AU FIL DES HOMELIES

Photos

CACHÉ ET DÉVOILÉ

1 Jn 3, 1-10 ; Lc 2, 41-52
7ème jour dans l'octave de Noël (31 décembre 2010)
Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS


Une Sagesse étonnante

 

F

rères et sœurs, pourquoi les parents de Jésus ne l'ont-ils perdu qu'une seule fois dans son enfance alors que si l'on relit les récits de l'enfance ils ont pas mal bourlingué. Ils auraient pu le perdre à Bethléem dans le brouhaha qui suit la naissance, ils auraient pu le perdre en Égypte où il a fallu fuir dans des conditions difficiles. Ils auraient pu le perdre à Nazareth dans le dédale des petites rues du village. Non, il a fallu qu'ils le perdent au Temple. Cette histoire est assez singulière et à mon avis elle a une signification théologique assez profonde.

En réalité, Jésus est perdu dans le Temple. On a perdu sa trace dans le Temple, ce qui est quand même un comble, lui qui est l'achèvement de la révélation, lui qui est le sommet de ce que Dieu a à nous dire et qu'il a commencé à dire par Moïse et les prophètes. Voilà que là, tout à coup quand il arrive dans le Temple, littéralement, il est perdu. C'est très curieux, mais les parents ne s'en rendent pas compte. Ils ne se rendent pas compte que Jésus quand il est dans le Temple leur échappe.

Le suspens du récit est très intéressant, puisque on le perd dans l'incognito de la foule du Temple au moment d'une fête de pèlerinage qui n'est pas nécessairement un pèlerinage de fin d'année ou de Pâque, c'est un des pèlerinage qui peut être aussi bien celui de Pâque que celui de Pentecôte. Ils le perdent, puis ils le retrouvent. Ils le retrouvent comment ? Assis au milieu des docteurs et les étonnant par la sagesse de ses réponses.

Pour ma part, je crois que ce que Luc veut suggérer, c'est ceci : au fond, Jésus a voulu être caché sous la Loi. C'est d'ailleurs ce qu'a dit saint Paul : "Le Fils né d'une femme mais sujet de la Loi". Donc, quand il entre dans ce haut lieu du respect de la Loi, surtout le respect cultuel, Jésus est sujet de la Loi. Il est littéralement enfoui, caché dans la Loi. Mais en même temps, il en émerge. Il est perdu dans le Temple, perdu dans la lettre de la Loi, perdu au milieu des docteurs de la Loi, perdu dans l'immense savoir que la tradition d'Israël commence déjà à accumuler, et il en sort en étonnant par la sagesse de ses réponses. C'est tout le suspens de ce récit.

Comment Jésus qui a voulu entrer si profondément dans la Loi que, d'une certaine manière, il a fini par passer inaperçu ? Comment se fait-il qu'en s'immergeant dans la Loi, il ait pu en sortir par la sagesse de ses réponses ? En fait, dans ce récit-là, c'est toute l'articulation de l'Ancien et du Nouveau Testament. Jésus à aucun moment n'a voulu rompre, fonder à part de la tradition de l'Ancien Testament. Il a voulu au contraire s'y plonger, il a voulu pour ainsi dire, presque se confondre, tellement prendre la couleur du paysage pour qu'on ne le voie plus, on n'y fait plus attention. Il est là, mais on ne le voit pas. Et en même temps, si on se met vraiment à le chercher, on le retrouve avec la sagesse de ses réponses.

C'est tout le mystère. Saint Augustin avait une admirable formule pour situer le rapport des deux Testaments : "Dans l'Ancien Testament, le Nouveau est caché et dans le Nouveau Testament, l'Ancien apparaît au grand jour". C'est exactement ce qui se passe dans la scène de Jésus retrouvé au Temple. Il est caché dans l'Ancien Testament, et quand il se met à parler, l'Ancien Testament prend tout à coup un relief, une sagesse, une nouveauté qui est précisément celle du Christ, du Messie.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public