AU FIL DES HOMELIES

Photos

COMME DANS UN MIROIR

1 Co 15, 31-34 ; Mt 16, 12
Ste Claire - (11 août 2011)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Sainte Claire - Médaille

F

rères et sœurs, les textes de l'évangile et de Paul que nous avons entendu tout à l'heure ne sont pas choisis spécialement pour sainte Claire. C'est pourquoi je vais vous lires un passage d'une lettre de sainte Claire à une de ses disciples, sainte Agnès de Prague. Sainte Claire est la première disciple de saint François d'Assise, à qui elle a demandé alors qu'elle avait seulement dix-huit ans, de pouvoir être enfermée avec ses sœurs dans une maison délabrée à côté de la chapelle de san Damiano pour y vivre la pauvreté dans son intégralité absolue.

Elle a vécu avec ses sœurs dans une mendicité totale, ne possédant aucun argent, n'ayant rien qui leur appartienne, vivant au jour le jour. Cela n'empêchera pas sainte Claire, bien au contraire, d'être un témoin de l'amour infini du Seigneur, voici ce qu'elle écrit.

"Heureux celui qui obtient de participer au banquet sacré afin de s'unir du fond de son cœur à Celui dont toutes les bienheureuses troupes du ciel admirent continuellement la beauté. Lui dont l'amour est blessure, et la contemplation nourriture, lui dont la bonté nous rassasie, dont la douceur nous enivre, dont le souvenir est une douce lumière, dont le parfum fait revivre les morts, dont la vue dans la gloire rendra bienheureux tous les citoyens de la Jérusalem d'en haut. Puisque cette vue est en toi, un reflet de la lumière éternelle, un miroir sans tache, regarde chaque jour ce miroir, toi l'épouse du Christ. Regarde pour y regarder continuellement ton visage, ainsi tu pourras t'embellir tout entière à l'intérieur et à l'extérieur, revêtant des habits brodés par des ornements et des fleurs, de toutes les vertus. Dans ce miroir resplendit la bienheureuse pauvreté, la sainte humilité, l'inexprimable charité que tu pourras contempler par la grâce de Dieu comme dans un miroir parfait. Regarde donc comment ce miroir a commencé, la pauvreté de celui qui a été déposé dans une mangeoire, enveloppé de langes. Ô étonnante humilité, ô stupéfiante pauvreté. Et à l'autre extrémité de ce miroir, contemple l'inexprimable charité dont il a voulu mourir sur l'arbre de la croix et y mourir du genre de mort le plus honteux. Ainsi ce miroir placé sur le bois de la croix avertit les passants de considérer tout cela en leur disant : "Vous tous qui passez sur le chemin, regardez et voyez s'il est une douleur comparable à ma douleur ?"A celui qui crie et se lamente ainsi répondons d'une seule voix, d'un seul esprit, je m'en souviendrai toujours et mon âme défaillira en moi. Comme toi donc, de ce feu d'amour toujours plus fortement, épouse le roi céleste sans fin, en soupirant à cause du désir et de l'amour intense de ton cœur, et proclame : entraîne-moi sur tes pas, Courons à l'odeur de tes parfums, Époux céleste.

 

AMEN

 

 

 

 

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public