AU FIL DES HOMELIES

Photos

DES OPINIONS CONTROVERSÉES

Est 13, 8-11 + 15-17 ; Jn 15, 18-21
St Hippolyte et St Pontien - (13 août 2008)
Homélie du Frère Christophe LEBLANC


F

rères et sœurs, le pape est un escroc, il a détourné de l'argent qui ne lui appartenait pas quand il était jeune, il a été à deux doigts de se faire arrêter par la police à Ostie. C'est quelqu'un qui est très laxiste, puisqu'il accepte que des pécheurs devant Dieu puissent réintégrer l'Église. Le pire du pire c'est qu'il accepte que les femmes de haute condition se marient avec des hommes de basse condition. Rassurez-vous, ce n'est pas le frère Christophe qui invective le pape Benoît XVI, c'est le discours que tient Hippolyte de Rome dans les années deux cents, à l'encontre de Callixte, celui-ci étant même au départ un esclave.

Le dossier est lourd entre un théologien brillant, même on peut dire brillantissime, saint Hippolyte de Rome, quelqu'un qui se réclame d'Irénée de Lyon, et qui, critiquant comme je viens de la faire, Callixte et la politique romaine vis-à-vis des lapsis, c'est-à-dire ceux qui ont renié le Christ au moment où ils se faisaient arrêter par la police impériale, cet Hippolyte de Rome va continuer envers et contre tout après la mort de Callixte, à invectiver deux autres papes, dont Pontien. Cela nous emmène dans les années 234, vous voyez qu'on a la dent dure de part et d'autre. L'Église romaine défend son morceau, elle considère que cet homme qui s'érige en tant qu'anti-pape, il n'y a aucune raison pour qu'il le soit, et Hippolyte, en tant que bon "tradi" a une bonne mémoire et il ne lâche pas le morceau non plus.

On a envie de dire quelle tristesse que cette Église qui est incapable de se montrer héritière de la miséricorde de l'évangile, et vous voyez que la belle tunique de Jésus n'a pas attendu des siècles avant d'être déchirée. Mais pourquoi saint Hippolyte est-il saint ? C'est parce qu'en 235, l'empereur Maximin impose aux citoyens romains de reconnaître uniquement les divinités romaines. Les chrétiens vont refuser de renier le Christ, et Maximin se dit qu'il vaut mieux frapper à la tête, et comme il ne comprend pas grand-chose dans les problèmes de l'Église, il se dit, autant arrêter à la fois Pontien, et celui qui se dit antipape, Hippolyte de Rome. Ces deux hommes se retrouvent dans l'enfer de la Sardaigne, le camp de concentration de l'époque, ils sont envoyés pour extraire le minerai dans les mines, et Pontien avant de partir va rendre son titre d'évêque à l'Église de Rome pour que Rome puisse se choisir un autre pape. C'est très délicat de sa part, en même temps, cela prouve qu'il se rendait compte qu'il ne reviendrait jamais vivant de cet exil. Pontien rend donc sa charge, et Hippolyte, on ne sait pas exactement à quel moment, accepte aussi de rendre les armes et de reconnaître que le corps du Christ qui est l'Église c'est bien l'Église de Rome et qu'il a à être avant tout un membre de cette Église, au lieu d'être contre le pape.

Les deux hommes meurent en Sardaigne, et une année après semble-t-il, sans doute en 235, leurs ossements sont rapatriés à Rome et sont inhumés en grande pompe par le pape Fabien.

Que nous dit cette histoire ? Elle nous dit d'abord que rien n'est jamais écrit à l'avance, et que l'on soit de l'extrême gauche ou de l'extrême droite, on n'a jamais à enfermer les gens dans leurs cases ! Comme on le dit si facilement, c'est au pied du mur qu'on reconnaît le maçon. C'est ce qui s'est révélé pour ces deux chrétiens. Hippolyte, c'est celui qui croit que comme on a toujours fait comme ça, il faut continuer, c'est celui qui croit que les femmes de haute noblesse ne doivent pas se marier avec des esclaves, c'est celui qui croit que lorsqu'on a renié le Christ, on n'a plus rien à faire dans l'Église. Un homme extrêmement dur et pourtant, à la fin de sa vie quand il s'agit de vivre face à face avec la mort et le martyre, il accepte de laisser de côté les problèmes théologiques, ecclésiologiques inimaginables, et il accepte tout simplement de se remettre comme un enfant se remet à son Père au cœur même de l'Église unie, l'Église de Rome.

De l'autre côté, saint Pontien est quelqu'un qui acceptera d'accueillir dans cette même Église celui qui l'a fait suer aussi longtemps. Ce que nous célébrons aujourd'hui, c'est d'abord cette grande liberté des enfants de Dieu, c'est le fait comme je le disais que rien n'est écrit à l'avance, et que quand nous sommes face au martyre, plus rien ne compte si ce n'est le témoignage de la miséricorde, de l'amour de Dieu, de ce Dieu qui est allé jusqu'à mourir pour nous.

Frères et sœurs, il ne s'agit pas de dire que tout se vaut et que les ecclésiologies ou l'Église de saint Pontien est la meilleure, ou inversement, mais il arrive à certains moments où nous avons à laisser de côté les querelles pour témoigner de ce Dieu d'amour qui est allé jusqu'à mourir sur la croix pour chacun d'entre nous.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public