AU FIL DES HOMELIES

Photos

NOUS L'AVONS VU

1 Jn 1, 1-2,2 ; Jn 21, 20-24
St Jean - (27 décembre 1982)
Homélie du Frère Jean BUDILLON

Coupiac : Saint Jean

L

 

'homme est ainsi fait qu'il ne peut pas se contenter de paroles. Il veut voir. Il a besoin de voir. Il a besoin de toucher. Or la révélation biblique ne s'adresse pas à la vue. C'est une révélation par la parole. Dieu ne se fait pas voir. Dieu parle. Même quand il apparaît à Moïse dans sa gloire, c'est-à-dire dans son être même de lumière dans le rayonnement et la splendeur de sa divinité, Moïse ne peut pas le regarder. Il doit détourner les yeux.

Or voici que le Fils de Dieu a pris chair. L'invisible est devenu visible. Et saint Jean peut alors nous dire : "Nous L'avons entendu ! Ce que nos yeux ont vu, ce que nous avons contemplé, ce que nos mains ont touché, le Verbe de Vie nous l'avons vraiment vu. Notre témoignage est vrai." Est-ce que cela veut dire pour nous qu'enfin nous pouvons voir Dieu ? nous pouvons voir le salut ? Non, Jean ajoute : "Nous vous l'annonçons !" Voilà ! Nous avons encore à écouter une parole. Nous avons encore à attendre. Dans d'évangile Jésus ressuscité dit à Pierre : "Pais mes brebis." Il le confirme dans sa charge pastorale, fondamentale, essentielle à l'Église et paradoxalement Jésus lui annonce sa mort. Nous savons que Pierre a fondé l'Église de Rome, ce qui ne veut pas dire qu'il y a fait les premiers chrétiens car il y en avait avant qu'il n'y arrive, il l'a fondée en versant son sang. Et il a des successeurs jusqu'à la fin de l'histoire des successeurs qui auront cette charge pastorale pour fonder l'Église. Jean lui, n'aura pas de successeur jusqu'à ce que le Seigneur arrive. Remarquez bien cette expression. Que dit Jésus ? "Jusqu'à ce que je vienne". Jamais quand Jésus parle du jour où nous le verrons, jamais il ne dit : Je reviendrai. Il dit : "Je viendrai !" Jamais il ne parle de son retour. Il parle de sa venue. Il reprend à son compte l'expression de tous les prophètes de l'ancien Testament qui parlent de la venue du Seigneur. Tous les auteurs du Nouveau Testament font de même, en dépit de toutes les fautes de traduction que nous avons dans nos bibles françaises. Jamais il n'est question du retour du Christ, toujours de sa venue. Jusqu'à ce que le Christ vienne, personne ne refera l'expérience privilégiée des apôtres et tout spécialement celle de saint Jean, d'avoir vu le Verbe de vie et de l'avoir touché. Et jusqu'à la fin des temps, l'Église va reprendre pour l'actualiser, le témoignage de Jean. Jean va mourir. Jean n'aura pas de successeur. Mais l'Église redira toujours son témoignage : Nous avons vu le Verbe de vie. Nous l'avons touché ! Et cela veut dire ce que nous avons vu, vous, vous le verrez. Ce que nous avons touché, vous, vous le toucherez un jour. Telle est notre expérience. Ce sera la vôtre un jour. Et à ce moment-là, elle sera définitive. Nous sommes en train de fêter Noël. Noël n'a pas mis un terme à notre attente, n'a pas éteint l'espérance. Noël a rendu a rendu encore plus vive, plus certaine, plus impatiente même notre attente, notre espérance. Toutes les prophéties de l'Ancien Testament qui ont scandé le temps de l'Avent ne sont pas pour nous lettre morte. Ce ne sont pas de simples documents historiques. Elles sont pour nous parole vivante du Dieu vivant, encore plus que pour les hommes de l'ancien testament. Noël renforce ces prophéties et fait tourner nos regards vers la venue du Seigneur, vers le jour où nous enfin, nous allons pouvoir le voir. Dans cette eucharistie, poussons, comme les premiers chrétiens, ce cri : "Maranatha ! Viens, Seigneur ! Oui, Viens !"

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public