AU FIL DES HOMELIES

Photos

UN DIEU DE LIBERTÉ

Tb 3, 1-6 ; Mt 15, 10-20
Ste Claire - (11 août 2008)
Homélie du Frère Christophe LEBLANC

 

J

e vais laisser frères et sœurs, de côté, de savoir s'il faut se laver les mains ou non avant de manger, c'est évident qu'il vaut mieux enlever les microbes.

De la nuit viennent les débauches, l'impureté, et pourtant, au cours d'une nuit, au treizième siècle, une jeune fille s'est évadée de chez elle. Nous sommes en plein romantisme. On croit souvent que le romantisme date du dix-neuvième siècle, là nous sommes au treizième siècle et cette jeune fille c'est sainte Claire. Elle a repéré depuis un moment un homme un peu plus âgé qu'elle, il s'appelle François, il n'arrête pas de faire des frasques dans la petite ville d'Assise. Le désir de Claire est comme captivé par cet homme en découvrant que cet homme lui, est captivé par Dieu et par le désir de vivre la pauvreté.

J'ai envie de dire comme dans les bons films, tout semble les séparer. François est d'une famille bourgeoise, avec beaucoup d'argent, mais il n'a pas de titre de noblesse. Claire elle, vient d'une famille noble, d'une famille très connue et très riche. Et pourtant, elle décide au cœur de la nuit de quitter cette famille, de faire un mariage arrangé pour suivre François.

Nous sommes en plein romantisme, elle s'échappe avec l'aide d'une servante, elle descend du petit village d'Assise qui est accroché sur le flanc de la montagne, elle arrive dans la plaine dans un endroit appelé la Portioncule. A l'époque, dans ces champs, les paysans bâtissaient des toutes petites chapelles où seulement deux ou trois personnes pouvaient tenir et au cœur de la nuit, de cette nuit dont on pense que rien de bon ne peut venir, Claire arrive, elle s'agenouille, et François de ses propres mains va couper avec des ciseaux, ses beaux cheveux blonds, qui vont tomber sur cette terre, et ces cheveux blonds qui vont faire germer toute une suite de futures sœurs, les Clarisses.

Nous sommes en plein romantisme parce que comme au dix-neuvième siècle, mais là sainte Claire est vraiment en avance sur son temps, sainte Claire veut faire sortir les femmes de cette gangue qui les enferme, cette société très masculine, où l'on pense que la femme doit être toujours soumise à quelqu'un si ce n'est le père, c'est le frère aîné, si ce n'est ni le père ni le frère, c'est le mari. Et en dernier ressort, la règle monastique, note particulièrement l'évêque. Sainte Claire n'a qu'un seul désir, c'est de vivre une vie monastique à l'instar de saint François, une vie tellement libre, qu'elle aimerait pouvoir marcher dans les petits villages, frapper aux portes et quêter sa nourriture. Je crois qu'actuellement, l'ordre religieux qui se rapproche le plus de cette intuition de sainte Claire, ce sont les petites sœurs de l'Agneau, comme on en trouve à Marseille, qui ont cette audace de partir la matin sans savoir ce qu'elles vont manger et où elles vont manger et qui vont quêter dans les quartiers nord de Marseille, et qui reçoivent le plus souvent leur nourriture des familles musulmanes.

Frères et sœurs, Claire a compris que si on veut faire sauter toutes ces barrières, puisque la société médiévale et même encore la société italienne à cette époque est très fermée sur elle-même, il y a les bourgeois, il y a les nobles, il y a les pauvres, sainte Claire a compris que la pauvreté n'enferme pas mais qu'elle rend libre. Venir quêter son pain auprès de quelqu'un et ouvrir un dialogue, c'est ouvrir à la liberté, c'est pour celui qui reçoit le pain, une possibilité de donner un autre pain à celui qu'il l'a accueilli, c'est l'évangile.

Malheureusement la société de l'époque n'était pas encore prête à recevoir ce genre de vie, et assez rapidement, l'idée de sainte Claire a été enfermée dans le Droit Canon. Mais ce que nous pouvons retenir de cet exemple de sainte Claire aujourd'hui, c'est cette grande liberté et cet amour de la pauvreté. Découvrir comme elle que Dieu ne se laisse pas saisir ou voir uniquement dans notre petite Église, dans la Parole de Dieu de notre petite communauté chrétienne, auprès de ceux dont nous sommes sûrs qu'ils vont vraiment nous donner ce que nous attendons. Sainte Claire, c'est celle qui est habitée par ce grain de folie, celle qui s'échappe la nuit hors de toute convention sociale et qui découvre que Dieu est un Dieu de liberté.

 

AMEN

 

 

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public