AU FIL DES HOMELIES

Photos

L’ADORATION ET LA COMMUNION

1 Jn 1, 1-2,2 ; Jn 21, 20-24
St Jean - (27 décembre 2005)
Homélie du Frère Jean-François NOEL

 

U

n geste et un mot, pour tenter de résumer l’expérience de saint Jean. Le mot, c’est le mot "communion", intimité, et le geste, c’est celui que nous relate l’évangile, lorsque Pierre décrit lui-même celui qui se penche sur le cœur de Jésus, celui qui se penche sur sa poitrine, qui pose sa tête sur le cœur de Dieu. J’ai toujours été surpris en lisant l’évangile, lorsque Pierre décrit cet homme qui va au plus profond, lire le battement de cœur de Dieu pour l’homme, qui vient ausculter le bruit de l’amour de Dieu au plus près, comment se fait-il que Jean dise à Jésus : "Seigneur qui va te livrer ?" Comme si cette phrase d’attente de dénonciation du traître qui vient juste après un moment d’amour aussi intense, pouvait ternir ce moment d’amour, ce moment d’intimité.

Je vous propose de le lire autrement. Quiconque a fait dans sa vie l’expérience d’une complicité amicale ou amoureuse, au cours de laquelle nous nous sommes sentis accueillis, compris, comme visités, comme si les mots que je pouvais prononcer étaient déjà connus de l’autre, ou compris par l’autre, et comme on dit souvent : il termine les phrases. Cette entente profonde, cette entente cordiale, cet accord profond, cette complicité entre deux êtres sur le plan à la fois intellectuel et spirituel n’est que le point de départ de ce que Jean a du vivre avec le Christ. Non seulement, Jean s’est senti compris et il a compris, ou au moins tenté de comprendre, mais tout ce qu’il était rentrait en résonance totale avec cette personne du Christ. Rien de ce qu’était Jean n’échappait à cette rencontre, comme si chacune des interrogations, chacun des doutes, toutes ses attentes les plus profondes, et qui d’entre nous n’a pas attendu et n’attend pas encore d’ailleurs d’être compris par quelqu’un d’autre, complètement compris, de bas en, haut, et de gauche à droite dans une sorte d’accueil total ? Chacun de nous meurt sur le seuil d’une rencontre qui n’a pas encore eu lieu. De temps en temps, s’amorce, se dévoile et s’inaugure cette rencontre, mais jamais elle ne s’achève. Jean l’a vécu totalement et si Jean dit : "Qui donc va te livrer ?" c’est parce qu’on pourrait dire de prime abord qu’il ne voudrait pas être privé de cette rencontre totale, et en même temps, ce qui est encore plus important, il sait que ce qu’il vit, lui comme homme, comme évangéliste, comme apôtre, cette rencontre est faite pour tous les hommes. C’est au moment où cet homme, dans ce fait historique, incontournable, où il adore profondément (le mot adoration, je vais le développer), son Seigneur, qu’il sait que c’est le Verbe, et que le Verbe a pris chair. Ce n’est pas une révélation qui lui est faite à lui Jean, mais cette révélation est faite à tout homme qui a attendu d’être rencontré profondément.

Mais plus encore, ce n’est pas une simple rencontre d’égal à égal, d’homme à homme, il y a derrière cette rencontre d’homme à homme, et l’expérience que je vous relatais n’en est que l’amorce, la description, une rencontre encore plus profonde. Comme si l’homme découvrait à l’intérieur de lui qu’il lui manquait quelqu’un et qu’il ne le savait pas, qu’il lui manquait celui pour qui il est fait, en quoi il est "demeure", et que cette demeure jusque maintenant est habitée d’un certain nombre de gens de personnes, de pensées, qui occupaient l’espace et qui faisaient le bruit intérieur, mais qui ne donnaient pas la musique profonde. Cette musique profonde, Jean l’a découverte, c’est celle d’un homme habité par Dieu. Cela déploie complètement cette humanité qui dans son inachèvement, dans son ébauche, attend d’être joué, d’être habité, transfiguré par la rencontre de celui qui vient. En écrivant son évangile, en racontant les signes, les rencontres de Jean avec les différentes personnes, Jean raconte la manière dont Jésus vient habiter chez l’aveugle-né, la samaritaine, et il transforme et fait résonner ce que chaque homme est, mais n’est pas encore abouti.

Je voudrais citer Benoît XVI, dans une homélie sur l’eucharistie qu’il a prononcée à la fin des JMJ, et qui résume assez bien ce que dit l’évangile de Jean qui est tout à fait eucharistique. C’est ce que nous vivons en eucharistie, cette approche d’une intimité de celui qui vient nous visiter et tente de nous ranimer. Benoît XVI écrit : "L’adoration devient ainsi union (c’est le geste de Jean qui se penche sur la poitrine de Jésus, ce moment d’adoration devient union). Dieu n’est plus seulement en face de nous comme un autre, il est au-dedans de nous, et nous sommes en lui. Sa dynamique nous pénètre et à partir de nous, elle veut se propager aux autres et s’étendre au monde entier pour que son amour devienne réellement la mesure dominante du monde. Je trouve une très belle allusion à ce nouveau pas que la dernière Cène nous pousse à faire dans les différents sens que le mot adoration a en grec et en latin. Le mot grec est « proskinesis », il signifie le geste de la soumission, la reconnaissance de Dieu comme notre vraie mesure dont nous acceptons de suivre la règle. Il signifie que "liberté" ne veut pas dire jouir de la vie, se croire absolument autonome, mais s’orienter selon la mesure de la vérité et du bien, pour devenir à notre tour, vrais et bons. L’attitude est nécessaire, même si dans un premier temps notre soif de liberté résiste à une telle perspective. Le mot latin pour « adoration » est « ad oratio », contact bouche-à-bouche, baiser, accolade et en définitive, amour. Ainsi, la soumission devient union parce que celui auquel nous nous soumettons est amour. Ainsi, la soumission prend un sens parce qu’elle ne nous impose pas des choses étrangères, mais nous libère à partir du plus profond de notre être".

Qu’à travers Jean qui l’a vécu si intensément, et qui n’a pu le garder pour lui, qui l’a transformé en évangile afin de nous inviter nous-mêmes à nous soumettre, c’est-à-dire, à adorer, à rencontrer celui dont nous venons, et vers qui nous retournons.

 

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public