AU FIL DES HOMELIES

Photos

SAINT BASILE ET SAINT GRÉGOIRE

1 Co 2, 10-16 ; Lc 14, 25-35
St Basile et St Grégoire de Nazianze - (2 janvier 1982)
Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

Identiques et pourtant si différentes …

B

 

asile de Césarée et Grégoire de Nazianze, deux amis de longue date qui avaient partagé les mêmes luttes contre les hérésies, qui avaient partagé les mêmes soucis et cette humble quotidienneté bâtie au jour le jour dans la vie monastique, ces deux hommes illustrent de façon saisissante les deux paraboles que nous venons d'entendre. L'un, Grégoire, un tempérament plutôt triste, mélancolique, se plaignant toujours des difficultés de la vie, rempli un peu d'amertume, ce qui ne l'empêchait pas d'être un grand saint, qui lui a, d'une certaine manière vécu le mystère chrétien sur le mode du renoncement. Il a renoncé à ce qui aurait pu être une heureuse carrière d'homme politique ou de rhéteur. Il a renoncé à bien des situations qui auraient pu être honorifiques, par exemple d'être le patriarche de Constantinople. Il a du avoir ce renoncement intérieur qui faisait qu'il n'avait pas toute la tranquillité et la paix de l'esprit qu'il aurait souhaité car il était trop préoccupé par ses tâches du ministère.

De l'autre côté, saint Basile de Césarée, un homme extrêmement entreprenant semblable à cet homme qui voudrait bâtir sa tour, qui prend la vie à pleins bras, qui attaque, qui fonce, qui avance et qui, petit à petit, arrive à faire face à toutes les situations, même si, de temps en temps il s'appuie sur son ami Grégoire qui se plaint, un peu amèrement d'être utilisé par celui qu'il considère comme son ami et son frère.

Voilà les deux dimensions essentielles de notre vie chrétienne. Nous sommes à la fois de ceux qui par la force des choses et surtout par amour du Christ sont obligés de renoncer à un certain nombre de réalités parce que si l'on veut aimer le Christ il faut savoir se donner et pour se donner, il faut savoir renoncer à soi-même. Et en même temps nous sommes, par toute une partie de nous-mêmes, cet homme qui construit la tour, ce roi qui part en guerre, qui part à l'attaque de la vie, qui essaie de la saisir à pleines mains. Et cela aussi fait partie de notre existence chrétienne. Et dans tout cela le Seigneur, petit à petit, manifeste sa présence. C'est comme cela que Basile et Grégoire sont devenus le sel de la terre pour les églises dont ils avaient la charge, dont ils étaient les serviteurs.

C'est cela le mystère de notre vie et de notre mort. Accepter, jour après jour de renoncer à nous-mêmes, accepter que tout ce que nous voudrions tenir entre nos mains même légitimement, tout cela soit remis, en confiance entre les mains de Dieu. Alors Lui peut venir et construire la tour, la tour de son Église, la tour du cœur de chacun. Et secrètement, il ne cessera jamais de bâtir au fond de notre cœur, cette tour véritable qui est l'amour de notre Dieu répandu en nos cœurs.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public