Imprimer

 N'AIMEZ PAS LE MONDE !

1 Jn 2, 15-21 ; Lc 2, 36-40
6ème jour dans l'octave de Noël (31 décembre 1991)
Homélie du Frère Michel MORIN

Rouvroy : Saint Jean

L

 

es quelques versets de la première épître de saint Jean sont l'écho direct dans le cœur, la méditation, la prédication de l'apôtre d'autres paroles de Jésus à la fin de sa prière, juste avant qu'Il soit conduit vers sa Passion et sa mort. Le Seigneur, priant son Père disait : "Je ne suis plus dans le monde, mais eux restent dans le monde. Je leur ai donné Ta Parole. Le monde les a haïs. Je ne Te demande pas de les ôter du monde mais de les garder du mauvais."

Et reprenant l'épître de saint Jean : "N'aimez pas le monde, ni ce qui est dans le monde. Si quelqu'un aime le monde, l'amour du Père n'est pas en lui." Or saint Jean, pour nous signifier de façon plus précise quel est le monde que nous ne devons pas aimer, nous donne trois traits particuliers. Il évoque "la convoitise des yeux", la "convoitise de la chair" et "la confiance orgueilleuse des biens." Ces trois traits sont très importants car ils contiennent toutes les dimensions de nos relations.

Il y a d'abord : la convoitise des yeux. Les yeux c'est l'organe de la vue, c'est l'organe que le Christ guérit chez les aveugles pour qu'ils voient Dieu. La convoitise des yeux c'est tout ce qui conduit notre regard, notre recherche vers les idoles et non pas vers le visage du Dieu véritable. Il s'agit de cette convoitise-là quant aux yeux. Donc elle souligne notre relation à Dieu comme Père, comme Créateur, comme source de la Rédemption. Puis, la convoitise de la chair souligne nos relations les uns avec les autres. La convoitise des biens souligne la façon dont nous gérons les biens de ce monde. Relation avec Dieu, relation les uns avec les autres, relation avec les biens de ce monde, saint Jean nous dit que, dans ces relations-là, le Mauvais s'installe. Et en s'installant, souvent d'ailleurs à notre insu, il nous détourne du visage véritable de Dieu, du véritable visage des autres et du véritable sens des biens de la terre. C'est une œuvre du Mauvais. Et pour saint Jean, le Mauvais n'est pas le mal moral, les péchés que nous faisons, c'est d'abord l'œuvre du Diable en nous, qui est toujours de vouloir nous détourner de Dieu, nous détourner les uns des autres et des biens de ce monde c'est-à-dire c'est la recrudescence et le renouvellement de ce que Satan a fait dans le cœur d'Adam et d'Ève, quand il les a opposés l'un à l'autre, lorsqu'il les a détournés de la véritable face de Dieu et qu'ils ont été conduits à subir les biens de la terre plutôt qu'à en jouir comme il était normal dans la première création.

C'est cela l'œuvre du Mauvais que désigne l'apôtre Jean, cette œuvre du Mauvais qui est une entreprise de démolition de l'amour, de la tendresse et du salut que Dieu vient sans cesse instaurer dans notre cœur, c'est-à-dire dans notre cœur à cœur avec Dieu, dans notre amour fraternel et dans l'usage que nous faisons des biens de ce monde.

Que cette eucharistie nous garde donc dans la charité du Père, dans l'amour de Dieu, dans la communion de l'Esprit Saint, puisque c'est cette énergie divine, c'est cette force du salut qui est seule capable de tourner nos yeux sans convoitise vers le visage de Dieu, de façon à ne jamais nous incliner sous quelque idole que ce soit, idole extérieure à nous ou idole que nous nous façonnons à l'intérieur de nous-mêmes, que cette eucharistie nous garde dans la charité de Dieu pour que nos relations les uns avec les autres soient toujours de servir les autres et de ne jamais nous servir d'eux pour quelque motif que ce soit, que la charité du Père, en cette eucharistie, nous garde également de notre situation dans le monde, que nous puissions posséder les biens de ce monde sans que jamais ceux-ci ne nous possèdent.

 

AMEN