y a eu dans l'Église primitive et que Saint Paul a dû prendre de fermes décisions à ce sujet pour expliquer que tout le monde n'était pas obligé de passer par la circoncision pour être sauvé, il est remarquable que saint Luc, qui avait été lui-même disciple de saint Paul, ait tenu quand même à nous rapporter le fait, qu'il avait dû recevoir dans la tradition de Jérusalem, que Jésus avait été bel et bien circoncis. D'une certaine manière c'était donner des verges pour se faire battre, parce que c'était manifester que si le Christ Lui-même avait voulu être circoncis, c'était peut-être un argument pour que tous ceux qui croient au Christ se fassent aussi circoncire. Par conséquent, rapporter avec insistance le fait que le Seigneur Lui-même ait voulu se faire circoncire dans le plan du salut, c'était assez dangereux pour l'orientation profonde des communautés et peut-être même pour la coexistence des communautés chrétiennes et des communautés d'origine juive.

Mais il y a plus que cela quand on y réfléchit, Ce n'est pas simplement un argument polémique. C'est aussi un autre problème car dans le texte de la Genèse que nous avons lu tout à l'heure, la circoncision était simplement un signe de l'alliance, un signe de la foi. Et saint Paul ne se gênera pas pour le faire remarquer. Il dira : "Quand Abraham a-t-il été justifié et est devenu ami de Dieu ?" C'est avant la circoncision. Par conséquent la circoncision n'a été là que comme un signe, donc elle n'a pas une importance aussi décisive que vous croyez, dit-il aux juifs qui réclament la circoncision pour les païens. C'est comme s'il disait : au fond, ce qui comptait s'était déroulé pour Abraham, avant même sa circoncision. La circoncision n'était là que comme une signature, une signature rituelle dans la chair d'Abraham pour manifester qu'effectivement il était devenu l'ami de Dieu. Par conséquent, si la circoncision n'était simplement qu'un signe, à quoi bon la donner à Jésus ? Lui, avait-il besoin de signe ? Lui n'est pas comme Abraham. Il n'a pas besoin de croire, donc Il n'a pas non plus besoin d'un signe pour attester qu'Il croit.

Plus encore, il y avait dans l'Ancien Testament tout un courant au sujet de la circoncision qui proclamait : circoncisez votre cœur, la circoncision rituelle de la chair ne suffit pas. Ce courant était extrêmement vivant à l'époque du Christ et on le retrouve à plusieurs reprises dans le Nouveau Testament, précisément pour critiquer un certain formalisme dans le comportement sur la circoncision. Cela voulait dire en clair : ce qui compte c'est de changer son cœur, mais l'appartenance charnelle marquée par le signe de la circoncision, n'est pas le plus important. Par conséquent, le Christ qui vient vraiment transformer notre cœur, le rénover de l'intérieur, comment pouvait-il Lui-même avoir besoin de la circoncision, Lui qui avait déjà totalement le cœur tourné vers son Père ? Alors, à quoi bon donner ce signe ? C'est tout à fait superfétatoire et gratuit.

Et enfin, si le Christ a reçu de Marie cette chair qu'il a prise et s'il a préparé Marie pour être sa mère, pour être celle qui lui communique sa chair, une chair qui est déjà dans la Nouvelle Alliance, si le Christ naît de Marie dans ce terrain tout préparé de la nouvelle alliance pleine et entière avec Dieu, à quoi bon lui donner un signe qui est par évidence le signe même de l'ancienne alliance ?

Vous le voyez, la chose était loin d'être évidente. Si l'on a rapporté le signe de la circoncision de Jésus, c'est sans doute parce qu'il devait avoir une importance décisive pour manifester qui était le Sauveur. Et c'est cela qu'il nous faut comprendre. En effet, lorsqu'il s'agissait d'Abraham, qu'est-ce que Dieu lui demandait ? Il lui demandait de croire : "Pars ! Quitte ton pays, ta parenté, et va ! Crois-Moi sur parole ! Va vers le pays, vers la terre que je te donnerai, et crois que je te donnerai une descendance." C'est dans cet acte de foi que Dieu a fait d'Abraham son ami. Et ensuite effectivement, la circoncision est donnée comme un signe, pour authentifier cette foi et pour marque l'alliance. L'Alliance, elle est effectivement dans l'amitié de Dieu pour Abraham et d'Abraham qui essaie d'y répondre tant bien que mal, à certains moments plus mal que bien. Mais la chair circoncise n'est qu'un signe, un pauvre signe, mais un signe de l'Alliance. Autrement dit, et les prophètes ne se feront pas faute de le faire remarquer, à certains moments, on peut recevoir le signe dans la chair et ne pas vivre du tout dans l'Alliance. C'est pour cela que, sans arrêt, Jérémie, et bien d'autres crieront au milieu du peuple : "Tu es l'Israël infidèle, tu n'es pas enfant d'Abraham, car tu ne vis pas dans ton cœur selon l'alliance. C'est purement extérieur."

Or, ce qui est extraordinaire, c'est que le Christ est circoncis dans sa chair, non pas pour recevoir un signe de l'alliance, car cela évidemment le mettrait d'une certaine manière, sur le même niveau que les prophètes ou qu'Abraham ou tous les autres petits enfants juifs qui étaient circoncis. Mais le sens profond de la circoncision c'est que la chair du Christ devient l'Alliance. La circoncision n'est plus le signe de l'Alliance, mais c'est la chair du Christ qui, par la circoncision, est manifestée comme l'Alliance. Le Christ ne reçoit pas un signe. Il est Lui-même, réellement, l'Alliance, Il est alliance du peuple, comme l'avait déjà prophétisé Isaïe. Comment ? Parce que sa chair, son sang sont la chair et le sang de l'Alliance nouvelle et éternelle. Lorsque Jésus a été circoncis, Il a été manifesté non pas comme un signe de l'Alliance mais comme l'Alliance personnifiée. Désormais, tout rapport entre l'homme et Dieu passe par la chair même de Jésus-Christ. C'est cela le sens de la circoncision. C'est cela le sens de ce que nous fêtons. C'est que le Christ est manifesté réellement dans sa chair comme l'Alliance, non plus un signe, non plus j'allais dire comme ces panneaux indicateurs qui sont sur le bord de la route et qui disent : Attention, il va y avoir un virage ! mais le virage lui-même, le changement même de notre relation avec Dieu. Désormais, tout va passer dans la chair du Christ.

Et c'est pourquoi, désormais tout ce qui passera dans notre vie de chrétien de l'amour et de la bonté de Dieu, passera par le corps et par le sang de Jésus-Christ. C'est pour cela que, maintenant, l'Église vit de l'eucharistie. Le pain et le vin sont la source vive de la bénédiction de Dieu pour les hommes parce que ce sont le sang et la chair de Jésus-Christ. Quand nous entrerons dans le Royaume, nous entrerons par la chair et le sang de Jésus-Christ, mort et ressuscité pour nous. Notre entrée dans le Royaume se fera par le Christ, par sa chair telle qu'Il l'a reçue de Marie et telle qu'Il l'a livrée pour nous. Autrement dit, la circoncision du Christ nous montre comment le Christ est constitué Alliance. Dans ce geste même de la circoncision, on peut dire que tout le reste de la vie de Jésus est déjà compris : Jésus étant manifesté comme Messie à Israël lorsqu'Il est plongé dans les eaux du Jourdain, que Jésus comme pain et vin, nourriture, chair et sang pour son Église au Jeudi Saint, que Jésus rédemption et réconciliation pour tous les hommes dans le sacrifice de la croix, que Jésus mort et ressuscité du tombeau, ressuscité d'entre les morts lorsqu'Il se lève au matin de Pâques, pour que son corps et sa chair soient le principe de rassemblement de l'humanité nouvelle.

Et c'est pour cela, je crois que c'est avec Joseph et Marie qu'Il est présenté à la circoncision, car Marie est le symbole de l'Église, elle est le signe de l'Église, elle est la première des croyants, elle est la mère des croyants Et lorsqu'elle présente son fils, c'est encore l'Église d'aujourd'hui qui désigne son Seigneur en disant : Voici l'Alliance, voici Celui qui nous rétablit dans la vérité de notre rapport à Dieu. Désormais, ce n'est plus simplement un signe adressé à mon esprit ou même simplement à mon cœur, mais c'est la chair de ma chair que pouvait dire Marie et c'est la chair de notre chair, puisque nous-mêmes nous sommes aussi incorporés progressivement au corps du Christ par la vie des sacrements et par la vie de la grâce en nous.

Alors, qu'en ce soir où nous entrons à la fois dans ce mystère de la circoncision du Seigneur et de la fête de la vierge Marie, nous ayons ce souci de savoir quelle est la grandeur et la beauté de notre destinée. Parce que, dans sa chair, le Christ est Alliance du peuple et lumière des nations, voici que nous-mêmes, nous sommes appelés à devenir personnellement, progressivement la chair même de Jésus-Christ. Que notre année nouvelle s'ouvre sur cette espérance et sur cet émerveillement devant ce que Dieu a fait pour nous.

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public