AU FIL DES HOMELIES

Photos

MANIFESTATION DU SALUT UNIVERSEL

1 Jn 2, 3-11 . 15-17 ; Mt 2, 19-23
5ème jour dans l'octave de Noël (29 décembre 2006)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

F

rères et sœurs, le texte d'évangile que nous venons de lire est la suite immédiate de l'épisode que nous avons lu hier sur le massacre des innocents. Aujourd'hui, c'est le retour d'Égypte que nous venons de lire.

Cet évangile de l'enfance chez saint Matthieu est centré sur la personne de Joseph et plus particulièrement sur la royauté du Christ. La généalogie qui comme l'évangile de Matthieu nous montre comment par Joseph, le père légal de Jésus, Jésus est descendant de David, il est donc le roi Messie promis à David. C'est ce que Joseph assume quand après une première manifestation de l'ange de Dieu il accepte de prendre Marie comme épouse, et donc Jésus comme son enfant, lui transmettant ainsi la lignée davidique. De la même façon la visite des mages manifeste que ceux-ci sont à la recherche du roi d'Israël. La réaction d'Hérode est entièrement centrée sur cette titulature de roi d'Israël attribuée à Jésus qui lui fait craindre pour son trône.

Je voudrais insister sur un autre aspect de cet évangile de saint Matthieu, même si les mages cherchaient le roi d'Israël, en réalité la pointe de tout ce récit, c'est que Jésus est roi non pas tellement et seulement d'Israël, mais roi de toutes les nations. En effet, ces mages qui, après les bergers viennent adorer cet enfant Dieu sont, nous dit le texte, venus d'Orient, d'un pays lointain qui n'a rien à voir avec Israël, un pays païen. Cette adoration des mages que nous célèbrerons solennellement dans quelques jours à l'Épiphanie, car la liturgie n'adopte pas un récit chronologique, cette adoration des mages manifeste donc que Jésus comme roi, comme Fils de Dieu est révélé aux nations païennes; Ce n'est pas seulement pour les juifs qu'il est venu, mais aussi pour ces mages venus du lointain Orient qui représentent toutes les nations païennes convoquées autour de la naissance et de la crèche de Jésus.

De la même manière la fuite de Jésus en Égypte, a été interprétée par les Pères de l'Église et à juste titre, comme s'inscrivant en quelque sorte dans les récits de l'Exode. Le peuple juif s'est trouvé contraint de s'exiler en Égypte à cause d'une famine, et après avoir prospéré en Égypte grâce à Joseph l'un des fils de Jacob, les pharaons successifs, ignorant l'origine de Joseph et de l'installation de sa famille en Égypte, se sont mis à persécuter les hébreux de telle sorte que Moïse a du recevoir de Dieu, l'ordre de faire sortir d'Égypte ce peuple. Ainsi l'Égypte devient le symbole de toutes ces nations païennes avec lesquelles le peuple d'Israël a des relations obligées, des relations qui sont complexes et qui manifestent hostilité, souvenez-vous des plaies d'Égypte et de la persécution de pharaon. Il est donc tout à fait remarquable nous disent les pères de l'Église, que Jésus va dès sa naissance, une nouvelle fois, se réfugier en Égypte comme l'avaient fait les frères de Joseph à l'époque de la famine que je viens d'évoquer. Jésus se réfugie en Égypte, et l'on y voit une première évangélisation, non pas par une prédication expresse, mais par la présence de ce Fils de Dieu incarné au milieu des nations païennes symbolisées par l'Égypte.

Tout ceci est extrêmement important, et j'y joindrai encore le fait qu'à son retour d'Égypte, Joseph emmène Marie et Jésus non point en Judée à Bethléem, là où il était né, mais en Galilée, à Nazareth, et nous verrons dans la suite de l'évangile de saint Matthieu que cette enfance de Jésus en Galilée, a aussi une signification d'universalisme, car la Galilée est une région de la Palestine ancienne où le peuple juif est en contact souvent très mêlé avec des païen, c'est pourquoi on parlait de la Galilée des nations. Saint Matthieu accumule dans ces deux premiers chapitres de son évangile, des notations où il souligne la relation de Jésus dès sa naissance avec les païens. C'est dire que pour saint Matthieu, il est essentiel de souligner que Jésus n'est pas venu seulement comme le Messie promis à Israël, comme le roi du peuple juif, mais il est venu aussi pour l'universalité des nations. Ce sont des païens qui l'ont adoré à sa crèche, c'est dans un pays païen qu'il s'est réfugié pur fuir la colère d'Hérode, c'est dans la Galilée des nations qu'il s'installe et où il passera toute son enfance et toute son adolescence.

C'est très important, parce que jusque-là tout l'Ancien Testament manifestait l'attente d'un roi qui serait donné à Israël, un roi selon le cœur de Dieu, un nouveau David qui accomplirait toutes les promesses. Certes, déjà dans l'Ancien Testament, à plusieurs reprises et nous l'avons lu récemment dans le prophète Isaïe, il est dit : "C'est trop peu que je fasse de toi le sauveur d'Israël, tu seras la lumière de toutes les nations". Cet élargissement de la mission du Messie, de la mission du Fils de Dieu venant sur terre, est déjà préparé. C'est une dimension essentielle de l'évangile que cet éclatement apporte de la relation de Dieu avec les hommes, ce n'est plus seulement avec un peuple choisi, avec un peuple élu, mais c'est avec toutes les nations que Jésus, par son Incarnation se trouve mis en relation, et nous sommes nous, les héritiers de ces païens que Jésus a converti, que Jésus est venu associer au salut d'Israël.

Saint Paul résumera cela dans ses épîtres, en disant que le mystère même de l'Incarnation de Jésus, c'est que toutes les nations sont appelées à la même promesse, à la même vie, au même salut qu'Israël qui était seulement le prototype de ce salut.

Rendons grâces au Seigneur qui ne s'est pas contenté de venir sauver le peuple qu'il avait choisi, mais qui et venu sauver toutes les nations, tous les peuples de la terre, tous ces païens qui erraient sans savoir où est le vrai Dieu, et à qui ainsi est proclamée la Bonne Nouvelle que Dieu nous aime tous, aime tous les hommes, et veut le salut de l'humanité tout entière.

 

AMEN

 

 

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public