AU FIL DES HOMELIES

Photos

I Jean 3, 18-24 ; Jean 1, 29-34

homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Crèche 2008 Saint Jean de Malte

 

F

rères et sœurs, c'est demain la grande fête de l'Épiphanie, nous sommes donc à la frontière entre Noël et l'Épiphanie. Ce mot veut dire manifestation, c'est le mystère de la révélation de Dieu dans ce petit enfant qui vient de naître. Noël a porté notre regard sur l'humilité de la crèche, sur Joseph et Marie entourant cet enfant de leur tendresse. L'Épiphanie nous invite à regarder plus profondément pour percevoir que cet enfant est le Fils de Dieu, la révélation du mystère même de Dieu.

La fête de l'Épiphanie va orchestrer cette manifestation de Dieu par trois événements qui se situent au commencement de la vie publique du Christ, tout d'abord l'adoration des mages, ces mystérieux émissaires venus de loin, de l'Orient, attirés pas une étoile, pour se prosterner devant cet Enfant comme devant un Dieu. Le deuxième mystère de la manifestation de Jésus c'est celui du baptême de Jésus au Jourdain, cet homme qui s'avance parmi les autres en revient différent, qui se soumet au baptême pour le pardon des péchés par Jean-Baptiste, mais à ce moment-là une voix du ciel celle du Père, proclame : celui-ci est mon Fils Bien-Aimé. Cet homme ordinaire est proclamé le Fils Bien-Aimé du Père. Le troisième mystère, ce sera les Noces de Cana, le premier miracle de Jésus.

Nous sommes donc en train de basculer du mystère de Noël dans le mystère de l'Épiphanie, et c'est pourquoi vous avez entendu cet évangile, qui est le récit du baptême de Jésus qui déjà nous est proposé comme sujet de méditation sur cette révélation divine qui se fait dans cet Enfant. Jean-Baptiste y proclame que Jésus est l'Agneau de Dieu qui porte le péché du monde. Il s'est avancé au milieu des autres hommes, chacun venant confesser ses péchés, et lui confesse aussi non pas les péchés qu'il a commis, car il n'en a pas commis, mais les péchés du monde entier, de tous les hommes, qu'il porte sur ses épaules. L'Agneau de Dieu qui porte le péché du monde, c'est cette illumination qui a permis à Jean-Baptiste d'accomplir le rite baptismal alors qu'il voulait d'abord s'en défendre en lui disant : "C'est moi qui ai besoin d'être baptisé par toi". Mais mystérieusement, il comprend que ce salut, Jésus va l'opérer en prenant sur lui le péché du monde.

Nous laissons notre regard percer les apparences immédiates de la crèche, de l'Enfant, pour aller jusqu'au mystère de Dieu qui est présent au cœur de cet Enfant. L'épître de saint Jean nous ramène aussi au cœur essentiel de cette révélation que Jésus nous a faite. Jésus est venu pour nous dire que Dieu est amour et qu'il est le pardon de tous nos péchés. Nous entendions cette phase magnifique que saint Jean a écrite dans sa première lettre : "Devant Dieu nous pouvons mettre notre cœur en paix, et même si notre cœur venait à nous condamner, Dieu est plus grand que notre cœur, et il sait tout". Dieu révélé en Jésus-Christ n'est pas simplement là pour nous faire connaître le mystère de Dieu mais pour nous y faire entrer, ce mystère d'amour et pour nous apporter le pardon de nos péchés, même si nous avons conscience de notre pauvreté et de notre faiblesse, Dieu est plus grand que notre cœur, et il sait tout.

 

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public