AU FIL DES HOMELIES

Photos

I Jean 3, 18-24 ; Jean 1, 29-34

Homélie du Frère Bernard MAITTE

Bayeul : Saint Jean-Baptiste 

M

ais c'est pour qu'il fut manifesté à Israël que je suis venu baptiser dans l'eau". Ainsi, Jean-Baptiste rend-il témoignage de ce qu'il a été appelé à faire, de la mission qui lui a été donnée, et il rend compte de cette mission accomplie. En effet, dans ce temps que nous vivons, dans ce temps de Noël et du début du temps de la manifestation, ce passage d'évangile nous montre combien le Christ est celui qui accomplit les Écritures, fait aboutir la révélation. Il est bien selon ce que confesse Jean-Baptiste, l'Agneau de Dieu, l'Élu, celui sur qui repose l'Esprit Saint, celui dont il n'est pas digne de dénouer la courroie de ses sandales. 

Ainsi, Jean-Baptiste décrit en quelques lignes le visage de Jésus de manière tout à fait explicite, sur tout ce que l'on peut dire de Jésus. Il est bien le Fils de Dieu, c'est la confession de foi, confession en celui qui est le Fils de Dieu qui est Père et en qui Il a mis tout son amour, son Esprit. C'est la première confession que cette confession en la foi au Fils de Dieu. 

La deuxième chose, c'est ce qui axe le fait que Jean-Baptiste est là pour servir, comme ce serviteur qui est à même d'enlever les courroies de la sandale de celui qui marché, voire même de laver ses pieds. Mais paradoxalement, c'est le Christ qui accomplira ce geste lors qu'avant de mourir sur la croix, Il lavera les pieds de ses disciples, Pierre le confessera : "C'est à moi de le faire, et non pas à toi". Pourtant, Jésus est manifesté comme le serviteur, le ministre. 

Troisième confession, c'est qu'il est l'Agneau de Dieu, Il est celui qui accomplit le sacrifice parfait, car Il va bien être reconnu dans le même évangile de Jean, après ce lavement des pieds, comme celui qui donne sa vie. Il donne sa vie au moment du sacrifice de l'agneau de Pâques dans le Temple, manifestant ainsi jusqu'où ce dire de Jean-Baptiste est absolument exact : Il est l'Agneau de Dieu, celui qui donne sa vie, qui accomplit le sacrifice, celui qui donne à Dieu toute sa vie, et par là, réalise l'acte liturgique le plus parfait. 

Ainsi, Jean-Baptiste nous montre bien que tout ce qu'il fait, il le fait en fonction de Jésus qu'il confesse ainsi à travers ces trois expressions. Jésus est donc bien celui qui se manifeste à notre monde. Aujourd'hui encore, ce que Jean-Baptiste a fait pour le Christ, nous avons à le faire pour nos frères. Reconnaître en nos frères qu'ils sont bien d'autres christs, ceux qui, oints de l'Esprit Saint sont à même d'être encore dans notre monde une humanité continuée, pour que le Christ se révèle, avoir comme presque foi en nos frères, capables de s'offrir eux-mêmes en hosties vivantes, comme dira saint Paul, capables d'accéder au culte en esprit et en vérité, en nos frères dont nous devons être nous, les premiers serviteurs, les ministres de leur baptême, en nos frères en qui réside aussi cet Esprit Saint qui fait d'eux des enfants de Dieu. 

Si nous avons à cœur d'être pleinement chrétiens, peut-être que nous pouvons reprendre pour nous cette phrase de Jean-Baptiste : "Je baptise dans l'eau pour que Lui soit manifesté à Israël". En quoi servons-nous aujourd'hui le baptême de nos frères ? En quoi, comme nous l'avons entendu dans l'épître de saint Jean, l'amour de Dieu est-il vraiment le secret du chrétien qui manifeste encore aujourd'hui que Jésus est présent parmi nous ? 

 

AMEN


 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public