AU FIL DES HOMELIES

Photos

ETIENNE, PREMIER MARTYR

Ac 7, 55-60; Mt 10, 17-22
St Etienne - (26 décembre 2005)
Homélie du Frère Bernard MAITTE

Le Bizot : Lapidation d'Etienne

L

es apôtres viennent de recevoir l’Esprit Saint. Pierre vient de faire sa première grande prédication et annonce à tout Jérusalem, la résurrection du Christ. Et voici que la première communauté chrétienne va subir déjà des persécutions, mais la charité triomphe au cœur de cette communauté. Et dans les premiers chapitres des Actes des Apôtres, dans cette Église naissante et qui peut-être ne comprend pas encore tout ce qui lui arrive, voilà que sept hommes sont choisis pour servir aux tables. Tout de suite, un parmi eux dont on n’a jamais entendu parler, Etienne, devient le premier martyr de l’Église, le premier à verser son sang. Cela a dû être bouleversant pour cette première communauté, de voir un homme capable de donner ainsi sa vie pour tous ces gens qui commençaient à croire, qui ont entendu l’annonce de la Bonne Nouvelle du Christ ressuscité, de constater jusqu’à quel point il peut y avoir une implication entre ce qui est professé et ce qui est vécu, être configuré au Christ. Avec cette parole de l’évangile que nous venons de proclamer, Etienne n’a sans doute pas cherché ce qu’il allait dire, effectivement, il était rempli de l’Esprit Saint. Il a tenu jusqu’au bout, ce bout qui lui fait voir la mort, mais qui lui fait croire que plus fort que tout, le Christ a triomphé déjà. On ne s’en rend pas toujours compte, mais le discours d’Étienne est impressionnant. On ne l’a pas lu parce qu’il est très long. C’est une grande partie du livre des Actes des Apôtres, cela commence déjà au chapitre 6, verset 8, par l’arrestation d’Étienne et son discours prend tout le chapitre 7 jusqu’au verset que nous avons lu, c’est-à-dire, le verset 55 où nous lisons le récit de son martyre. 

      Il est intéressant de souligner la raison pour laquelle il est arrêté et lapidé. C’est la même en somme que le Christ : il a parlé contre le temple et contre Moïse. Or, Etienne n’a pas prévu la destruction du temple comme nous le pensons simplement parce que en 70, ce temple sera détruit, mais la destruction de tous nos temples, de tous ces temples que nous construisons et dans lesquels nous mettons nos dieux, nos divinités.C’est contre cela qu’Etienne s’est insurgé. Il rappelle au Sanhédrin qu’il faut trois choses : être comme Abraham, avoir la foi, entendre l’appel et contempler la promesse. Puis, dans la grande histoire du salut, il rappelle Moïse et l’importance de celui qui a vu Dieu face à face, qui a reçu sa Parole et qui a conduit le peuple. Il rappelle Salomon, la construction de ce temple qui devait dire, manifester et signifier la présence de Dieu au milieu de son peuple, pas entre quatre murs, mais au milieu de son peuple. 

       Etienne rappelle la foi, la Loi, ou plus exactement, la Parole de Dieu et il rappelle la présence de Dieu. Il reproche simplement à certains juifs, à des scribes, des pharisiens et des prêtres, d’avoir enfermé tout entre quatre murs, mais d’abord d’avoir été infidèles à l’acte de foi qui est le vrai sacrifice, à l’acte de la loi qui est d’agir, et qui est le véritable holocauste, infidèles du coup à ce qui est le temple, infidèles à la présence de Dieu, cette présence et cette rencontre qui est la véritable communion. Cela nous rappelle que toute liturgie fait appel à cette parole de Dieu, fait appel à cette présence et à cette foi et qu’il faut tenir les trois pour que notre foi ne finisse pas par être si personnaliste, qu’elle en tombe dans un nouvel athéisme, ou que notre loi ne finisse pas par être une sorte de légalisme et de moralisme, ou que même notre culte ne finisse pas par être du rubricisme ou du fixisme. 

       Ainsi, Etienne par le don de sa vie, par la foi qui l’a habité, par la Parole qu’il a entendue et proclamée, a rendu gloire et honneur à Dieu. Il a été vraiment le temple de l’Esprit Saint, il a été le vrai sacrifice que Dieu a agréé, il a été pour la première Église de Jérusalem, comme pour nous aujourd’hui, le signe de la communion entre Dieu et les hommes. 

 

      AMEN 


 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public