AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE DISCIPLE BIEN-AIME

Jn 21, 20-24
St Jean - (27 décembre 1981)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Crépy-en-Valois : Saint Jean
 

N

 

ous célébrons ce soir, le disciple bien-aimé tel que ce bref passage de l'évangile nous le présente, celui qui s'était penché sur la poitrine de Jésus au cour de la dernière cène pour lui demander : "Seigneur qui va te trahir ?" Et la Tradition s'est attachée à cette image de Jean, penché sur le cœur de Jésus et elle nous dit que c'est du cœur de Jésus que Jean a puisé l'évangile, a puisé le fleuve d'eau vive qui, à travers son évangile, irriguerait l'Église pour tous les siècles. Et si Jean est le disciple bien-aimé du Christ ce n'est pas d'une manière exclusive qui voudrait dire que les autres disciples n'étaient pas aimés autant, mais c'est parce qu'il est, en quelque sorte, le type même de celui que Jésus aime c'est-à-dire de chaque disciple et de chacun d'entre nous. Car tous nous sommes les disciples bien-aimés de Jésus. L'amour étant de la part de Dieu pour chacune de ses créatures, chaque fois unique, chaque fois total, chaque fois sans limites, car il n'y a pas de limite à l'amour de Dieu. Et quiconque est aimé de Dieu, est aimé comme un Bien-Aimé, comme un préféré, comme unique au monde.

Mais cette image de Jean se penchant sur le sein de Jésus, reposant sur le sein de Jésus au cours de cette dernière Cène, nous conduit plus loin encore. Car le mot même utilisé par l'évangéliste, pour dire de lui qu'il reposait sur le sein du Christ est employé une autre fois et une seule autre fois, dans le Nouveau Testament. C'est dans le même évangile de Jean, au tout début, dans la page si extraordinaire que nous avons lu, il y a seulement deux jours pour la messe du jour de Noël quand il nous est dit : "Dieu personne ne l'a jamais vu, mais le Fils qui repose dans le sein du Père, Lui, nous l'a révélé." C'est donc volontairement que la même image est utilisée pour nous parler de la relation de Jésus avec le Père au sein de l'amour éternel de la Trinité, et de la relation du disciple, de Jean, de Jean en tant qu'il est le type de tous les disciples, donc de chacun de nous, avec Jésus. Jean a reposé dans le sein de Jésus, sur la poitrine de Jésus comme Jésus, le Verbe, éternellement repose dans le sein du Père. Et ce qui est vrai de Jean est vrai de nous. Nous reposons sur le sein du Christ, comme le Christ repose dans le sein du Père, c'est-à-dire que cet amour inimaginable, ineffable, cet amour sans limite et sans mesure que Jean a puisé dans le sein de Jésus, que nous pouvons puiser dans le cœur de Jésus, cet amour c'est le même amour que celui que, éternellement, Jésus puise dans le sein du Père. Il n'y a qu'un seul amour qui, du Père, coule comme un fleuve infini dans le Fils et du Fils reflue vers le Père, dans un élan absolument identique, et qui, du Père et du Fils, joint avec l'Esprit, ce même amour, toujours le même, coule vers nous. Et nous pouvons boire à cet amour, non pas à un amour secondaire, dérivé, non pas à quelque chose que Dieu nous octroierait en plus, en dehors du mystère intime de son amour infini, intérieur à sa vie de Trinité, mais de cet amour-là, le même.

 

AMEN


 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public