AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE NOUVEAU MÉDIATEUR

Ac 7, 55-60; Mt 10, 17-22
St Etienne - (26 décembre 2009)
Homélie du Frère Christophe LEBLANC

 

 

F

rères et sœurs, au lendemain de Noël, il n'est question que de persécution, de trahison familiale, de martyre, de sang versé. Ceux qui ont l'habitude de voir le verre à moitié vide diront : oui, quand on naît, il faut bien souffrir et l'on a fait chez les chrétiens, toute une théologie dramatique à ce sujet. Et puis, ceux qui voient le verre à moitié rempli diront : oui, mais c'est une nouvelle naissance. De fait au moment où Etienne meurt, il ne fait que de s'endormir dans les bras du Seigneur, et le ciel s'ouvre et il voit le Christ ressuscité à la droite de Dieu le Père. Tout cela étant juste d'une certaine manière, j'aurais voulu avec méditer sur une autre facette de la célébration d'aujourd'hui et la mettre plus particulièrement en lumière bien sûr avec la fête de Noël, et aussi avec le sens de cette bénédiction des fiançailles que Solène et Grégory vont recevoir à la fin de cette eucharistie.

Il ne faut jamais couper le martyre de saint Etienne de ce long discours qui précède son arrestation. Long discours (je vous fais grâce de la relecture), long discours dans lequel Etienne relis l'économie de Dieu depuis Abraham jusqu'à lui. La grande question, c'est : quelle médiation pour entrer en relation avec Dieu ? Etienne révolutionne l'assemblée. Nous pensons toujours que les gros méchants dans l'évangile sont toujours les pharisiens, en fait, Jésus est beaucoup plus proche des pharisiens et est plus éloigné des sadducéens. Les sadducéens, c'est la caste qui s'occupe du temple, et pour eux, la seule médiation entre Israël et Dieu, c'est le temple. On l'a écrit, on l'a redit, bien sûr au cours des siècles beaucoup de juifs ont utilisé d'autres sanctuaires pour prier Dieu. Il y a un exemple extrêmement célèbre en Égypte qui est sur l'île d'Éléphantine, qui a accueilli pendant longtemps une garnison de soldats juifs qui étaient des soldats sous les ordres de Babylone.

Mais c'est vrai que pour Israël, le temple, c'est la médiation entre les hommes et Dieu. Et voilà qu'Etienne en relisant tout ce qui va devenir l'Ancien Testament à l'aune de la mort et de la résurrection du Christ, voilà qu'Étienne affirme que c'est le corps du Christ ressuscité qui est médiateur entre Dieu et les hommes. Je crois que c'est cela Noël. Noël, c'est Dieu qui vient investir le monde et qui dit qu'il n'y a plus un lieu particulier qui est le temple de Jérusalem, parce que si vous égorgez les moutons à Béershéba ou ailleurs, ce n'est pas valable, non ! Il suffit de voir le nombre de discours qui se trouvent à la fin des différents évangiles, quand tout le monde est en train de regarder la beauté du temple et tous les discours de Jésus à ce sujet, qui ont précédé le début de l'année liturgique au moment de l'Avent, en fait, c'est le corps.

Je crois que là on est en plein dans le mystère de Noël et aussi dans le mystère de l'amour naissant entre deux personnes et du cœur même du sacrement du mariage. Ce que nous célébrons aujourd'hui, Noël, saint Etienne et aussi les fiançailles, c'est la découverte et l'affirmation que la médiation entre Dieu et les hommes ne passe pas par un lieu tellement particulier, qu'il en serait exclusif : le temple de Jérusalem, le Vatican ou tout autre endroit, ou même encore une église particulière. Non, c'est véritablement le corps et la chair qui deviennent médiatrices du salut comme le dira Tertullien quelques siècles plus tard.

Je crois que c'est ce mystère que vous vivez et que nous avons à vivre ensemble : Dieu en s'incarnant donne à la chair la véritable possibilité d'incarner et de rendre visible l'amour de Dieu. C'est cela Noël, c'est Dieu qui vient investir la chair, vient l'habiter, vient la transformer, afin qu'elle puisse devenir médiatrice de son amour et de son salut.

Comme frère, c'est ma prière et c'est mon souhait pour tous les deux. Que ce temps que vous allez vivre ensemble qui précède votre mariage, soit pour vous l'occasion de découvrir que cette chair que vous habitez, que ce couple qui est en construction est le véritable temple de Dieu, car depuis Jésus, Dieu ne se plaît pas à venir habiter des temples de pierres aussi beaux soient-ils, mais le lieu de résidence de Dieu, c'est notre chair, c'est notre cœur.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public