AU FIL DES HOMELIES

Photos

SAINT BASILE DE CÉSARÉE, SAINT GRÉGOIRE DE NAZIANZE

1 Co 2, 10-16
St Basile et St Grégoire de Nazianze - (2 janvier 1989)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL


S

aint Basile de Césarée est mort le premier janvier 379, à l'âge de 50 ans. Sa fête est inséparable de celle de saint Grégoire de Nazianze dont il a été l'ami et de celle de saint Grégoire de Nysse, frère de saint Basile. Ce sont les trois "Pères Cappadociens" qui ont marqué d'une façon très profonde l'Église du quatrième siècle.. Ils ont été moines puis évêques. Basile a été un très grand évêque même si son épiscopat à Césarée n'a duré que neuf ans. C'est lui qui a "imposé" à son frère et à son ami, les deux Grégoire d'être eux aussi évêques afin de "quadriller" la région pour éviter que se développe l'hérésie arienne. Tous trois ont été des pasteurs et de grands théologiens. Saint Basile a marqué son temps à la fois par son activité pastorale inlassable, construisant des hospices, évangélisant les campagnes, et aussi par son activité théologique pour combattre l'arianisme qui niait la divinité du Christ.

       En même temps il a été l'un des premiers à se pencher sur le mystère du Saint Esprit en écrivant un traité qui prépara le concile de Constantinople de 381 qui a complété celui de Nicée selon la formule du Credo que nous récitons tous les dimanches à la messe. C'est ce concile qui a ajouté à la formule de Nicée ce qui concerne le Saint Esprit, en prenant appui sur la pensée et l'ouvrage de saint Basile, mort deux ans plus tôt, et qui a pour ainsi dire "canonisé" la pensée de saint Basile. Voici un court paragraphe de ce traité.

       "L'introduction de l'âme dans la familiarité de l'Esprit Saint ne consiste pas dans un rapprochement local. Comment pourrait-on s'approcher corporellement de Celui qui est incorporel ? Mais elle consiste en l'exclusion des passions qui assaillent l'âme et la séparent de la parenté de Dieu. Se purifier de la laideur pétrie par le vice, revenir à la beauté de la nature créée par Dieu, et pour ainsi dire revenir à l'image royale, par la pureté restituer sa forme primitive, c'est cela l'unique manière de s'approcher du Saint Esprit. Et Lui, comme un soleil s'emparant d'un œil très pur, te montrera en Lui-même l'image du Père invisible. Et dans la bienheureuse contemplation de cette Image, tu verras la beauté indicible de Celui qui est l'Archétype et la source. Par l'Esprit, les cœurs s'élèvent, les faibles sont pris par la main, les progressants deviennent parfaits. C'est lui, l'Esprit, qui brillant en ceux qui se sont purifiés, les rend spirituels par communion avec Lui. Comme les corps translucides et transparents, lorsqu'un rayon les frappe, deviennent, eux aussi, étincelants et d'eux-mêmes reflètent un autre éclat, ainsi les âmes qui portent l'Esprit, illuminées par l'Esprit, deviennent-elles spirituelles elles aussi, et renvoient-elles sur les autres la grâce. De là viennent la prévision de l'avenir, l'intelligence des mystères, la compréhension des choses cachées, la distribution des dons de la grâce, la citoyenneté des cieux, la danse avec les anges, la joie sans fin, la durée en Dieu, la ressemblance avec Dieu, et le comble de ce que nous pouvons désirer : devenir Dieu".

        Saint Basile nous parle donc de la familiarité avec l'Esprit Saint qui, de notre point de vue demande une chose : nous purifier des affections étrangères qui nous détournent de Dieu, de l'attachement à nous-même ou aux choses imparfaites et périssables qui pourraient captiver notre attention et la détourner de Dieu. Si nous faisons cet effort de purifications pour nous rapprocher de l'Esprit, alors c'est Lui qui continuera cette œuvre. L'Esprit va s'emparer de nous comme le soleil s'empare d'un corps translucide. Un corps translucide, rempli de la lumière du soleil, devient lui-même éclatant et t'envoie de la lumière sur tout ce qui l'entoure. De même l'esprit humain qui, par le dépouillement, s'est ouvert à l'action de l'Esprit Saint, deviendra rayonnant de cette présence de l'Esprit Il deviendra semblable à l'Esprit et spirituel lui-même c'est-à-dire façonné à l'image de l'Esprit Saint et rayonnera sur les autres.

       C'est toute la vie chrétienne. Elle ne consiste pas à multiplier les efforts pour essayer d'atteindre Dieu, mais à ouvrir plus largement notre cœur à l'action de Dieu, à la présence de Dieu, à laisser l'Esprit Saint s'emparer de nous-même pour nous rendre semblable à Lui. C'est ainsi, nous dit Saint Basile, que nous pourrons entrer dans l'intelligence du mystère de Dieu, une connaissance non pas intellectuelle mais une connaissance par communion, par transparence, par imprégnation et par envahissement, on dit alors une connaissance par connaturalité. Devenant semblables à Dieu, nous savourerons intérieurement le mystère de Dieu et donc nous comprendrons toutes ces choses cachées. Et même nous pourrons prévoir l'avenir, non pas à la manière de "madame soleil" ou dans le marc de café, mais en étant tellement rempli par le mystère de Dieu que nous sommes en communion avec le développement du dessein de Dieu et que cet avenir de grâce, de paix et de lumière nous deviendra conaturel.

        Par là même nous sera donnée la distribution des dons de la grâce, c'est-à-dire que la grâce de Dieu passera par notre cœur, à travers nos mains, se répandra autour de nous. Nous deviendrons citoyens du ciel, membres de la famille de Dieu, enfants de Dieu. Le ciel sera notre patrie et nous pourrons ainsi communier à la joie des anges, et selon la formule de saint Basile "à la danse des anges", la joie sans fin. Et cette joie des anges, qui sera la nôtre, c'est une joie de vivre avec Dieu, en Dieu, comme Dieu, et donc de "durer en Dieu", de ressembler à Dieu. Et finalement comme il le dit "le comble de tout notre désir, devenir Dieu". Car le dessein de Dieu c'est non seulement que nous lui soyons semblables, mais que notre commu­nion avec Lui soit si profonde que nous soyons divinisés, jusque dans le plus profond de notre être.

        Tel est le dessein, tel est le rêve de Dieu, telle est la raison pour laquelle Il nous donne l'Esprit Saint, telle est la raison pour laquelle Dieu veut que nous ouvrions notre cœur à cette venue de l'Esprit. L'Esprit qui nous spiritualise, non pas en nous détachant de la chair, mais en nous rendant semblables à Dieu, en nous rendant conaturels avec Dieu.

        Que l'invitation de ces grands docteurs de l'Église, de ces grands théologiens dilate notre cœur et nous amène à la profondeur de cette vie chrétienne et de ce mystère. Ne nous détournons pas de ces choses si grandes pour nous complaire dans de petits détails mais laissons-nous emporter par la puissance de cet appel de Dieu.

        AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public