AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE CHRIST TÉMOIGNE AUSSI

2 Co 9, 6-10 ; Jn 12, 24-26
St Laurent - (10 août 1987)
Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS


S

i le grain de blé jeté en terre meurt, il porte beaucoup de fruit." Nous savons que le mot martyr meut dire témoin mais notre intelligence ou notre cœur est plutôt tourné vers le caractère exceptionnel du courage, de la force d'âme, de l'endurance. Pour nous la célébration d'un martyr c'est le témoignage d'une force extraordinaire qu'un homme a pu manifester et qui montre ainsi sa conviction, sa fermeté dans l'épreuve.

Il n'est pas sûr que les premières générations chrétiennes exposées à la persécution aient vu le martyre exactement de la même façon. Pour eux le martyre n'était sans doute pas l'épreuve de force par laquelle on tenait tête à l'autorité qui voulait vous faire abjurer. Si le martyre a été si central dans la foi, dans la prière des premiers chrétiens c'est parce qu'il était d'abord le témoignage du Christ. Et comment cela ?

Dès l'Apocalypse, le Christ reçoit le titre de "témoin fidèle". Il est celui qui a donné le Témoignage (avec un T majuscule) c'est-à-dire que dans le fait même que le Christ est mort pour nous, s'est ouverte pour nous la possibilité même de notre résurrection. On peut dire que, dans le moment même de la mort du Christ, les cieux s'ouvrent à nouveau pour que l'homme réconcilié, sauvé par la mort du Christ, puisse à nouveau entrer dans l'intimité et dans l'amitié de Dieu. Or ce témoignage s'est renouvelé, s'est réactualisé dans la mort de chacun des martyrs.

Si les premiers chrétiens ont toujours pris soin de recueillir les souvenirs à la fois du témoignage devant les tribunaux puis de l'épreuve et du supplice c'est parce que pour eux les moments qui précédaient la mort du témoin étaient la manière dont le Christ manifestait sa présence et sa victoire dans un être qui par lui-même était fragile et savait comme tout le monde qu'il aurait pu tomber.

Ainsi le martyre avant d'être le témoignage d'une force d'âme, était toujours le témoignage du vivant qui est le Christ à l'intérieur même de l'épreuve que subissait le martyr. Et l'on peut dire que, pour les premiers chrétiens, il s'agissait presque de recueillir les actes du martyre un peu comme une sorte d'évan­gile qu'ils avaient sous les yeux. Pour eux, à nouveau, par la mort de ce frère, se réactualisait la mort du Christ qui ouvrait les cieux à l'humanité tout entière, pourvu qu'elle veuille entrer dans la miséricorde et la tendresse du Père.

Ainsi donc, le sens du martyre que ce soit celui de saint Laurent ou de tous les grands martyrs qui ont jalonné l'histoire de l'Église, que ce soit le martyre que subissent un certain nombre de nos frères aujourd'hui, est toujours le même. C'est le moment où, dans l'existence d'un homme, se rend visible pour nous le témoignage du Christ qui ouvre les cieux.

Dans les Actes des apôtres, au moment où Etienne le premier martyr, va rendre sa vie, il est dit : "Je vois les cieux ouverts et le Fils de l'Homme debout à la droite du Père !" C'est précisément le signe même de ce qui s'accomplit à ce moment-là. Par sa simple existence à ce moment-là, par le fait d'être voué à la mort, le martyr sait qu'il est déjà pris pour le Royaume de Dieu. Et d'une certaine manière il est pour ses frères, ceux qui croient, bien entendu, mais aussi d'une certaine manière pour ceux qui ne croient pas, il est le signe vivant de la venue du Royaume et de la victoire du Ressuscité.

Quand aujourd'hui nous célébrons les martyrs, nous célébrons purement et simplement l'attestation de la victoire du Ressuscité. Les frères contemporains de Laurent ont vu dans sa mort le moment où les cieux s'ouvraient pour lui et d'une certaine manière pour l'Église qui était là souffrant avec lui et compatissant à sa souffrance. Lorsque dans l'eucharistie nous faisons mémoire de saint Laurent ou de tous les autres martyrs, nous célébrons véritablement ce témoignage du Christ qui, dans la chair et la fragilité d'un homme, a témoigné que depuis sa mort, et sa résurrection, les cieux étaient ouverts pour nous et que notre destinée de gloire pouvait ainsi être manifestée dans la mort de l'un de nos frères.

 

AMEN


 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public