AU FIL DES HOMELIES

Photos

DIEU S'EST ENRACINÉ DANS LA TERRE DES HOMMES

Is 9,1-6 ; Tt 2, 11-14 ; Lc 2, 1-14
Noël - Messe de la nuit – (25 décembre 1980)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

Pour sauver l'homme de son péché, de son malheur, Dieu est venu enraciner son amour dans notre terre. Pour devenir l'un de nous, Dieu s'est enraciné dans une famille, dans un pays, dans un village. Nous venons de l'entendre dans l'évangile de cette nuit de Noël, Jésus, Dieu Sauveur, est venu prendre ses racines dans la famille de David, dans le village de Bethléem, ce tout petit village de Judée qui était la patrie de son ancêtre David. Enraciné dans la famille de David, une famille royale. Sur la grande toile peinte qui s'est déroulée depuis la voûte au-dessus de l'autel pendant le chant de la généalogie de Jésus, vous voyez le roi David au milieu de cet arbre généalogique, comme une tache rouge. Une famille royale donc et pourtant une famille comme les autres, très simple puisque le premier de ces rois, le plus prestigieux, ce David était un jeune berger tout semblable à ceux de la crèche, et Dieu avait envoyé son prophète le chercher derrière les troupeaux. David n'était que le septième et le plus jeune des fils de son père Jessé, lui-même paysan, que vous voyez en dessous, en bleu, couché, l'arbre sortant de son sein, selon l'antique tradition biblique qui dénomme "arbre de Jessé " cet arbre généalogique du Messie. Une famille qui au-delà de Jessé, plonge ses racines dans notre terre, à travers l'ancêtre commun Abraham, celui à qui Dieu avait promis qu'il aurait une descendance nombreuse comme les étoiles dans le ciel et comme les grains de sable au bord de la mer, Abraham que nous voyons au milieu du bleu du ciel et du bleu de la mer, tout en bas, à l'endroit où l'arbre s'enracine dans la terre.

A la différence de saint Matthieu, quand saint Luc nous raconte la généalogie de Jésus, il la fait remonter au-delà d'Abraham jusqu'à Adam, le premier homme, celui dont le nom signifie précisément "terrestre", "tiré de la terre". Oui, Dieu, en prenant chair, est venu s'enraciner dans notre terre jusqu'au plus profond de ce monde qu'Il vient accomplir et achever. Oui, la descendance d'Abraham nombreuse comme les étoiles du ciel et comme le sable de la mer, c'est Jésus, Jésus et nous tous, disciples de Jésus, qui sommes devenus ses frères, les enfants de son propre Père, notre Père, qui est aux cieux. Oui, pour que nous devenions tous les descendants d'Abraham, tous ces enfants promis par Dieu à Abraham tous enfants de Dieu, Dieu est venu s'enraciner dans notre terre, dans cette famille de David, dans ce village de Bethléem.

Famille royale et pourtant ordinaire, famille dans laquelle il y a eu bien des saints, et aussi des pécheurs qui se succèdent au-dessus de David jusqu'à Jésus, ces rois de Juda, descendants de David, beaucoup d'entre eux ont été Bible est remplie du récit de ce péché constant de l'homme qui sans cesse revient à la violence, à la haine, à l'égoïsme. Ceux-là aussi sont des ancêtres de Jésus, de ceux-là aussi Jésus reçoit le sang, Il est de leur race, de notre race de pécheurs. Et quand saint Matthieu nous raconte à la manière de son temps, cette généalogie de Jésus en descendant de père en fils par les hommes, il cite cependant quelques femmes, cinq exactement. Vous avez peut-être perçu leur nom au passage tout à l'heure pendant le chant de cette généalogie. Et parmi les visages que l'on distingue, sur la droite, à côté de ceux dont elles ont été les épouses, il y a Ruth, l'étrangère, la païenne, il y a Rahab la prostituée, il y a Tamar avec laquelle Juda a commis l'inceste, il y a aussi la femme d'Urie, Urie un des généraux de son armée que David a fait assassiner pour pouvoir épouser sa femme. Et c'est de l'union de David et de la femme d'Urie, qu'est né Salomon le successeur de David sur le trône, que l'on voit représenté, une balance à la main car malgré le péché de son père, il reçut de Dieu non seulement la royauté mais le don de la Sagesse. Telle est la lignée dans laquelle Jésus est venu s'enraciner. Enraciné dans notre misère, dans notre péché, Jésus n'a pas craint d'être l'héritier de toutes ces fautes, de toutes ces guerres accumulées.

La race de Jésus c'est aussi une race qui a souffert. Car ces rois après un instant de gloire, se sont tellement détournés du Seigneur, tellement entre-tués les uns les autres qu'ils ont fini par ruiner leur pays, et vous voyez au-dessus de David ces flammes rouges, c'est la ruine de Jérusalem, c'est le moment où les Babyloniens viennent assiéger la ville et déporter le peuple. Et le roi aura les yeux crevés, il sera enchaîné et emmené en exil. Bien des années après, le peuple ou plutôt le petit reste du peuple reviendra d'exil, et il n'y aura plus de roi. Les descendants de David seront une obscure famille dont les noms se perdent dans l'inconnu. Et c'est dans cette famille obscure que naîtra un pauvre charpentier. Joseph qui épousant Marie, la cinquième des femmes mentionnées dans cette généalogie, mentionnée non parce qu'elle a participé au péché des hommes, mais au contraire parce que Dieu l'a remplie de grâce et d'humilité et lui a donné d'apporter la réponse de la pureté et de la foi, la réponse du don total.

Et Marie, l'épouse de Joseph, concevra dans son sein, du Saint Esprit, le Fils de Dieu qui sera en même temps le fils des hommes, le fils de David, le fils d'Abraham, le fils d'Adam, le fils de toutes nos familles, de toutes nos générations, le fils de toutes nos histoires, de toute notre terre, de tous nos malheurs, le fils de toutes nos peines et de tous nos péchés. C'est cet héritage que reçoit Jésus, le Fils de Dieu, Dieu Lui-même venu parmi nous, c'est l'héritage qu'Il assume, Il est vraiment l'un de nous, venu partager toute la détresse des hommes. Et voilà qu'Il vient effacer notre péché, pour purifier nos cœurs, pour illuminer notre terre et faire exulter de joie toutes les générations du monde. Il vient partageant nos souffrances jusqu'à la croix, portant notre péché jusqu'à la mort, se faisant péché pour que tout soit accompli pour que tout soit rassemblé dans son cœur transpercé, dans ce cœur d'où coule le sang de Dieu.

Oui, frères, en ce soir de Noël c'est cela qui vous est annoncé : ce petit enfant qui vient de naître qui est né, il y a deux mille ans et dont nous fêtons encore aujourd'hui la naissance, ce petit enfant vient aujourd'hui encore naître en nos cœurs pour transformer tout jusqu'au plus profond de nous-mêmes, pour qu'il n'y ait aucun recoin de nos cœurs, de nos âmes de nos vies, de nos corps, qui soit à l'abri de cette lumière et de cette joie et de ce bonheur qu'Il vient nous donner. Tout est transfiguré parce que tout est partagé. Que le chant de gloire, l'acclamation des anges de Noël, emplissent notre cœur, car vous le savez, même si vous souffrez, même si vous êtes seuls, même si vous êtes pécheurs, même si vous êtes pauvres, même si vous êtes méchants, le Christ vous aime. Il vient partager notre vie, même dans ce qu'elle a de plus noir, de plus triste, même dans ce qu'elle a de plus sordide, le Christ vient tout partager, pour tout illuminer, pour que tous nous soyons vraiment les fils de son Père, les fils de notre Père, Dieu, notre Père qui est aux cieux.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public